Le Blog Finance

GM : Trump menace de taxer les importations, remettant en cause l’ALENA

Les constructeurs automobiles : la nouvelle cible du Président élu Donald Trump. En droite ligne avec ses propos de campagne quelques peu musclés, le nouvel homme fort des Etats-Unis a indiqué sur tweeter qu’il voulait revenir clairement au « made in USA« .

En ligne de mire de Trump : General Motors. Le futur président ne voit pas d’un bon œil les fabrications hors des frontières des sociétés américaines, affiche sa nette volonté de les pénaliser.

Si Ford  semble  préférer prévenir que guérir en annulant ses investissements au Mexique - la menace ayant donc porté ses fruits – Trump tente désormais d’infléchir la politique industrielle de GM.

« General Motors livre des voitures Chevy Cruze, fabriquées au Mexique, à ses concessionnaires aux États-Unis sans payer de taxe. Fabriquez aux États-Unis ou payez une lourde taxe frontalière », a indiqué le président élu sur Tweeter, son mode d’expression favori à l’heure actuelle.

Lors de la campagne électorale, Donald Trump avait déjà critiqué les accords commerciaux négociés par ses prédécesseurs. Selon lui, ils sont responsables de la perte de millions d’emplois industriels aux États-Unis. Le futur président avait notamment promis de dénoncer l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui lie les États-Unis, le Canada et le Mexique depuis 22 ans.

Donald Trump s’insurge sur le fait que cet accord permette aux constructeurs US de fabriquer au Mexique et d’importer aux États-Unis hors taxe. Cet avantage aura permis l’essor de l’industrie mexicaine, le pays disposant d’un coût horaire très inférieur au taux horaire américain.

En avril 2016, lors d’un discours sur son programme économique à Detroit, Trump avait qualifié de honte absolue la décision de Ford d’investir au Mexique. Il avait également affirmé que, depuis l’entrée en vigueur de l’Alena en 1994, le nombre d’employés dans la construction automobile dans l’État du Michigan, où se trouve Detroit, était passé de 285 000 à 160 000.

En novembre dernier, le milliardaire a menacé à plusieurs reprises de rétablir des droits de douane dissuasifs, des propos qui ont fortement inquiété les constructeurs installés au Mexique.

En guise de premières réponses aux nouvelles menaces de Trump, GM a tenu à préciser que la Chevrolet Cruze vendue aux Etats-Unis était produite sur le site de Lordstown près de la ville de Cleveland dans l’Ohio.  » La Chevrolet Cruze hatchback est certes assemblée au Mexique, mais elle est destinée aux marchés mondiaux. Seul un petit nombre d’unités est commercialisé aux Etats-Unis » indique-t-il.

A l’heure actuelle, GM est le seul constructeur américain qui fabrique des véhicules hors des frontières nord-américaines pour les revendre aux Etats-Unis. Depuis cet été, il y importe une voiture fabriquée en Chine, la Buick Envision. Il envisage également de vendre en début d’année 2017 aux Etats-Unis un second modèle produit en Chine, la Cadillac CT6 hybride.

Reste enfin que le Canada a également son mot à dire, en tant que troisième partenaire de l’Alena.  Si dans un premier temps le taux de change de ma monnaie canadienne par rapport au billet vert avait permis d’attirer les investisseurs, ces derniers se tournent désormais vers le Mexique, le peso mexicain leur offrant de plus amples avantages. La qualification des techniciens canadiens – reconnue comme supérieure – ne semble rien changer à l’affaire.

Le Canada dénonce fréquemment des investissements dix fois supérieurs au Mexique qu’en Ontario. Selon des chiffres communiqués par Unifor, le plus important fournisseur d’équipements canadien, avant la crise de 2008, 25 % des voitures fabriquées en Amérique du Nord l’étaient au Canada contre seulement 15 % à l’heure actuelle.

Sources : AFP, Reuters

Elisabeth Studer – 04 janvier 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Canada : menace de grève chez Ford, FCA et GM face à la concurrence du Mexique

Quand le Mexique s’éveillera  … une menace pour la Chine ?

Bombardier : délocalisation partielle au Maroc et au Mexique, effet Brexit ?

Bosch mise sur l’expansion de l’industrie automobile au Mexique

Mexique : les constructeurs automobiles US mettent les gaz

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. retrouvé le retour 8 janvier 2017 à 12:14

    Au moins le pèpère Trump ne cache pas son jeu !! C’est déjà ça. Il ne faut pas oublier que les USA sont à l’origine directement ou par « alliés » interposés de pratiquement toutes les guerres depuis 1947.
    Les Bush, Clinton et autres Obama ou Kissinger sont de vulgaires criminels de guerre.
    (Sans oublier nos Sarko, Hollandais et autres « français »)

  2. retrouvé le retour 16 janvier 2017 à 13:24

    Tom Barrack (69 ans), dont on dit qu’il est le plus proche du président élu Trump après sa famille, entretient cette amitié depuis une trentaine d’années, de même que le rôle informel de loyal conseiller économique.

    L’homme d’affaires est l’un des célèbres noms de l’univers américain de l’investissement immobilier, avec son fonds international, Colony Capital. Il est aussi membre du conseil d’administration du groupe français Carrefour.

    Les Fourniers, Paturle et Cie vont-ils connaître les sort des Guichard Pérachon avec le célèbre Naouri ? Oui c’est sur :)

    Voici pour le Jean Charles Naou rit:
    « Il est l’architecte principal de la dérégulation des marchés financiers en France en allègeant le contrôle des changes et en supprimant l’encadrement du crédit4. Il lance les produits dérivés. Ces mesures ont notamment pour conséquence la suppression des réserves obligatoires sur les crédits accordés par les établissements bancaires et sont aujourd’hui considérées par un certain nombre d’économistes comme en partie responsables du gonflement incontrôlé de la masse monétaire et de la dette ayant conduit à la crise bancaire et financière de l’automne 2008.

  3. retrouvé le retour 17 janvier 2017 à 20:18

    Visiblement certains organisent aux USA des manifestations anti-Trump dans l’espoir de le faire tomber. Le grand classique c’est la manifestation avec des casseroles comme cela a été fait dans un premier temps au Chili la suite à la mode Pinochet on connait !! Des militaires qui gèrent provisoirement des mines, se baladent sur LAN aux frais de la princesse et rencontrent leurs homologues français pour faire cadeau de jolies « médailles du souvenir » en cuivre. Le comble serait un coup d’état militaire déguisé en manifestations démocratiques aux US !!

  4. Elisabeth S 18 janvier 2017 à 00:13

    Le comble serait un coup d’état militaire déguisé en manifestations démocratiques aux US !! …
    l’Historie le dira … mais effectivement un coup d’etat militaire ou made in CIA est à craindre.

  5. Voyance par mail rapide 8 février 2017 à 13:01

    Votre travail m’a beaucoup surpris car ça fait longtemps que je n’ai pas trouvé comme ce magnifique partage.

Commenter cet article