Le Blog Finance

L’Ukraine s’accorde avec la Slovaquie pour recevoir du gaz … russe 

Nouvelle escalade à prévoir entre Russie et Ukraine sous fond de guerre du gaz

Le ministère slovaque de l’Economie a indiqué samedi que la Slovaquie et l’Ukraine étaient parvenues à un accord sur les livraisons à Kiev du gaz en provenance de l’Europe occidentale. Objectif affiché : réduire la dépendance de l’Ukraine envers la Russie. Il n’en demeure pas moins que ce « petit arrangement » entre amis devrait fortement déplaire à Moscou.

En vertu de cet accord, qui devrait être signé lundi, les fournisseurs occidentaux pourront livrer du gaz à l’Ukraine par le biais du vieux gazoduc de réserve de Vojany en Slovaquie orientale, inutilisé jusqu’à présent.

« L’opérateur du réseau de transit de gaz slovaque, Eustream, va procéder à des adaptations techniques en vue de permettre un lancement rapide des livraisons de gaz en sens inverse, et pour augmenter sa capacité » a par ailleurs ajouté le ministre.

Le porte-parole d’Eustream, Vahram Chuguryam avait quant à lui affirmé quelques jours auparavant que le gazoduc de Vojany pourrait être lancé en octobre. Sa capacité initiale de 3 milliards de mètres cubes par an, pourrait être portée à 10 milliards de mètres cubes à partir de mars 2015.

Début avril, le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk avait déjà évoqué la possibilité de négociations avec des partenaires européens – Slovaquie, Pologne, Hongrie – afin que ces derniers rétrocèdent à l’Ukraine une partie du gaz qu’ils achètent à la Russie à des tarifs moindres que ceux qui désormais sont pratiqués à Kiev. En réponse à de tels propos, le patron de Gazprom avait par avance averti les pays tentés d’agir de la sorte qu’ils risquaient d’enfreindre la légalité.

En avril 2013, alors   que la bataille faisait rage depuis de nombreux mois  sur fond de rémunération de transit gazier à travers le territoire ukrainien et de prix d’achats de gaz russe, le géant gazier russe Gazprom avait mis en doute la légalité des récents  approvisionnements ukrainiens auprès de certains pays européens. Tout en menaçant  Kiev de poursuites.

Le porte-parole de Gazprom Sergueï Kouprianov  avait ni plus ni moins laissé entendre  dans une déclaration officielle transmise à la presse  que  ces actes commerciaux   ne pouvaient être  que des « opérations opaques »  n’existant « que sur le papier » et « dont il faut s’assurer de la légalité ». Tout en laissant entendre  qu’il pourrait au final  d’agir du gaz russe en transit  qui serait « renvoyé virtuellement ». Ce qui le cas échéant, constituerait « une infraction dont il va falloir répondre ».

Moscou  semblait ainsi  affirmer  que l’Union européenne  revendrait à l’Ukraine le gaz russe  transitant par les gazoducs ukrainiens … et destinés initialement  aux clients  européens de Gazprom. Ce qui laisserait sous-entendre qu’au final Kiev ponctionnerait en quelque  sorte une partie  du gaz russe, et ce avec l’accord des européens.

Rappelons  que l’Ukraine a signé en 2012 un contrat avec l’Allemand RWE en vue de lui acheter du gaz à un prix moins élevé que celui imposé par le géant gazier russe, tout en important également du gaz à partir de la Hongrie.

Mais l’Allemagne et  la Hongrie sont eux-mêmes  deux  clients importants de Gazprom  …  ce qui faisait dire   au géant gazier que l’opération aboutit au final à une revente par les Européens du gaz acheté à la Russie. Il n’en demeure pas moins – qu’officiellement -  les approvisionnements « européens » – 5 milliards de mètres cubes (m3) par an -  représentaient  en 2013 peu de chose comparés  aux  52 milliards  de m3 vendus à Kiev par Moscou.

Sources : AFP, Reuters, Le Monde

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 27 avril 2014

A lire également :

. Gazprom met de l’eau dans son vin face à l’Union européenne, l’Ukraine dans la balance ?

Partager cet article

Article de

4 commentaires

  1. Elisabeth Studer 28 avril 2014 à 00:14

    Eustream : communiqué officile

    26.4.2014

    Eustream and Ukrtransgaz agreed on signing of the Memorandum and examine ways of speeding up launching the Vojany pipeline

    Representatives of Eustream discussed in Kiev on 25. April with partners from Naftogaz and Ukrtransgaz on the technical aspects of the implementation of reverse gas supplies from Slovakia to Ukraine . Eustream repeatedly pointed out the fact, that use of the Vojany – Uzhgorod gas pipeline (the little reverse ) is at the moment the best possible solution from the technical, time and legal nature.

    Subsequently, the negotiations were extended by the representatives of the European Commission and the Ukrainian Ministry of Energy, including the Minister Juriy Prodan. The main topic of conversation were minor changes in the text of the Memorandum of Understanding , which experts do over the weekend . The Parties agreed, that representatives of Eustream and Ukrtransgaz will sign the document on Monday, 28.4.2014 in Bratislava .

    Eustream promised that in the coming weeks will examine in an expressed mode the technical options of gas transmission through the pipeline Vojany to accelerate the launch of reverse flow to Ukraine and to increase the previously planned volume of supply.

  2. Elisabeth Studer 28 avril 2014 à 00:16

    Representatives of Eustream, Ukrtransgaz and the European Commission express interest in signing the Memorandum of Understanding on Monday

    The tripartite negotiations between Slovakia, Ukraine and the European Commission in Bratislava on 24 April showed that all three parties had an interest in launching the reverse flow of gas supplies to Ukraine as soon as possible. European Commissioner for Energy, Gunter Oettinger, declared that the launch of reverse supplies of gas through the Vojany gas pipeline should be effected as soon as possible and involve the largest possible volume of gas. He requested Slovak representatives to consider the possibility of supplying 10 billion m? a year already this year. Chairman of the Board of Directors of Eustream, Tomáš Mare?ek, promised that the Slovak gas transmission operator would do its maximum in this respect. Economy Minister Tomáš Malatínsky, just as European Commission representative Dieter-Klaus Borchard, emphasised that the signing of the Memorandum on the so-called small reverse (Vojany pipeline) does not mean that the parties will halt their endeavour to arrange also the so-called large reverse (use of the current transit gas pipeline, which carries Russian gas to the European Union). This scenario also requires more time, however, and according to an independent analysis of a renowned British law office, it is not possible to impose it without consultation with Gazprom Export, which holds a contract with Eustream and also exercises the function of transmission system operator in Ukraine based on a contract signed between Ukrainian and Russian partners. Ukrainian Energy Minister Juriy Prodan, despite all the submitted arguments, requested once again an examination of the option to incorporate certain changes to the Memorandum concerning the large reverse. The parties agreed that negotiations would continue in Kiev with the aim of preparing the Memorandum of Understanding ready for signing on Monday 28 April 2014 in Bratislava.

  3. Elisabeth Studer 28 avril 2014 à 00:18

    16.4.2014

    Eustream offers Ukrainian partner assistance with reverse flow of gas supplies

    On 15 April 2014, at the compressor station in Ve?ké Kapušany, top representatives of the company Eustream met with their colleagues from Ukrainian operator Ukrtransgaz. They discussed the technical solutions concerning reverse flow of gas supplies to Ukraine in the attendance also of Slovak Minister of Economy Tomáš Malatinský, Ukrainian Minister for Energy Yuriy Prodan and European Commission senior official Klaus-Dieter Borchardt.

    Eustream signed a Memorandum of Understanding, which is the basic requisite for the official launch of technical, legal and other steps of a formal nature to secure the reverse flow of gas through the Vojany transmission line. The solution proposed by the Slovak side would allow the supply of gas to Ukraine in reverse flow mode already in October of this year, with a volume of 3.2 billion m3 a year. Later on, in March 2015, this capacity could be increased to as much as 8-10 billion m3 a year, which would greatly help Ukraine in its efforts to diversify gas transmission routes from the west.

    The Ukrainian partners postponed the signing of the Memorandum, whereby they will return to the issue on 28.4.2014 at the next meeting, which will take place in Bratislava. The Ukrainian side would prefer to use the main transit pipeline, which is employed for transporting gas to the European Union.

    Minister of Economy Tomáš Malatinský pointed out, however, that there is a contractual problem with that variant, because that route is to serve primarily for ensuring the supply of gas from Gazprom via Ukraine and Slovakia to Europe. “We want to help Ukraine and are ready to, but we have to do it in a way that Slovak and European interests are not sacrificed, because that gas flows to Europe. Even with all its alternative routes, Europe is still dependent on and needs the gas that comes to Europe via Eustream,” concluded the minister, noting that talks would continue.

  4. Elisabeth Studer 28 avril 2014 à 00:24

    Discussions entre Ukraine et Slovaquie sur la livraison de gaz

    jeudi 24 avril 2014

    BRATISLAVA, 24 avril (Reuters) – L’Ukraine pourrait signer lundi prochain un accord prévoyant la fourniture annuelle par la Slovaquie de 10 milliards de mètres cubes de gaz à Kiev, a déclaré jeudi à Bratislava le ministre slovaque de l’Economie, Tomas Malatinsky.

    Il venait de s’entretenir dans la capitale slovaque avec le ministre ukrainien de l’Energie, Iouri Prodan, et le commissaire européen à l’Energie, Günther Oettinger.

    Moscou a presque doublé le prix de son gaz naturel vendu à l’Ukraine et menace de suspendre ses fournitures en raison des arriérés de paiement du gouvernement de Kiev envers la Russie.

    “Un accord est pratiquement prêt. Je pense que nous pourrons y apporter quelques petites additions et qu’il pourra être signé lundi”, a dit Tomas Malatinsky.

    Selon Kiev, la Slovaquie pourrait livrer à l’Ukraine trois fois plus de gaz que le volume envisagé, à partir des livraisons que Bratislava reçoit de la Russie.

    Mais les contrats passés avec le groupe russe Gazprom entraînent certaines obligations, font valoir les Slovaques.

    “Juridiquement, sur la base des contrats actuels, il faut l’accord de Gazprom pour que la Slovaquie puisse fournir plus de 10 milliards de m3 de gaz par an à l’Ukraine”, a également souligné le commissaire européen.

    Cette solution laisse les Ukrainiens sur leur faim et Iouri Prodan, tout en reconnaissant des “problèmes juridiques” liés aux contrats entre la Slovaquie et Gazprom, a évoqué des “possibilités techniques” pour que 30 milliards de m3 soient livrés chaque année à son pays.

    “On va chercher un compromis, vendredi, samedi et dimanche, afin que nous soyons en mesure de signer le mémorandum”, a-t-il dit, précisant que de nouvelles discussions se tiendraient à Kiev dans les prochains jours.

    Des responsables européens, ukrainiens et russes devraient se rencontrer lundi prochain pour discuter du contentieux gazier entre Moscou et Kiev et tenter de prévenir une suspension des livraisons de gaz russe à l’Ukraine.

    La Commission européenne a confirmé mercredi une telle réunion mais sans en préciser ni le lieu ni la date. (voir )

    Gazprom affirme que l’Ukraine lui doit 11,4 milliards de dollars (8,2 milliards d’euros), une somme presque cinq fois supérieure au montant des précédentes factures de gaz impayées.

    La Russie fournit près d’un tiers du gaz consommé par l’UE. Une partie de cet approvisionnement transite par l’Ukraine. (Jan Lopatka, Guy Kerivel pour le service français)

Commenter cet article