Le Blog Finance

Quand les Etats-Unis affichent ouvertement leur intérêt à éviter un Brexit

Encore une fois Washington clame haut et fort se mêler de la politique économique et financière des pays européens sans que cela ne choque personne ou presque  et ne fasse encore moins réagir.

Dans des propos qui ont au moins le mérite de leur franchise, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a déclaré samedi que les Etats-Unis avaient un intérêt profond au maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne.

De quoi je me mêle serait-on toutefois tenté de dire !

S’exprimant dans le cadre de la Conférence sur la sécurité de Munich, John Kerry a ainsi déclaré : « de toute évidence, les Etats-Unis ont un intérêt profond dans votre succès (européen), tout comme dans le maintien d’un Royaume-Uni très fort au sein d’une Union européenne forte ».

Ajoutant : « la vérité c’est que durant chaque décennie depuis sa fondation, l’UE a été mise à l’épreuve par des forces extérieures et intérieures qui profitaient d’une maison divisée. » (sic)

Il est vrai qu’en décembre 1956, trois mois avant sa mort, le président de l’American Committee for United Europe, William Donovan présentera l’Europe unie comme ” un rempart contre les menées agressives du monde communiste “. En d’autres termes, un atout supplémentaire de la stratégie américaine conçue initialement par Marshall et ses successeurs : construire l’Europe, c’est remplir un vide continental qui ne profite qu’à Staline, donc, en dernier ressort, protéger les Etats-Unis.

« J’ai confiance qu’ici, comme elle l’a fait tant de fois avant, l’Europe va émerger plus forte que jamais, du moment qu’elle reste unie », a-t-il ajouté, dans le cadre du débat sur le maintien du Royaume-Uni l’UE mais aussi de la crise migratoire.

Ces propos interviennent alors que le Premier ministre britannique David Cameron est engagé dans un « marathon diplomatique » en vue de convaincre ses partenaires européens d’appuyer ses demandes de réformes lors du sommet qui se tiendra les 18 et 19 février prochain à Bruxelles, tout en tentant d’éviter un Brexit.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a dévoilé la semaine dernière le préaccord élaboré en vue d’éviter une sortie de la Grande-Bretagne de l’UE. Ce dernier prône la suppression des aides sociales accordées par Londres aux travailleurs intra-européens …. et des garanties que la City ne pâtira pas d’un renforcement de l’euro. Une potentielle vigueur de la monnaie européenne dont Washington pourrait égaler grandement souffrir …. qui dit raffermissement pouvant conduire aisément à affaiblissement du dollar. Ce qui pourrait expliquer les propos de John Kerry quant aux intérêts des Etats-Unis au maintien du Royaume-Uni dans l’UE.

David Cameron a quant à lui affirmé vendredi en Allemagne croire aux chances d’un accord permettant à son pays de rester dans l’Union européenne, la chancelière allemande Angela Merkel réaffirmant pour sa part vouloir empêcher un Brexit.

En y regardant bien, en augmentant les chances d’un accord évitant le Brexit, le Royaume-Uni contribuerait dans son propre intérêt à la consolidation de la monnaie unique. En effet, l’implosion de l’euro pourrait entraîner la désintégration définitive de l’Union, rendant alors caduques les négociations sur un éventuel accord entre l’Union et le Royaume-Uni après sa sortie.

Au final, les dommages ainsi infligés à l’économie du continent européen mais aussi à celle du Royaume-Uni et les effets mondiaux du Brexit pourraient avoir des conséquences géopolitiques profondes dont l’Europe dans son ensemble aurait les plus grandes difficultés à se relever.

Elisabeth Studer – 13 février 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Le Royaume-Uni augmente ses réserves de change, protection face à un éventuel Brexit ?

Partager cet article

Article de

17 commentaires

  1. retrouvé le retour 14 février 2016 à 01:08

    l’Ovni Polacko-Us Donald Tusk ne va pas tarder à rejoindre Disneyland .

  2. Wilfred 26 janvier 2019 à 03:44

    I’m amazed, I have to admit. Seldom do I encounter a blog that’s equally educative and amusing,
    and let me tell you, you’ve hit the nail on the
    head. The issue is an issue that not enough folks are speaking intelligently about.
    I am very happy that I found this in my hunt for something relating to this.

  3. Tamika 26 janvier 2019 à 17:33

    Contemplate investments that provide instant annuities.

  4. Millie 26 janvier 2019 à 21:57

    A financial advisor is your planning partner.

  5. Ronda 26 janvier 2019 à 22:30

    I do not know whether it’s just me or if perhaps everybody else experiencing
    issues with your website. It appears as though some of the written text within your posts are
    running off the screen. Can someone else
    please comment and let me know if this is happening to them too?

    This might be a issue with my internet browser because I’ve
    had this happen before. Kudos

  6. Alba 27 janvier 2019 à 04:01

    A monetary advisor is your planning partner.

  7. Terri 27 janvier 2019 à 05:01

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  8. Carmen 2 février 2019 à 20:36

    Its like you read my mind! You seem to know a
    lot about this, like you wrote the book in it or something.
    I think that you could do with some pics to drive the message home a bit, but other than that, this is great blog.
    A fantastic read. I’ll certainly be back.

  9. Helen 6 février 2019 à 02:56

    Thanks on your curiosity in Investment Advice.

  10. Garry 7 février 2019 à 01:50

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  11. Gail 9 février 2019 à 03:13

    Now it is time to decide your particular investments.

  12. Gidget 9 février 2019 à 04:56

    Monetary advisors business is people enterprise.

  13. Derek 10 février 2019 à 15:09

    Thanks to your curiosity in Funding Advice.

  14. Felisha 11 février 2019 à 03:55

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  15. Franziska 11 février 2019 à 08:56

    Traders do pay direct and indirect costs.

  16. Silvia 15 février 2019 à 01:28

    Now it is time to pick your particular investments.

  17. Bertha 18 février 2019 à 01:24

    Financial advisors business is people business.