Le Blog Finance

Volkswagen menacé de rembourser 40 milliards d’euros dans le cadre d’une class action

Une redoutable menace financière plane désormais au dessus de Volkswagen. Selon le Sunday Telegraph, un fonds d’investissement et l’un des plus grands cabinets d’avocats du monde prendraient contact actuellement avec les actionnaires les plus importants du constructeur  – et qui plus est, les plus influents – afin de les convaincre de s’unir dans le cadre d’une action collective (class action).

Objectif : obtenir des dommages et intérêts en dédommagement des pertes subies en Bourse. En plombant très certainement au passage un des fleurons de l’industrie automobile européenne … ce qui, le cas échéant serait loin de déplaire au lobby industriel US.

Emmanuel Macron est loin d’avoir totalement tort quand il ose affirmer haut et clair que des constructeurs américains cherchent «à affaiblir l’industrie européenne». Ajoutons l’intérêt pour le gouvernement Obama d’affaiblir l’Allemagne, puissant acteur à Bruxelles … et l’enjeu devient bigrement alléchant pour qui veut plomber l‘Union européenne  toute entière.

Quoi qu’il en soit, en vue de compenser les pertes subies en Bourse  à la suite du scandale des moteurs truqués, les protagonistes auraient l’intention de demander à VW quelque  40 milliards d’euros de dommages et intérêts, si l’on en croit le quotidien britannique.

L’affaire serait suivie par le cabinet international Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan, lequel a d’ores et déjà mené avec brio d’autres opérations de ce type, des entreprises telles que Google, Sony et la Fifa figurant parmi ses clients.

Selon le Sunday Telegraph, le cabinet aurait été sollicité par le groupe Bentham, fonds spécialisé dans le financement d’actions judiciaires de grandes ampleurs. Ils auraient déjà contacté les fonds souverains du Qatar et de la Norvège en vue de les convaincre de se rallier à cette cause.

Les dommages et intérêts découlant de la”malhonnêteté de fond” de Volkswagen – selon les termes mêmes de l’un des managers du cabinet international – pourraient être calculés à partir de 2009, date à partir de laquelle les manœuvres de falsification ont débuté.

Une première vague d’actions judiciaires devrait débuter avant février 2016 en Allemagne, selon le planning estimatif du cabinet. Fondées sur la loi allemande concernant les transactions sur  valeurs mobilières, ces dernières tenteraient à démontrer que, si les investisseurs avaient eu connaissance des pratiques de VW, ils n’auraient pas acquis de titres du constructeur. Opérer un black-out sur ce sujet vis-à-vis des actionnaires constituerait ainsi une grave forme de négligence commise par le management.

Précisons que la reconnaissance de la faute de VW a été extrêmement coûteuse pour les détenteurs du titre. Au tout début de l’automne, en trois jours à peine, près de 25 milliards d’euros sont partis en fumée, le marché redoutant d’ores et déjà des dégâts beaucoup plus importants que le seul montant de l’amende que les États-Unis pourraient infliger au constructeur, estimé à 18 milliards de dollars (16 milliards d’euros).

Ce qui fait dire à Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan qu’il ne sera pas « très difficile de trouver des actionnaires qui ont souffert de ces pratiques trompeuses, « les investisseurs institutionnels » étant selon lui, « sous la pression de leurs propres actionnaires pour agir après la dégringolade du cours des actions VW . “

Selon Jeremy Marshall , directeur des investissements à Bentham, l’introduction d’une action conjointe menée par les investisseurs institutionnels est un moyen plus efficace de poursuivre VW. Il fait état par ailleurs d’un véritable « appétit » des actionnaires pour poursuivre le constructeur.

M. Marshall a également préciser qu’en vue de financer l’opération, Bentham chercherait à obtenir entre 20 % et 25 % des dommages-intérêts versés, ajoutant qu’avant d’atteindre la moindre salle d’audience, 6 à 7 millions d’euros (NDLR : et non milliards comme précédemment évoqué) devraient être déboursés.

Rappelons que VW est largement contrôlé par deux grands investisseurs : Porsche Holding à hauteur de 50 % et le Land allemand de Basse-Saxe pour 20 %. Lesquels n’ont aucun intérêt à poursuivre Volkswagen pour la perte de sa valeur boursière, leurs propres intérêts étroitement liés à la santé de VW.

Reste tout de même le fonds d’investissement du Qatar, qui détient 17 % du constructeur, puis des actionnaires détenteurs d’environ 2 % du capital dont le fonds souverain de la Norvège , Suzuki , Axa et Blackrock. Blackrock …. “le fonds d’investissement qui a la puissance d’un Etat“, titrait en 2011 le journal « Le Point », ajoutant qu’il s’agit de la plus grosse firme de gestion d’actifs du monde.

Tandis que Reuters s’interrogeait quant à lui : “Est-ce que BlackRock  dirige le monde ?”.

Sources : Sunday Telegraph, La Tribune, Le Figaro, AFP

Elisabeth Studer – 21 octobre 2015 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Scandale VW : vers des dommages financiers collatéraux en Chine ?

Affaire Volkswagen : enquête de la Banque européenne d’investissement sur l’usage de ses prêts

Partager cet article

Article de

38 commentaires

  1. Elisabeth Studer 22 octobre 2015 à 01:27

    http://www.franceinfo.fr/emission/tout-info-tout-eco/2015-2016/volkswagen-entre-scandale-environnemental-et-guerre-industrielle-23-09-2015-06-53

    Extrait :
    Si on extrapole, peut-on faire le lien avec le traité transatlantique de libre-échange qui est en cours de négociation entre Bruxelles et Washington ?

    Ce traité bilatéral imposera des règles réciproques à tous les pays partenaires. Exemple, pour rester dans le domaine de l’automobile : en matière de crash test, pour vendre une voiture aux Etats-Unis, l’Union européenne imposera aux constructeurs européens des normes acceptables sur le sol américain et, vice versa, les normes américaines devront rester sous la toise européenne. Nous sommes aujourd’hui dans ce rapport de force et les Etats-Unis montrent leurs muscles pour devenir le ‘deus ex machina’ de la norme mondiale, là où l’Europe se cherche encore car elle manque de leadership. L’affaire Volkswagen est un immense scandale industriel qui appelle des sanctions évidentes, mais c’est aussi la face cachée de l’offensive économique américaine qui se joue avec des exemples marquant l’opinion publique. L’occasion fait le larron. En touchant Volkswagen, les américains touchent directement l’Allemagne, orgueil du savoir-faire et de la rigueur, surtout moteur de l’économie européenne.

  2. Elisabeth Studer 22 octobre 2015 à 01:30

    «La tricherie de Volkswagen entame la crédibilité des Européens»
    HOME ECONOMIE CONJONCTURE
    Publié le 01/10/2015 à 19:54

    INTERVIEW – Scandale Volkswagen, négociations tendues avec les États-Unis sur le traité transatlantique, la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a accordé un entretien au Figaro sur ses dossiers chauds.

    La Suédoise Cecilia Malmström était à Washington le jour où a éclaté, aux États-Unis, le scandale de la tricherie de Volkswagen sur ses dispositifs antipollution. Elle était en pleines discussions avec Michael Froman, le négociateur américain pour le traité transatlantique.
    Le FIGARO.- Votre position de négociation se trouve-t-elle affaiblie par le scandale Volkswagen?
    Cecilia MALMSTROM. – La crédibilité des Européens est entamée par cette affaire, c’est le moins que l’on puisse dire. J’ai passé deux ans à expliquer aux Américains que les Européens seront intraitables sur les normes et les contrôles, parce que c’est notre culture. Les tables ont tourné. Volkswagen a triché, nous n’avons pas fini d’en mesurer le prix…
    D’un autre côté, le mythe d’une Amérique qui voudrait imposer la loi de la jungle s’en trouve écorné. Cela peut vous arranger…
    Dans le débat européen, j’entends toujours dire que les normes sont inexistantes aux États-Unis, ou qu’elles seraient ignorées. Cette affaire prouve bien le contraire. Elle montre aussi qu’il y a des défaillances en Europe. Il suffit de rappeler que la mise en cause du secret bancaire, ou encore le procès de la Fédération internationale de football, ont commencé de l’autre côté de l’Atlantique.

  3. manu abelé 22 octobre 2015 à 10:13

    je plussoie complètement à votre article! entre ça et les amendes de la SEC à des entités européennes devenues quasi quotidiennes, on pourrait dire que c’est juste le début d’ici à la signature du Tafta! on voit aussi qu’ouvrir le capital de fleurons industriels européens à n’importe qui n’est pas sans risque..

  4. Elisabeth Studer 22 octobre 2015 à 13:58

    tout à fait Manu Abele, vous me faites extremement plaisir !!!!!
    Oui, BlackRock avec “juste” 2 % peut faire beaucoup de mal …….
    et regardez ce que j’ai mis en lien sur placement propose par BlackRock … : la boucle est bouclée !!

  5. Elisabeth Studer 22 octobre 2015 à 13:59

    certains ne croient pas aux manoeuvres US et pourtant
    Pour suivre désormais autant l’automobile que le pétrole, je vois désormais que les USA y adoptent les mêmes types de pratique pour plomber l’adversaire.

  6. Elisabeth Studer 22 octobre 2015 à 14:01

    https://www.ishares.com/fr/investisseurs-qualifies/fr/products/251932/ishares-stoxx-europe-600-automobiles-parts-ucits-etf-de-fund

    tout de même …. :
    OBJECTIF D’INVESTISSEMENT

    Le Compartiment cherche à répliquer la performance d’un indice composé de sociétés du secteur européen de l’automobile et des pièces détachées.

    POURQUOI EXV5?

    Une exposition à des sociétés des pays développés en Europe
    Un investissement direct dans des sociétés du supersecteur de l’automobile et des pièces détachées comme défini par le Industry Classification Benchmark (ICB)
    Une exposition sectorielle à l’automobile et aux pièces détachées

    Pincez – moi !!!!!!!!!!

  7. Elisabeth Studer 22 octobre 2015 à 14:02

    J’ HALLUCINE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Gérant de produits : BlackRock Asset Management Deutschland AG

    https://www.ishares.com/fr/investisseurs-qualifies/fr/products/251932/ishares-stoxx-europe-600-automobiles-parts-ucits-etf-de-fund

    ……

  8. Elisabeth Studer 22 octobre 2015 à 14:03

    BlackRock …. Deutschland ….

  9. Elisabeth Studer 22 octobre 2015 à 14:09

    principales positions au 21/10/2015 :

    Symbole Nom Pondération (%) Valeur de marché

    DAI DAIMLER AG 31,09 42 349 486

    BMW BAYERISCHE MOTORENWERKE AG BMW 12,62 17 184 024

    CON CONTINENTAL AG 10,05 13 691 512

    RNO RENAULT PAR SA 7,30 9 942 657
    ML MICHELIN 7,14 9 724 444
    VOW3 VOLKSWAGEN AG 7,07 9 623 641
    FCA FIAT CHRYSLER AUTOMOBILES 5,33 7 265 098
    FR VALEO SA 4,80 6 538 016
    UG PEUGEOT SA 3,20 4 353 498
    GKN GKN PLC 2,92 3 975 171

  10. Antonio 24 janvier 2019 à 23:28

    I read this post fully about the comparison of most recent and previous technologies,
    it’s amazing article.

  11. Rozella 26 janvier 2019 à 18:25

    Thanks in your interest in Funding Recommendation.

  12. Jasper 26 janvier 2019 à 21:38

    I’m not sure why but this web site is loading very slow for me.
    Is anyone else having this problem or is it a problem on my end?

    I’ll check back later and see if the problem still exists.

  13. Reece 26 janvier 2019 à 22:49

    Buyers do pay direct and indirect prices.

  14. Kourtney 27 janvier 2019 à 09:23

    Contemplate investments that provide immediate annuities.

  15. Carina 27 janvier 2019 à 12:56

    Financial advisors enterprise is people business.

  16. Michale 27 janvier 2019 à 15:59

    That is true for funding advice as well.

  17. Tesha 27 janvier 2019 à 19:07

    Thanks to your curiosity in Funding Advice.

  18. brazilian steakhouse near me 28 janvier 2019 à 00:21

    Greate post. Keep writing such kind of information on your
    page. Im really impressed by your blog.
    Hi there, You have done a great job. I will
    definitely digg it and individually recommend to my friends.
    I’m sure they will be benefited from this web site.

  19. Austin 28 janvier 2019 à 07:15

    Can I simply just say what a relief to uncover somebody
    that actually knows what they’re discussing on the net.
    You certainly realize how to bring an issue to light and make it important.
    More and more people have to check this out and understand this side
    of the story. I was surprised you’re not more popular given that you definitely possess the gift.

  20. Lorena 2 février 2019 à 08:09

    Financial advisors enterprise is folks business.

  21. Valentin 5 février 2019 à 17:09

    All types of investments include certain risks.

  22. Una 7 février 2019 à 03:04

    Financial advisors business is folks enterprise.

  23. Natalia 7 février 2019 à 07:04

    Now it’s time to decide your specific investments.

  24. Delphia 7 février 2019 à 08:20

    This is true for funding recommendation as properly.

  25. Shawna 8 février 2019 à 06:06

    All sorts of investments include certain risks.

  26. Jens 11 février 2019 à 01:06

    Thank you on your curiosity in Investment Advice.

  27. Fred 11 février 2019 à 01:45

    Contemplate investments that offer speedy annuities.

  28. Marla 11 février 2019 à 02:52

    Now it is time to choose your specific investments.

  29. Finn 12 février 2019 à 01:54

    Financial advisors enterprise is folks business.

  30. Rusty 12 février 2019 à 04:27

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  31. Carla 15 février 2019 à 02:01

    Traders do pay direct and oblique costs.

  32. Jennifer 15 février 2019 à 03:06

    That is true for investment advice as well.

  33. Patrick 16 février 2019 à 02:01

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  34. Federico 16 février 2019 à 02:58

    Thank you for your interest in Investment Advice.

  35. Terence 18 février 2019 à 02:04

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  36. Josette 18 février 2019 à 02:58

    Investors do pay direct and indirect costs.

  37. Jamal 19 février 2019 à 04:58

    Financial advisors business is individuals enterprise.