Le Blog Finance

La BCE a démarré le rachat d’obligations d’entreprises, Renault en bénéficie

C’est fait ! Comme récemment annoncé, la Banque centrale européenne (BCE) a commencé mercredi à racheter des obligations émises par les entreprises de la zone euro. Objectif affiché : faire repartir l’inflation.

La Banque de France, l’une des six banques centrales nationales – avec notamment la Bundesbank- auxquelles la BCE a confié cette mission, “a bien démarré le programme de rachats d’obligations d’entreprises”, a indiqué dans la matinée une de ses porte-parole. Sans toutefois vouloir préciser sur quelles obligations l’institution avait choisi d’investir.

D’après l’agence Bloomberg News, laquelle cite des sources anonymes, des obligations du belgo-brésilien AB InBev, plus grand brasseur au monde, mais également des titres du constructeur automobile français Renault, du groupe de télécoms espagnol Telefonica, de l’industriel allemand Siemens ou encore de l’assureur italien Generali ont profité de cette mesure incluse dans son programme d’”assouplissement quantitatif” ou QE.

Laquelle a pour but officiel de faciliter le financement des entreprises afin de les inciter à investir. Les entreprises françaises, plus enclines que d’autres en Europe à se financer sur le marché obligataire, figurent en première ligne pour profiter de cette nouvelle opportunité qui s’offre à elles.

Mais certains, et notamment en Allemagne, s’alarment des conséquences possibles du nouveau programme. Le journal allemand Die Welt évoque ainsi une “entrée en territoire inconnu” pour la BCE, redoutant “d’énormes distorsions” sur le marché des obligations d’entreprises, et la formation d’une bulle spéculative. Certains experts estiment également que la nouvelle politique menée par l’institution européenne pourrait s’avérer pour le moins risqué, dans la mesure où il exposerait les banques centrales à un risque excessif de dépréciation de leurs actifs. Notant en passant que de telles mesures – complétées par d’éventuels achats d’actions comme récemment envisagés –  pourraient au final se rapprocher d’une politique de nationalisations. Sans parler des éventuelles conséquences politiques qu’une telle pratique pourrait générer.

La BCE justifie quant à elle sa stratégie en indiquant vouloir agir sur ce marché afin de faire baisser les taux et d’inciter les entreprises à passer par d’autres canaux que les banques pour investir de manière raisonnée. En vue de demeurer le plus neutre possible, elle entend notamment respecter le panachage existant entre les différentes nationalités des entreprises présentes sur le marché.

Selon les experts, les obligations d’entreprises ne devraient représenter qu’une petite partie des 80 milliards d’euros déboursés par la BCE chaque mois dans le cadre de sa politique de QE. Les analystes misent sur 3 à 10 milliards d’euros. La BCE a d’ores et déjà indiqué pour sa part qu’elle ne rachètera par exemple pas d’obligations émises par des banques. En rachetant 5 milliards par mois jusqu’à mars 2017, la date de fin prévue du “QE”, la Banque Centrale Européenne devrait mettre la main sur près de 10% du marché.

Suite à l’annonce en mars dernier d’une intervention de la BCE dans le secteur du marché obligataire, les taux ont baissé de manière marquée, les nouvelles émissions se succédant à un rythme soutenu. Parmi elles : la plus importante opération de tous les temps en terme de valeur évaluée en monnaie européenne réalisée par AB Inbev (plus de 13 milliards d’euros).

Vase communiquant … : en janvier 2015 , le PDG de Renault-Nissan avait relevé sa prévision de croissance du marché automobile européen en 2015 après l’annonce par la BCE d’un vaste programme de rachat d’obligations d’Etat pour tenter de relancer l’activité. A la suite de ces annonces, Carlos Ghosn, avait dit prévoir désormais une hausse de 2%, ou plus, du marché automobile européen, lors d’interviews organisées au Forum économique mondial de Davos. Où quand la BCE achète des actions dont la valeur a augmenté à la suite de ses propres annonces  ….

Sources : ats, BCE, Reuters

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 08 juin 2016

Partager cet article

Article de

23 commentaires

  1. SimonB 9 juin 2016 à 08:57

    Voilà une bien sombre histoire; comment en effet justifier le choix des entreprises ainsi soutenues?
    Quand à la motivation de faire baisser les taux, elle me semble pour le moins osée: si les taux de financement de certaines entreprises sont élevés, cela est vraisemblablement dû à la prime de risque associée.
    En gros, la BCE se permet ce que l’EU condamne fermement au niveau national, le dumping.

  2. Elisabeth S 9 juin 2016 à 12:04

    c’est clair ! et en plus elle en profite , financierement !
    de me^me que les entreprises …. detenues en partie par l’Etat … simple hasard … ? tres sombre histoire, si on reflechit quelque peu

  3. retrouvé le retour 9 juin 2016 à 13:19

    Il existe un phénomène de “thésaurisation directe” des QE dans les paradis fiscaux.
    Peut-être, la BCE rêve-t-elle de zapper cet épisode ?

  4. retrouvé le retour 10 juin 2016 à 19:53

    Qu’on prépare de douillettes prisons VIP, pour les petits malins comme Trichet, !! & Co

  5. Elisabeth Studer 10 juin 2016 à 20:26

    je pense que cela existe déjà … certes, elle n’est pas prête pour eux …

  6. retrouvé le retour 12 juin 2016 à 00:04

    Il est important de personnaliser et de prévoir des caméras !! et des costumes rayés

  7. retrouvé le retour 12 juin 2016 à 00:07

    On peut faire aussi des costumes roses

  8. hi 24 janvier 2019 à 21:36

    Inspiring quest there. What occurred after?
    Thanks!

  9. Penni 26 janvier 2019 à 08:24

    Monetary advisors enterprise is people business.

  10. Elwood 26 janvier 2019 à 08:51

    Thank you on your curiosity in Investment Advice.

  11. Grant 26 janvier 2019 à 17:22

    A monetary advisor is your planning partner.

  12. Joanne 26 janvier 2019 à 18:26

    Monetary advisors enterprise is people business.

  13. Bryce 27 janvier 2019 à 15:50

    This is true for investment recommendation as properly.

  14. brazil nuts cholesterol 5 février 2019 à 17:54

    Hey there! This post could not be written any better! Reading through this post reminds me of my previous room mate!
    He always kept talking about this. I will forward
    this write-up to him. Pretty sure he will have a good read.

    Thanks for sharing!

  15. Sherita 6 février 2019 à 20:46

    With havin so much content and articles do you ever run into any problems
    of plagorism or copyright infringement? My site has a lot of unique content I’ve either authored myself or outsourced but it seems a lot of it is popping it up all over the internet
    without my authorization. Do you know any methods to help stop content from being
    stolen? I’d truly appreciate it.

  16. Jed 6 février 2019 à 22:02

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  17. Earnestine 7 février 2019 à 07:49

    Thanks to your interest in Funding Advice.

  18. Johnnie 9 février 2019 à 03:13

    And that is an investment danger price taking.

  19. Una 9 février 2019 à 06:11

    A monetary advisor is your planning associate.

  20. Sonia 12 février 2019 à 03:21

    This is true for investment advice as properly.

  21. Guillermo 16 février 2019 à 03:05

    Thank you for your curiosity in Investment Recommendation.

  22. Tara 18 février 2019 à 03:25

    Contemplate investments that offer instant annuities.

  23. Erik 19 février 2019 à 03:43

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.