Le Blog Finance

Deutsche Bank tente d’éviter la panique en rachetant sa dette, mais jusqu’à quand ?

Du nouveau concernant Deutsche Bank. Alors que la première banque allemande, empêtrée dans de nombreux scandales provoque l’inquiétude des investisseurs et fait plonger la Bourse outre Rhin, le géant bancaire a annoncé vendredi son projet de racheter pour environ 4,8 mrd EUR de titres de dettes qu’il avait émis par le passé. Cette opération portera sur certains titres de dettes libellés en euro et en dollar – 3 milliards d’euros et 2 milliards de dollars – pour un montant total d’environ 4,8 milliards d’euros.

La forte position de liquidité de la banque “lui permet de racheter ces titres sans modifier son plan de financement 2016″, a tenu à préciser la banque dans un communiqué.

Deutsche Bank doit avant tout arriver à restaurer la confiance des investisseurs qui doutent de sa solidité financière et s’inquiètent de sa capacité à honorer certaines coupons d’obligations. En début de semaine, alors que l’action avait fortement chuté, la banque avait indiqué dans un bref communiqué boursier que sa « capacité de remboursement » sur des obligations hybrides AT1 (Additional Tier 1) était « d’environ un milliard d’euros » cette année. Ce qui, selon elle, devrait amplement lui permettre de rembourser des obligations de 350 millions d’euros à échéance du 30 avril prochain.
Des affirmations se voulant rassurantes alors que les marchés avaient laissé entrevoir leurs inquiétudes quant au remboursement de ce type de dette émise par Deutsche Bank et d’autres établissements en vue de gonfler leurs réserves de liquidités mais à des taux d’intérêts relativement élevés. Les investisseurs s’inquiètent plus largement de l’évolution, au sein des bilans bancaires européens, des obligations hybrides dites CoCo (contingent convertible), dont les cours ont tellement souffert que la situation a engendré des opérations de couverture par le biais de swaps CDS (Credit Default Swap).

Si les déclarations de début de semaine n’avaient pas permis de rassurer les marchés, l’annonce de vendredi aura semble-t-il porté ses fruits, au moins à court terme, le titre grimpant dans la foulée d’environ 10 % pour finir en hausse de 11,8 % à la clôture. Et ce, alors que depuis le début de l’année, l’établissement signe l’une des pires performances boursières du secteur, avec une chute de 30 %.

Reste que la banque n’est toutefois pas sortie de l’auberge et que son avenir n’en est pas devenu rose pour autant … l’effet bénéfique de l’annonce pourrait n’être que de courte durée, l’essentiel étant d’eviter la panique qui rode à ses portes.

Deutsche Bank a en effet besoin de revenus pour payer des dividendes et les coupons de la dette subordonnée sans compter sur les dangereuses obligations hybrides dites CoCo bonds. Et, au final, a défiance prévaut face à ce qui est devenu en quelques années la brebis galeuse du secteur financier allemand, la banque  devant tout de même gérer la bagatelle de 6.000 actions juridiques menées à son encontre et venant  de publier une perte de près de 7 milliards d’euros pour 2015.

« Le marché s’inquiète de savoir si nos provisions pour risques juridiques suffisent », a certes reconnu mardi  John Cryan, le nouveau patron  de l’établissement, affirmant que lui-même n’était pas inquiet sur ce point. Il a toutefois ajouté que la banque allait « certainement devoir passer d’autres provisions » mais que ses prévisions financières en tenaient compte.

Précisons que Deutsche Bank a dû faire face à des charges exceptionnelles de 12 milliards d’euros en 2015, entre autre à cause des provisions passées pour ces litiges (5,2 milliards d’euros). L’établissement financier a en effet fait l’objet de nombreux scandales financiers, dont le plus célèbre reste celui du Libor. Lui sont également reprochées des manipulations de taux et des soupçons de blanchiment d’argent.

Sont également inclus dans ces charges exceptionnelles des dépréciations et des frais de restructurations et indemnités de départ. Les dépréciations sont liées essentiellement aux ajustements de la valeur des actifs de la banque de détail Postbank et de la banque d’investissement. Elles ont représenté à elles seules 5,8 milliards d’euros, les charges de restructuration se chiffrant quant à elles à un milliard.

Sources : AFP, Deutsche Bank, La Tribune, Les Echos

Elisabeth Studer – 13 février 2016 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

21 commentaires

  1. retrouvé le retour 14 février 2016 à 01:02

    ” Libor” Une entente frauduleuse DB n’est pas seule dans le box !!

  2. Elisabeth Studer 14 février 2016 à 15:17

    oui, bcp d’autres banques sur la sellette aussi sur coco bonds …
    tres inquietant

  3. FDesjoyaux 14 février 2016 à 15:31
  4. ES 14 février 2016 à 20:14

    FRANCFORT, 10 février (Reuters) – Deutsche Bank a l’intention de réduire d’un tiers environ la valeur de sa filiale de banque de détail Postbank, que le groupe prévoit de vendre dans le cadre de la refonte de sa stratégie, a-t-on appris de deux sources proches du dossier.
    La première banque allemande va ramener la valeur de Postbank inscrite dans ses comptes à 2,8 milliards d’euros contre 4,5 milliards actuellement car ce dernier montant est irréaliste, que ce soit dans l’hypothèse d’une vente ou d’une introduction en Bourse, ont expliqué les sources.
    “La plupart des banques de détail se traitent entre 0,5 et 0,6 fois leur valeur comptable”, a déclaré un banquier d’investissement spécialiste du secteur financier, ajoutant que l’ampleur de la dépréciation évoquée était cohérente.
    Deutsche Bank a déclaré dans un courrier électronique qu’elle prévoyait des dépréciations liées à Postbank lorsque la vente de la filiale serait proche mais que leur montant dépendrait de la situation des marchés le moment venu.
    “Il est trop tôt pour spéculer sur les conclusions potentielles”, a ajouté le groupe.

  5. Tressa 26 janvier 2019 à 10:40

    A financial advisor is your planning accomplice.

  6. Mark 26 janvier 2019 à 19:34

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  7. Teodoro 26 janvier 2019 à 22:54

    Monetary advisors enterprise is folks enterprise.

  8. Frederick 27 janvier 2019 à 03:09

    This is true for funding advice as effectively.

  9. Stephaine 27 janvier 2019 à 13:27

    Buyers do pay direct and oblique prices.

  10. brazil nuts keto 27 janvier 2019 à 22:36

    I just couldn’t go away your site before suggesting
    that I actually loved the usual info a person provide to your visitors?
    Is gonna be again regularly to check up on new posts

  11. Bettina 28 janvier 2019 à 00:29

    All types of investments include certain dangers.

  12. Jacqueline 28 janvier 2019 à 00:31

    All sorts of investments include certain dangers.

  13. Judson 5 février 2019 à 17:32

    What’s up to all, the contents present at this web site
    are genuinely amazing for people knowledge, well, keep up the nice work fellows.

  14. Sherry 5 février 2019 à 17:50

    Today, I went to the beachfront with my children. I found a sea shell and gave it
    to my 4 year old daughter and said “You can hear the ocean if you put this to your ear.” She placed the shell to
    her ear and screamed. There was a hermit crab inside and it pinched her ear.
    She never wants to go back! LoL I know this is totally off topic but I had to tell
    someone!

  15. Mary 7 février 2019 à 07:16

    Thank you in your interest in Investment Recommendation.

  16. Humberto 8 février 2019 à 07:07

    Thank you for your curiosity in Funding Advice.

  17. Matilda 12 février 2019 à 04:29

    Consider investments that offer speedy annuities.

  18. Shari 15 février 2019 à 01:15

    Contemplate investments that supply immediate annuities.

  19. Stepanie 19 février 2019 à 03:07

    Thank you for your interest in Investment Recommendation.