Le Blog Finance

Espagne : les touristes font baisser le chômage grâce aux emplois saisonniers

Alors que la France voit son économie impacter par la baisse de fréquentation de ses sites touristiques, conséquence des actes de terrorisme perpétrés sur son territoire, l’Espagne a connu en juillet un afflux record de touristes, certainement à la recherche de soleil … et de tranquillité d’esprit face aux risques d’attentats.

Un phénomène qui se traduit au final par une hausse des emplois saisonniers, entraînant la plus importante baisse du chômage pour un mois de juillet en près de vingt ans, selon les données publiées par le ministère du Travail.

Le nombre record de visiteurs étrangers a ainsi profité aux secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des centres de vacances, permettant de booster quelque peu l’économie d’un pays plongé une période d’incertitude politique. Depuis les élections du 20 décembre dernier, l’Espagne se trouve en effet sans gouvernement, les élections organisées à cette date ayant abouti à une fragmentation de la classe politique. De telle sorte qu’aucune majorité stable n’a pu se dégager au parlement.

Au final, en juillet, le nombre de demandeurs d’emploi a chuté de 2,23% par rapport au mois précédent, ce qui signifie 83.993 chômeurs de moins pour un total de 3,68 millions de personnes inscrites, indique le ministère du Travail. Il s’agit de la plus forte baisse pour un mois de juillet depuis 1997. La baisse a concerné les services (-2,06%) mais aussi le secteur de la construction (-2,59%) et l’industrie (-2,85%).

Selon les chiffres du ministère, ce sont les régions touristiques d’Andalousie, de Galice et de Catalogne qui ont embauché le plus. Au total, 1,8 millions de contrats ont été signés en juillet, le meilleur chiffre jamais enregistré en Espagne. Néanmoins, seulement 7% d’entre eux étaient à durée indéterminée.

Après avoir connu une forte récession qui avait fait bondir les chiffres du chômage, l’Espagne connaît une reprise économique progressive, soutenue par un rebond de la demande lors des six premiers mois de l’année. Si le taux de chômage s’établit à 20% au deuxième trimestre, valeur la plus basse enregistrée depuis près de six ans, il s’agit toujours du plus mauvais taux de l’Union européenne derrière la Grèce.

Reste tout de même que les nouvelles élections législatives organisées le 26 juin dernier n’ont toujours pas permis de sortir de l’impasse, aucun parti ne disposant de la majorité. Les négociations en vue de former une coalition se sont, pour l’instant, révélées infructueuses.

Sources : AFP, Reuters

Elisabeth Studer – 3 août 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Espagne et Portugal déclarés en dérapage budgétaire

L’Espagne pourrait sombrer à nouveau dans une crise financière, les banques en ligne de mire

Espagne : hausse du crédit à la consommation, signe de reprise ou créances douteuses en perspective ?

Partager cet article

Article de

Commenter cet article