Le Blog Finance

Allemagne : le FMI, inquiet pour banques et assurances, exhorte à plus de dynamisme

L’Allemagne, un modèle économique, vraiment ? Le Fonds monétaire international (FMI) a exhorté lundi la coalition au pouvoir dans le pays à procéder à de nouvelles réformes et à investir davantage dans ses infrastructures. Histoire aussi de montrer sa solidarité envers l’Union européenne et de relancer la zone euro.

“Un pas plus loin dans les réformes structurelles accroîtrait la position de l’Allemagne en tant que leader européen dans ce domaine”, indique le FMI dans un rapport d’audit. “Une Allemagne plus dynamique serait bénéfique à la croissance renaissante, mais toujours fragile, de la zone euro.” Selon l’institution internationale, Berlin ne devrait pas se satisfaire de son taux de croissance actuel de 1,5%.

En avril, l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) avait estimé pour sa part que l’Allemagne avait échoué à tirer parti du bas niveau des coûts d’emprunt pour doper l’investissement et préparer la croissance à long terme.

Plus inquiétant, le Fonds monétaire international s’inquiète également pour le secteur financier allemand. «?La faible profitabilité du secteur bancaire, qui a une base de coûts très élevée, a été mise en lumière et amplifiée par l’environnement de taux d’intérêt bas » a déclaré lundi Michaela Erbenova, spécialiste des questions financières, lors de la conclusion de la mission annuelle du FMI en Allemagne.  Ajoutant que les banques allemandes avaient « des défis importants à relever incluant l’héritage de la crise, la faible profitabilité et le besoin d’adapter le modèle commercial au nouvel environnement de régulation et de concurrence.?»

Pour l’institution internationale, le secteur bancaire allemand repose trop sur les activités d’épargne. Des remarques qui font écho aux critiques du Premier ministre italien Matteo Renzi, pointant du doigt la faiblesse des banques allemandes et alors que celles-ci sont les plus virulentes contre la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) .

Le FMI s’inquiète également de la situation des assureurs. «?Il y a des risques de solvabilité à moyen terme?», a ainsi souligné Michaela Erbenova, tout en reconnaissant les efforts réalisés par le gouvernement pour renforcer le secteur de l’assurance-vie. A noter que ce dernier est particulièrement exposé aux taux d’intérêt faibles, rémunérant ses clients sur la base d’un taux garanti, plus élevé que les taux d’intérêt actuels.

Or, les assurances allemandes sont également très critiques à l’égard de la politique de la BCE. Nikolaus von Bomhard, le patron du géant de la réassurance Munich Ré, a ainsi fustigé la politique du président de la BCE, Mario Draghi, en déclarant que  «?le gouvernement allemand devrait avoir son mot à dire sur le sujet?».

Le FMI estime par ailleurs quant à lui que les Allemands devraient faire plus pour l’intégration des réfugiés sur le marché de l’emploi, qu’ils augmentent les possibilités de travail à temps plein pour les femmes et qu’ils rehaussent l’âge de départ à la retraite. Pour ce dernier point, l’institution insiste pour que celui-ci soit ajusté à l’espérance de vie.  Selon l’office fédéral des statistiques Destatis, en 2030, un tiers des Allemands aura plus de 65 ans, contre un cinquième aujourd’hui.

Sources : AFP, Reuters

Elisabeth Studer – 10 mai 2016 - www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

19 commentaires

  1. Elisabeth S 11 mai 2016 à 00:53

    FRANCFORT, 10 mai (Reuters) – Munich Re, le numéro un mondial de la réassurance, a dit mardi attendre un bénéfice net de l’ordre de 2,3 milliards d’euros cette année, au bas de sa fourchette de prévisions précédente, mais il n’entend pas pour autant couper dans son dividende ou réduire ses rachats d’actions.

    Le groupe allemand a fait état d’un bénéfice net du premier trimestre en baisse de 45% à 430 millions d’euros après minoritaires, affecté par des dépréciations d’investissements dans le contexte de turbulences sur les marchés financiers en début d’année.

    Munich Re prévoyait précédemment un bénéfice net compris entre 2,3 et 2,8 milliards d’euros pour 2016, contre 3,1 milliards en 2015, mais avait déjà prévenu fin avril que cet objectif serait difficile à atteindre. [nL5N17U2LD)

    Le nouvel objectif pour 2016 prend en compte des coûts de restructuration à la filiale d’assurance Ergo.

    Même avec un bénéfice inférieur à 2,3 milliards d’euros, le dividende de cette année sera au pire égal à celui de 2015, voire même légèrement au-dessus, a déclaré le directeur financier Jörg Schneider lors d’une conférence téléphonique.

    Le réassureur a proposé un dividende de 8,25 euros au titre de 2015.

    Le programme de rachat d’actions d’un montant d’un milliard d’euros n’est pas non plus menacé, a ajouté Jörg Schneider.

    L’action Munich Re recule de 2,21% à 159,65 euros vers 10h45 GMT, l’une des quatre seules baisses, et la plus importante, de l’indice allemand Dax-30 qui gagne 1,03% à ce stade.

    Depuis l’avertissement sur résultats du 27 avril, le titre a perdu plus de 12% de sa valeur.

    Hannover Rück, concurrent plus petit de Munich Re, gagne au contraire 2,77% en Bourse après avoir annoncé un bénéfice net pratiquement stable à 271,2 millions d’euros pour les trois premiers mois de l’année. Les analystes attendaient en moyenne un résultat de 243 millions.

  2. retrouvé le retour 12 mai 2016 à 20:13

    Avant il y avait Natexis et maintenant c’est Natixis qui plonge de 30 %, alors c’est sur que les soit disantes agences anglosaxonnes claironnent que l’emprunt US et GB c’est du velour, et que l’emprunt Allemand c’est rien. On verra bientôt !! :) :)

    Pour le reste nous on ferait bien de mieux scruter nôtre propre désastre !!

  3. Darrin 26 janvier 2019 à 05:29

    All varieties of investments include certain risks.

  4. Concetta 26 janvier 2019 à 06:18

    All varieties of investments include certain dangers.

  5. Monte 26 janvier 2019 à 08:56

    A financial advisor is your planning companion.

  6. Doyle 26 janvier 2019 à 12:23

    A financial advisor is your planning partner.

  7. Silvia 26 janvier 2019 à 14:39

    Investors do pay direct and oblique prices.

  8. Hermine 26 janvier 2019 à 22:29

    Whats up this is somewhat of off topic but I was wondering if blogs use
    WYSIWYG editors or if you have to manually code with HTML.
    I’m starting a blog soon but have no coding knowledge so I wanted to
    get advice from someone with experience. Any help would be enormously appreciated!

  9. Rosaria 27 janvier 2019 à 08:45

    A financial advisor is your planning associate.

  10. Tyree 27 janvier 2019 à 09:37

    This is true for funding recommendation as nicely.

  11. Kelly 28 janvier 2019 à 01:27

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  12. Shayna 3 février 2019 à 02:07

    Thanks to your curiosity in Funding Recommendation.

  13. Waldo 10 février 2019 à 15:58

    Thanks in your curiosity in Funding Recommendation.

  14. Dulcie 11 février 2019 à 02:21

    Buyers do pay direct and indirect costs.

  15. Bernice 12 février 2019 à 01:49

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  16. Marla 16 février 2019 à 02:44

    And this is an investment risk worth taking.

  17. Roxie 17 février 2019 à 01:36

    Monetary advisors business is folks enterprise.

  18. Leif 18 février 2019 à 02:15

    Buyers do pay direct and oblique prices.

  19. Kevin 19 février 2019 à 05:30

    Monetary advisors business is individuals enterprise.