Le Blog Finance

La BRI – banque des banques centrales – s’alarme à son tour de l’arrivée d’une tempête financière liée à la dette

Après la presse britannique, c’est désormais la très sérieuse Banque des règlements internationaux (BRI) qui s’inquiète de ce qui pourraient être des “signes avant-coureurs d’une tempête  qui couve depuis longtemps”. Une déclaration émanant tout de même d’une institution considérée comme la banque centrale des banques centrales … Pour un peu, cela serait plus qu’inquiétant

Dans son rapport trimestriel, publié dimanche, l’établissement financier a analysé en détail les secousses qui ont agité les marchés financiers en début d’année, son chef économiste mettant en garde contre le redoutable problème de la dette. 

“L’année 2016 a commencé par l’une des pires vagues de liquidation jamais vues”, a tout d’abord tenu à rappeler Claudio Borio, le chef du département monétaire et économique de la BRI.

Alors que les investisseurs se remettaient à peine du relèvement du taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine opéré mi-décembre, les marchés ont lourdement chuté deux semaines plus tard face aux signes de ralentissement en Chine, laissant redouter une fragilité globale des économies émergentes.

Cette première phase de turbulences a été par la suite suivie par une seconde vague en février, “plus brève mais peut-être plus préoccupante” selon Claudio Borio. Un phénomène consécutif aux inquiétudes quant à la santé des banques. La tension a une nouvelle fois pris de l’ampleur lorsque la banque du Japon a décidé à son tour d’imposer des taux négatifs, analyse encore le banquier.

“Au plus fort de cette tourmente, c’étaient plus de 6.500 milliards de dollars de titres souverains qui s’échangeaient à des rendements négatifs”, a-t-il indiqué, soulignant qu’une fois de plus, “les limites de l’impensable avaient été repoussées“.

Selon lui, l’origine de ces turbulences n’est cependant “pas difficile à trouver”, le lourd problème de la dette permettant de faire le lien entre “des évolutions apparemment sans rapport entre elles”.

Il observe ainsi que la dette, qui était à l’origine de la crise financière, n’a pas cessé d’enfler. Si, certes, dans les économies avancées, le secteur privé s’est désendetté, la dette publique a continué de gonfler. Phénomène le plus inquiétant à ses yeux : la situation des entreprises des économies émergentes, ces dernières ayant constitué jusque là le moteur de la croissance depuis la crise. Or, toujours selon lui, un cercle vicieux est en train de se former entre l’appréciation du dollar et le durcissement des conditions financières alors que nombre d’entre elles se sont endettées dans cette devise.

Allant dans le même sens, le Centre d’études prospectives et d’informations internationales  indiquait quant à lui en décembre 2015 que « la position actuelle de l’économie mondiale dans le cycle économique et financier présente des vulnérabilités ». Observant que « d’une part, l’endettement a continué d’augmenter dans les pays avancés, puis dans les pays émergents » et que « d’autre part, le dollar est entré dans un nouveau cycle haussier que la remontée des taux américains devrait accentuer. » Or, le mouvement « a déjà provoqué des fuites de capitaux hors des pays émergents très endettés, déstabilisant leurs taux de change. » poursuivait alors le CEPII.

Or, « le système monétaire international qui reste largement centré sur le dollar, alors même que l’hégémonie de l’économie américaine s’affaiblit, ne peut pas produire les ajustements nécessaires, d’autant moins que la politique monétaire américaine demeure unilatérale » avait-il ajouté. « Si aucune coopération ne vient lever ces contradictions, la globalisation financière pourrait reculer » avait-il d’ores et déjà averti. Poussant même un cri d’alarme en déclarant que « si l’appréciation du dollar s’accélère alors que les niveaux de dettes en dollars sont élevés, la dépréciation des monnaies émergentes peut créer une détresse financière plutôt que stimuler la demande réelle. »

Claudio Borio estime par ailleurs que la dette permet également de comprendre pourquoi les prix du pétrole sont si bas. En effet, malgré la baisse de la demande en Chine, due au ralentissement de la croissance chinoise, les compagnies pétrolières se voient toutefois contraintes de maintenir leur niveau de production afin de pouvoir rembourser leur “énorme dette”, phénomène pesant sur les cours, car conduisant à une offre disproportionnée par rapport aux besoins planétaires, qui ne fait qu’accroître le problème en un formidable cercle vicieux. En effet, le maintien de la production ne fait que faire chuter les prix, réduisant ainsi de facto leurs capacités de remboursement de leurs dettes, le problème devenant ainsi proche du supplice de Tantale.

Le banquier de la BRI estime encore que ces turbulences interviennent alors que les banques centrales ont été trop sollicitées. Malgré des conditions monétaires exceptionnellement accommodantes, la croissance n’est pas tant au rendez-vous et l’inflation reste obstinément faible.

Et pour la première fois, les investisseurs “semblent commencer à douter que les banques centrales aient des pouvoirs de guérison”, a-t-il mis en garde dès dimanche, quelques jours avant l’annonce annonce de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire par la Banque centrale européenne (BCE).

Vendredi, si le marché avait dans un premier temps salué les nouvelles mesures de soutien de la BCE, avec une baisse de ses taux, un renforcement du programme de rachats d’actifs et de nouveaux prêts aux banques, comme le prévoyait le banquier, les investisseurs ont par la suite douté de ses marges de manoeuvre et sur sa capacité à relancer l’économie.

Les statistiques de la BRI ont par ailleurs mis en évidence un ralentissement des flux financiers au niveau mondial. Ainsi, fin septembre, les emprunts en dollars contractés par des établissements non-bancaires se situaient à 3.300 milliards de dollars, un niveau inchangé par rapport à fin juin. La BRI précisant à cet égard qu’il s’agissait de la première fois depuis 2009 que ce niveau n’évoluait pas.

Les créances accordées à la Chine ont quant à elles chuté de 119 milliards de dollars, ramenant les encours à 877 milliards. Les emprunts transfrontaliers ont également chuté de 26 milliards dans le reste de l’Asie émergente, ce qui correspond à une baisse de 5% en valeur glissante annuelle.

Sources : AFP, BCRI, CEPII

Elisabeth Studer – 11mars 2016 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

43 commentaires

  1. SimonB 12 mars 2016 à 10:52

    Il fut une époque ou un pays se permettant de faire tourner la planche à billet inconsidérément ne pouvait que s’enfoncer dans l’inflation; aujourd’hui, la solidarité des nations dépendant de monnaies unique rend cette logique caduque, les ajustements ne se faisant plus que par corrections brutales des valorisations boursières et autres bailouts bancaires. La destruction de valeur résultante est elle, bien entendu, similaire.

  2. retrouvé le retour 13 mars 2016 à 01:23

    Les augmentations monstrueuses et systématiques de la masse monétaire sont directement absorbées mais c’est pas moi !!

  3. Elisabeth Studer 13 mars 2016 à 15:06

    c’est cela !

  4. retrouvé le retour 14 mars 2016 à 09:34

    C’est toi ES qui fait le “trou noir” ?

  5. Elisabeth Studer 15 mars 2016 à 00:20

    kesako ?

  6. retrouvé le retour 16 mars 2016 à 02:03

    ES le « trou noir » qui fait disparaître les QE !!

  7. Nenuphar 17 mars 2016 à 00:17

    Il lui aura fallu tout ce temps pour s’apercevoir que cela ne tournait pas rond !

    Les montagnes de dettes ne sont pas nées du jour au lendemain. Les USA en premiers ont usé et abusé de ces dettes à tous les niveaux. Même les particuliers ont crevé les plafonds avec leurs cartes de crédit.

    Le monde ou plus exactement les puissances occidentales vivent à crédit depuis des lustres. Elles font la pluie et le beau temps au détriment du reste du monde. Allez donc dire aux pays pauvres qu’ils sont dispensés de rembourser leurs dettes. Les occidentaux oui mais pas ceux qui sont de fait sous leur coupe.

    C’est à dégouter de voir comment le monde tourne à sens unique au profit des forts qui imposent leurs affaires aux autres par l’impression de PQ à ne plus en finir, qui ne sont “utilisés” que pour faire monter les indices à acheter à vil prix des denrées et des terres avec des monnaies qui ne valent même pas le prix du papier sur lequel elles sont imprimées et pendant ce temps ces mêmes pays font la loi universelle en dictant leurs conditions à ceux qui protestent sous peine de les bombarder.

    Merde alors !

  8. Référencement Lyon 17 mars 2016 à 02:07

    Ils ont bien fait de prendre le temps de la réflexion pour arriver à une conclusion qui fait largement consensus…

  9. retrouvé le retour 17 mars 2016 à 10:08

    “Ils ont bien fait de prendre le temps de la réflexion pour arriver à une conclusion qui fait largement consensus”
    Citation de Fabius ou du Juppé? de la langue de bois de velours !!
    Trop réfléchir nuit à l’intervention, le consensus c’est le passé !!

  10. retrouvé le retour 26 mars 2016 à 23:36

    Staffan de Mistura ( voir sa bio sur un site de qualité !!) missi dominici de ” Ben ki moon” demie moitié de Coréen ( selon le dictat des USA ) ne sait plus bien où il crèche et il n’est pas le seul.
    Toutes les institutions financières mondiales sont construites à la remorque de ce “modèle politique onusien” totalement loufoque ! Avec tous ces grands organisateurs de désastres, cette fois la crise financière est bien en marche.
    ES as-tu préparé tes arrières ?

  11. Elisabeth Studer 27 mars 2016 à 00:36

    j’ai pris mes devants pour preparer mes arrières ;-)
    manque plus à planter choux et tomates et à acheter les poules . au pire, je me rabats sur les lapins.

  12. Murray 26 janvier 2019 à 08:18

    Thanks to your interest in Investment Recommendation.

  13. Amber 26 janvier 2019 à 09:23

    Monetary advisors business is people business.

  14. Kathleen 26 janvier 2019 à 11:10

    And this is an investment threat value taking.

  15. Karry 26 janvier 2019 à 14:40

    Now it’s time to decide your particular investments.

  16. brazilian wax tips 26 janvier 2019 à 20:43

    I think this is among the most vital info for me. And i’m glad reading your article.
    But should remark on few general things, The website style is
    wonderful, the articles is really excellent :
    D. Good job, cheers

  17. Pearlene 26 janvier 2019 à 21:12

    This is true for funding recommendation as properly.

  18. brazilian wandering spider 26 janvier 2019 à 21:32

    Fastidious respond in return of this query with genuine arguments
    and explaining all on the topic of that.

  19. Art 27 janvier 2019 à 00:22

    obviously like your web-site but you have to test the spelling on several of your posts.

    Several of them are rife with spelling issues and I to find
    it very bothersome to inform the truth however I will certainly come back again.

  20. Edgardo 27 janvier 2019 à 02:23

    Investors do pay direct and oblique prices.

  21. Shanel 27 janvier 2019 à 04:06

    Financial advisors business is folks enterprise.

  22. Maximo 27 janvier 2019 à 04:58

    Traders do pay direct and indirect prices.

  23. Tamera 27 janvier 2019 à 08:17

    Buyers do pay direct and indirect costs.

  24. Virginia 27 janvier 2019 à 13:05

    Now it’s time to decide your specific investments.

  25. Edwardo 27 janvier 2019 à 23:36

    Thank you to your curiosity in Funding Advice.

  26. Sabina 6 février 2019 à 21:29

    Very good info. Lucky me I recently found your website by
    chance (stumbleupon). I have saved as a favorite for later!

  27. website link 8 février 2019 à 01:34

    I simply want to say I’m very new to blogging and site-building and truly loved this web blog. Very likely I’m want to bookmark your site . You really come with tremendous article content. Thanks a bunch for sharing with us your website.

  28. Mona 9 février 2019 à 01:29

    A monetary advisor is your planning companion.

  29. Elvin 9 février 2019 à 05:22

    Think about investments that supply immediate annuities.

  30. Vallie 10 février 2019 à 15:19

    And this is an funding risk worth taking.

  31. Gustavo 11 février 2019 à 02:51

    Monetary advisors business is folks enterprise.

  32. Derick 11 février 2019 à 03:04

    Consider investments that offer rapid annuities.

  33. John Deere Technical Manuals 11 février 2019 à 19:06

    Thank you for any other great article. Where else may anybody get that type of info in such a perfect manner of writing? I’ve a presentation next week, and I am at the search for such information.

  34. Norma 15 février 2019 à 01:38

    Monetary advisors business is people enterprise.

  35. Tyson 15 février 2019 à 03:09

    This is true for funding recommendation as nicely.

  36. Nicole 16 février 2019 à 01:28

    Monetary advisors business is individuals enterprise.

  37. Estelle 16 février 2019 à 01:30

    Thank you to your interest in Funding Advice.

  38. Torri 16 février 2019 à 01:45

    Now it is time to decide your specific investments.

  39. Hung 17 février 2019 à 01:32

    That is true for investment advice as well.

  40. Raquel 17 février 2019 à 02:46

    Consider investments that supply immediate annuities.

  41. Hugh 18 février 2019 à 02:11

    This is true for funding advice as effectively.

  42. Irma Grahl 18 février 2019 à 20:29

    I have a website idea that i know will make me money, i just don’t know what to do and where to start..