Le Blog Finance

Grèce/scandale de corruption sur contrats d’armement avec France et Allemagne : la Suisse saisit des comptes bancaires

Voilà une affaire qui ne fait pas grand bruit en France, et pourtant … il est vrai que les groupes français  et allemands du secteur de l’armement, tels que EADS, sont directement concernés. Loin du politiquement correct, donc …

La presses suisse se veut quant à elle beaucoup plus loquace. On ne peut que la remercier. Il est vrai que les banques suisses ont également joué un rôle important dans le dossier.
Mais venons en au fait.

Berne vient de saisir 35 millions de francs suisses sur des comptes bancaires dans le cadre du vaste scandale de corruption et blanchiment lié à des contrats d’armement en Grèce. Affaire qui a tout de même déjà valu 20 ans de prison à un ancien ministre grec.

Rappelons que des pots de vin ont été versés pour faciliter la signature de contrats de ventes d’armes à la Grèce entre la fin des années 1990 et le début des années 2000.

« Quelque quatre millions de francs ont déjà pu être restitués au gouvernement grec » l’an dernier, a précisé pour sa part la porte-parole du Ministère public de la Confédération (MPC), Jeanette Balmer, confirmant ainsi une information parue dans la « NZZ am Sonntag ».

A cette occasion, Jeanette Balmer a tenu à rappeler que des pots-de-vin avaient été versés à des politiciens et des fonctionnaires grecs, lors de l’achat de missiles antiaériens, de blindés et de sous-marins « De l’argent a ensuite été transféré sur la place financière suisse », a-t-elle poursuivi.

Quelque 20 millions de francs ont échappé au fisc grec et atterri en Suisse, « via notamment des opérations dites de compensation ». Ces sommes ont toutefois été mises à jour via un mécanisme complexe.

Il s’avère que les firmes d’armement impliquées dans le dossier versaient des pots-de-vin, présentés comme des honoraires de conseil, sur des comptes que des fiduciaires grecques possédaient en Suisse.

Par la suite, les sommes transitaient via diverses sociétés-écran pour atterrir au final sur des comptes de riches Grecs, titulaires de comptes en Suisse, mais dont les dépôts n’étaient pas déclarés. En retour, ces personnes fortunées remettaient de l’argent en liquide aux fiduciaires grecques. Puis ces dernières transféraient au final ces sommes aux personnes du ministère de la Défense soudoyées par des pots-de-vin.

L’enquête vise cinq personnes au total, dont une a été placée en détention provisoire. Dans le cadre d’une entraide judiciaire, le MPC échange des informations avec l’Allemagne et la Grèce, les deux pays conduisant parallèlement des enquêtes.

Plusieurs personnes ont déjà été condamnées en Grèce dans cette affaire. Parmi elles, figure l’ancien ministre grec de la Défense Akis Tsochatzopoulos, lequel avait écopé de 20 ans de prison en octobre 2013 pour avoir blanchi plus de six millions d’euros provenant de ces pots-de-vin.
Parmi les compagnies figurant dans l’acte d’accusation se trouve Ferrostaal, filiale du géant industriel allemand MAN. Celle-ci aurait versé à l’ancien ministre la somme de 8 millions d’euros en échange d’une commande de 4 sous-marins d’une valeur d’1,6 milliards d’euros par la marine grecque en 2000.

Lors du procès qui s’est tenu devant le parquet de Munich au début de l’enquête en 2010, plusieurs cadres de la société allemande ont avoué avoir distribué au total 60 millions d’euros à des intermédiaires grecs dont l’ancien ministre de la défense. Les dirigeants de la société ont également concédé avoir usé de méthodes similaires pour la vente d’autres sous-marins au Portugal. Le tribunal a finalement imposé à Ferrostaal une amende de 140 millions d’euros.

Antonis Kantas, directeur général adjoint aux armements du ministère de la Défense de 1997 à 2002 figure également en bonne place dans le dossier. Étant passé aux aveux après son arrestation intervenue le 13 décembre 2013, l’ancien haut responsable grec a notamment mis en cause Dimitris Papachristos. Âgé de 78 ans, cet ancien représentant en Grèce de l’entreprise allemande d’armement Wegmann, devenue ensuite Krauss-Maffei Wegmann (KMW), a participé à ces opérations de versement d’argent à destination de responsables grecs en armement.

Selon Der Spiegel, le parquet de Munich a ouvert une enquête sur la vente de 170 blindés Léopoard 2 à la Grèce, au début des années 2000. Antonis Kantas aurait ainsi reçu 600 000 euros de l’industriel allemand pour assurer cette vente à l’Etat grec.

Des sociétés françaises, donc des responsables français, seraient également concernés par ces pots de vin, ainsi que des compagnies d’armement russes, brésiliennes et suédoises.

En janvier 2014, une source judiciaire avait indiqué que « des millions d’euros et de dollars » étaient disséminés sur de nombreux comptes à travers le monde », ajoutant que « pour les ouvrir, les procédures prennent beaucoup de temps » compte-tenu de la présence d’intermédiaires, des entreprises off-shore ».

Il avait alors ajouté qu’il était  « sûr que les accusés couvrent des hommes politiques derrière cette affaire.   « Je ne me souviens pas de tous », avait confié pour sa part Antonis Kantas à la justice grecque, laissant ainsi entendre que le dossier concernait nombre d’entre eux ….

Lors de la dernière décennie, la Grèce était le premier importateur d’armes de l’Union Européenne. L’Allemagne, 2ème fournisseur de matériel militaire le plus important de la Grèce derrière les Etats-Unis a su ainsi copieusement tirer partie de la course à l’armement à laquelle se livre depuis des années le pays, soucieux de la menace que pourrait représenter la Turquie.

Entre 2006 et 2010, le pays désormais du doigt par l’Allemagne était également le troisième bénéficiaire des exportations d’armes françaises. Durant cette même période, la Grèce était ainsi le dixième importateur d’armes au monde.

Selon une étude du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri), 25,3% du total du matériel militaire de la Grèce en 2011 a été acheté à des sociétés allemandes, loin devant les grands groupes français (12,8%). Ainsi, la Grèce est le 1er client de l’Allemagne dans ce domaine depuis 2007 et le 1er pays européen importateur d’armement en proportion de son PIB en 2011 … et ce, malgré les nombreuses coupures budgétaires et les discours enflammés d’Angela Merkel …

En août 2013, une coentreprise d’EADS et ThyssenKrupp et des bureaux de Rheinmetall ont été perquisitionnés en Allemagne dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de corruption liés à la commande par la Grèce d’équipements pour sous-marin, selon une information d’un porte-parole du procureur fédéral de Brême.

Ce dernier avait alors précisé que la filiale commune à EADS et Thyssen, Atlas Elektronik, et Rheinmetall Defence Electronics avaient été perquisitionnés, étant soupçonnés d’avoir versé 18 millions d’euros de pots-de-vin et d’avoir fraudé le fisc. Il avait ainsi confirmé des informations du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

EADS et ThyssenKrupp avaient l’un et l’autre confirmé la perquisition visant leur filiale commune, rachetée à BAE Systems .

Sources : ats, Backchich.info, Presse allemande, Reuters

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 08 mars 2015

Partager cet article

Article de

6 commentaires

  1. ArmandWeinberg 22 mars 2015 à 20:32

    Compost starters, obtainable from the garden centers, add microorganisms to the soil that help speed up the decay procedure.

  2. ES 2 août 2015 à 12:31

    Nexter Systems (France) et Krauss-Maffei Wegmann (Allemagne), deux des principaux leaders européens de la défense terrestre, ont scellé le 29 juillet leur alliance annoncée il y a un an.

    Le rapprochement des deux groupes, dans le cadre d’une société holding, donne naissance à l’entreprise franco-allemande de défense KANT (KMW and Nexter Together). Le projet d’alliance doit encore recevoir les autorisations juridiques et réglementaires habituelles et devrait entamer son activité d’ici la fin de l’année, annonce le communiqué de presse.

    Armée-2015
    Armée-2015: l’industrie russe de l’armement a prouvé son potentiel
    En précisant les raisons du projet stratégique qu’est KANT, le président directeur général de Nexter, Philippe Burtin, a déclaré devant la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale que les marchés de la défense terrestre sont actifs et très compétitifs, dans un contexte où les menaces n’ont pas faibli. Dans ce cadre, l’industrie de défense terrestre européenne restait fragmentée. L’alliance permettrait de mutualiser les compétences et les capacités industrielles et d’achat, tout en disposant d’une palette d’activité qui compense les cycles ou les aléas commerciaux d’un segment à l’autre.

    Frank Haun, président directeur général de KMW, a à son tour déclaré que l’Europe et l’Otan n’ont pas seulement un nombre important de menaces militaires à leurs frontières: la défense de ces territoires et de ceux des alliés européens, la protection des routes maritimes mondiales, et les opérations extérieures mettent selon lui déjà fortement à contribution les capacités de forces armées. « La crise ukrainienne nous a récemment montré qu’une situation peut dégénérer rapidement. Quelle est notre capacité de dissuader des agresseurs potentiels? Disposons-nous d’assez de véhicules blindés, ne serait-ce par exemple que pour défendre Berlin? », a ajouté M.Haun.

    Le projet KANT devrait mettre au monde un nouveau leader européen de l’armement sur le marché de la défense terrestre. L’alliance prévoit des ventes annuelles totales d’un montant de près de 2 milliards d’euros, un carnet de commandes de quelque 9 milliards d’euros et plus de 6.000 salariés.

    Nexter Systems est un leader sur le marché français du matériel d’armement terrestre, qui a réalisé 1,04 milliard d’euros de chiffre d’affaires. La société est organisée en trois pôles: le pôle Systèmes qui produit l’artillerie, les armements embarqués, les chars de combat lourds et légers, les engins blindés et les robots, ainsi que les pôles Munitions et Équipements.

    L’origine de l’entreprise familiale Krauss-Maffei Wegmann remonte à plus de 175 ans. En 2014, avec ses 3.200 collaborateurs, elle a enregistré plus d’un milliard d’euros de prises de commandes. Dans le monde occidental, KMW est le seul producteur de chars lourds de combat modernes.

    Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/defense/20150730/1017293949.html#ixzz3heVg2xSD

  3. retrouvé le retour 2 août 2015 à 13:05

    « Disposons-nous d’assez de véhicules blindés, ne serait-ce par exemple que pour défendre Berlin? »
    On verra le moment venu qui sera là. Les Turcs avec des tentes comme au musée de Krakov ou les autres !! Fabius prendra-t-il place dans le bunker ??

  4. Chirurgien Tunisie 1 juillet 2016 à 13:44

    Visitez le site leader de la chirurgie esthétique et demandez un devis gratuit sans engagements.

  5. pierre 19 juillet 2016 à 10:45

    2012 Dans le calvados un trafiquant de drogue, consommateur n’est pas poursuivi Pourquoi? En plus, c’est lui qui a la garde provisoire de l’enfant alors qu’il viens 2016 une fois de plus de se faire prendre pour vente et conso (certainement sans poursuite!)
    La juge au affaire familiales n’a rien demandé en ce qui le concernait alors que ce n’est pas le cas pour la jeune femme Pourquoi?. parce que le père est le chef de la caserne des pompiers du bled et sa mère au conseil municipal. Et après ça, je dois dire « vive la France »?. NON désolé que la corruption s’arrête, et, après on verra.

  6. bs-solution.com 7 juin 2017 à 09:32

    intéressent

Commenter cet article