Le Blog Finance

Vers l’éclatement d’une nouvelle bulle : la bulle carbone ?

Une nouvelle bulle pourrait éclater avec des impacts économiques et financiers non négligeables. C’est en effet le cri d’alarme que vient de lancer Rachel Kyte, chargée du dossier climat à la Banque mondiale.

Selon elle, la « décarbonisation » de l’économie doit être gérée avec minutie afin d’éviter un choc trop brutal pour les industries polluantes et l’éclatement la bulle carbone.

« Si nous acceptons qu’il faut moins de carbone dans notre croissance, nous pourrions avoir un risque financier lié à la proéminence dans notre économie d’entreprises qui ont lourdement investies dans le carbone », a ainsi indiqué Rachel Kyte, s’exprimant dans le cadre d’un entretien à l’AFP à Lima.

Estimant que l’accord climatique qui pourrait être conclu dans deux mois lors de la conférence COP 21 Paris pourrait déstabiliser ces entreprises, lesquelles font par ailleurs face à un mouvement croissant de désinvestissement hors des activités polluantes, elle invite les banquiers centraux à analyser s’il s’agit d’un risque systémique susceptible faire chanceler l’économie dans son ensemble.

Satisfaite certes de l’engagement pris par les pays riches de réunir 100 milliards de dollars par an pour aider ceux du Sud à combattre le changement climatique, qualifiant une telle décision de « politiquement importante » de la part de ceux à l’origine du problème climatique, la responsable estime que par dessus tout, l’engagement doit être pris sur le chemin d’une économie décarbonisée.

Elle considère ainsi que les transports, les villes et l’énergie doivent changer radicalement, nécessitant des investissements colossaux. « Ce n’est pas un problème à 100 milliards de dollars mais à plusieurs milliers de milliards de dollars », a-t-elle assuré.

Des propos qui interviennent alors que la France a annoncé vendredi à Lima l’apport de 15 milliards de dollars supplémentaires dans l’enveloppe annuelle promise aux pays pauvres qui contenait jusque-là 62 milliards.

Déjà en avril 2013, un rapport du groupe de recherche Carbon Tracker avait laissé entendre que l’argent injecté dans l’industrie des énergies fossiles jusqu’à l’horizon 2023, soit 6 000 milliards de dollars pourrait être à terme purement et simplement perdu.
Le think tank redoutait alors fortement l’émergence d’un violent déséquilibre des prix susceptible de provoquer l’éclatement d’une bulle, le niveau des cours d’échanges pouvant se révéler à terme excessif par rapport à la valeur financière des réserves d’énergie fossile (pétrole, charbon et gaz naturel).

Ainsi, après la bulle Internet et la crise des subprime aux Etats-Unis, une nouvelle bulle pourrait voir le jour et menacer le système financier dans son ensemble, s’alarmait d’ores et déjà Carbon Tracker. Une situation engendrée par les investissements des entreprises liées au secteur énergétique et à la valorisation de ces investissements, en tenant compte des quotas limitant les émissions de carbone instaurés au niveau international.

Entre 60 et 80 % des réserves identifiées ne seront pas utilisées si l’objectif d’un réchauffement climatique inférieur plus de 2° Celsius d’ici à 2050 est respecté, estimait alors le groupe de recherche.

Or, une grande partie de ces énergies étant déjà cotée, les contrats qui permettent d’échanger les titres de ces entreprises investissant dans le secteur énergétique sont très largement surévalués.

Pour respecter le maximum de 2°, il faudrait limiter le total des émissions de dioxyde de carbone entre 500 et 1 000 milliards de tonnes d’ici à 2050. Or, en tenant compte uniquement du niveau des réserves détenues par les entreprises cotées, lesquelles équivalaient à cette date à 762 milliards de tonnes, on se trouvait d’ores et déjà à mi-chemin du seuil à partir duquel leurs actifs n’auront plus de valeur, ne pouvant plus en effet être couverts par des droits à polluer.

Carbon Tracker publiait alors une infographie permettant de comprendre où se situent les points névralgiques des échanges de carbone et de prendre la mesure des risques qui pèsent sur ces marchés. Figurent en premier lieu, Wall Street, le Micex russe et la City londonienne, places financières réputées comme cruciales dans le secteur de l’énergie.

Pire encore, à l’examen du classement des marchés les plus exposés, la Bourse d’Athènes figurait alors en deuxième position, juste derrière la place de Moscou.

A cette date, l’Athens Stock Exchange (ASE) était doté d’un ratio d’émissions de titres liés à l’énergie (par rapport à sa capitalisation boursière) représentant plus du double de tous les autres marchés.

En 2013, l’agence de notation S & P avait d’ores et déjà averti qu’elle pourrait dégrader les notes de crédit des entreprises du secteur pétrolier dans les prochaines années, en raison de ces mêmes inquiétudes concernant un surinvestissement dans les énergies fossiles. Parmi les pays visés figuraient alors l’Australie, dotée d’une puissante industrie minière, ainsi que la  Chine, énergivore en terme de charbon.

Autre menace et non des moindres soulignait alors le rapport : les sommes proviennent en grande partie de l’argent du grand public via des gérants de fonds de pension ou d’actionnaires. ”Demandez des comptes à votre gérant”, recommandaient alors les auteurs. ”Demandez lui comment il gère le risque posé par la bulle du carbone.”

Sources : AFP, Le Monde, Carbon Tracker

Elisabeth Studer – 11 octobre 2015 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

19 commentaires

  1. courtier bordeaux 13 octobre 2015 à 14:59

    l’histoire se répète, crédit / spéculation / bulle et fonds de pension. Finalement les crises à répétition n’ont guéri personne !

  2. Elisabeth Studer 13 octobre 2015 à 18:58

    EDF favorable à un prix plancher du carbone en France

    Paris – EDF a plaidé mardi pour un prix du carbone plus élevé, à un mois et demi de l’ouverture de la conférence environnementale de Paris, et apporté son soutien à la proposition gouvernementale de créer un prix plancher pour le secteur électrique en France.

    La plupart des entreprises aujourd’hui ont des scénarios de prix du carbone pour leurs investissements, et nous aussi bien entendu. Mais il faut aller plus loin, a déclaré Claude Nahon, directrice du développement durable du géant français de l’électricité.

    Nous avons besoin d’un prix du carbone maintenant pour éviter dès aujourd’hui de mettre du CO2 dans l’atmosphère en orientant nos décisions d’exploitation. Nous soutenons bien sûr la proposition de Madame Royal de créer un prix plancher du carbone en France, voire en Europe, a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse.

    La ministre de l’Ecologie et de l’Energie, Ségolène Royal, avait avancé jeudi la possibilité de mettre en place un tel prix plancher face au fonctionnement encore imparfait du marché du carbone européen, instrument de la politique climatique de l’UE.

    Cette proposition devrait être examinée à l’occasion d’un projet de loi de finances rectificative, en fin d’année.

    Depuis 2009, l’UE peine à redresser le marché du carbone lancé en 2005 dans le but d’inciter les entreprises à investir dans des technologies moins polluantes.

    Du fait du ralentissement économique, mais aussi du développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, la demande de quotas d’émission (ou droits à polluer) a chuté et les excédents se sont accumulés, pesant sur le prix du carbone.

    Il faut au moins revenir entre 20 et 30 euros la tonne (…), voire monter beaucoup plus haut, a estimé Mme Nahon.

    EDF se targue d’un faible bilan carbone dans l’Hexagone grâce à son parc nucléaire de 58 réacteurs, à ses centrales hydrauliques et à ses installations éoliennes et solaires. Le groupe dit émettre 17 grammes de CO2 par kilowattheure, contre une moyenne européenne d’environ 300 g/kWh.

    Dans le cadre de sa stratégie bas carbone, il souhaite doubler son parc renouvelable dans le monde en 2030 pour passer de 28 gigawatts à plus de 50 GW et a placé sous revue stratégique l’ensemble de ses actifs dans les énergies fossiles en Europe continentale, sauf en France.

    L’électricien est cependant engagé dans la construction d’une centrale à charbon dans le Sud-Est de la Chine. Comme son concurrent Engie, il a aussi été épinglé par des ONG pour l’exploitation dans le monde de centrales à charbon, l’énergie fossile la plus émettrice en CO2.

    mpa/abb/pb

    (AFP / 13 octobre 2015 16h47)

  3. detecteur de fumee 19 octobre 2015 à 15:43

    effectivement, “la décarbonisation” de l’économie risque de faire du mal à pas mal d’entreprises et risque d’entraîner des licenciements voire même des faillites.

  4. Joan 26 janvier 2019 à 02:55

    Asking questions are truly good thing if you are not understanding something fully, except this article presents good understanding even.

  5. brazil flag icon 26 janvier 2019 à 04:39

    Excellent web site you’ve got here.. It’s hard to find
    high quality writing like yours nowadays. I honestly appreciate people like you!
    Take care!!

  6. Arlie 26 janvier 2019 à 12:14

    All sorts of investments come with certain dangers.

  7. Roxana 26 janvier 2019 à 16:27

    Usually I don’t read article on blogs, but I would like to say that this write-up very forced me to try and do so!
    Your writing taste has been surprised me. Thank you, quite
    nice article.

  8. brazil nuts in shell 26 janvier 2019 à 17:18

    I do not know whether it’s just me or if perhaps everyone else encountering problems with your blog.
    It looks like some of the written text in your posts are running off the
    screen. Can somebody else please comment and let me
    know if this is happening to them as well? This might
    be a issue with my browser because I’ve had this happen before.
    Kudos

  9. Kazuko 26 janvier 2019 à 20:06

    Investors do pay direct and oblique prices.

  10. Oren 26 janvier 2019 à 22:55

    Thank you for your curiosity in Investment Advice.

  11. Velva 27 janvier 2019 à 14:13

    Traders do pay direct and oblique prices.

  12. Eli 27 janvier 2019 à 20:22

    Monetary advisors business is individuals enterprise.

  13. Quincy 28 janvier 2019 à 00:11

    Thanks in your curiosity in Funding Advice.

  14. Kathrin 8 février 2019 à 06:38

    A monetary advisor is your planning companion.

  15. Jovita 11 février 2019 à 09:07

    And this is an funding danger price taking.

  16. Libby 15 février 2019 à 01:19

    A financial advisor is your planning partner.

  17. Edwin 15 février 2019 à 02:40

    And this is an investment danger price taking.

  18. Erlinda 15 février 2019 à 02:53

    A financial advisor is your planning companion.

  19. Muoi 17 février 2019 à 01:11

    A financial advisor is your planning partner.