Le Blog Finance

Iran : l’île de Siri, futur hub d’exportation de gaz du Golfe Persique

Une des raisons de la baisse de tensions entre Iran et occidentaux concernant l’épineux dossier du nucléaire iranien ? Qui sait …
Quoi qu’il en soit, le directeur général de la Compagnie pétrolière du Plateau continental d’Iran (National Iranian Offshore Oil Company -NIOOC), Mahmoud Zirakchianzadeh, vient d’indiquer récemment que le pays était prêt à exporter de gaz vers les pays du Golfe Persique, notamment les Emirats Arabes Unis et l’Oman.

Ajoutant que la société était “prête à vendre du gaz à une société iranienne et étrangère qui veut produire de l’électricité pour les 25-30 ans, soit pour un usage interne ou à l’exportation“.
Selon le dirigeant, l’île iranienne de Siri (çà ne s’invente pas!) dans le golfe Persique devrait prochainement devenir la plaque tournante du gaz de la région.
Selon les informations communiquées en début de mois par Press TV, le site serait d’ores et déjà connecté aux principaux points de production et de consommation à travers un réseau de pipeline s’étendant sur des centaines de kilomètres.
Zirakchianzadeh précisant pour sa part que l’île de Siri ainsi que les Émirats arabes unis, et les îles Sharjah et Jabal Ali étaient désormais reliés par 900 km de pipeline. Le projet Siri qui inclut notamment un gazoduc reliant l’île de Siri à l’île de Qeshm ainsi qu’un autre pipeline permettant de connecter l’ïle de Kish à l’île de Siri aurait un coût de 500 millions de dollars, selon Press TV.

A noter qu’un pipeline de 147 kilomètres devrait relier l’île au champ pétrolier de Salman, partagé par l’Iran et les Emirats arabes unis.

C’est le 14 février dernier que la plus grande usine de GNL (LGN ou gaz naturel liquéfié) du Golfe Persique est entrée en service sur l’île de Siri. L’usine collecte de 100 à 104 millions de pieds cubes par jour de gaz, permettant à l’Iran d’économiser de 5 à 7 millions de dollars par jour et plus de 2 milliards de dollars par an du fait de ne pas torcher les gaz.  Le site devrait produire 1.400 barils de condensats de gaz, 1.500 barils de pentane, 4.000 barils de butane et 8.000 barils de propane par jour.

A noter que selon Press TV, plusieurs pays asiatiques et européens  ont d’ores et déjà exprimé leur volonté d’acheter des liquides de condensats et de gaz de l’usine de Siri, en dépit des sanctions contre l’Iran.

En janvier 2013, Siavash Baher, Président de la zone opérationnelle de Siri, avait indiqué que la société pétrolière iranienne entendait transformer l’île de Siri en un hub gazier du golfe Persique. Ajoutant que des « pourparlers fructueux » étaient en cours avec « les pays voisins », et qu’en « cas de la conclusion d’un accord, le gaz naturel sera exporté vers les pays cibles, via l’île de Siri».

Sources : Press TV, French.irib.ir, ISNA

Elisabeth Studer – 25 septembre 2013 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

15 commentaires

  1. ES 9 octobre 2013 à 00:21

    Le Pakistan demande à l’Iran deux milliards USD pour financer son gazoduc

    ISLAMABAD – Le Pakistan a demandé à l’Iran un financement de deux milliards de dollars pour construire sa propre portion d’un gazoduc crucial pour juguler sa crise énergétique, malgré les menaces de sanctions américaines, a affirmé mardi le ministre pakistanais du Pétrole.

    L’Iran a quasiment achevé les travaux sur son territoire pour ce gazoduc évalué à 7,5 milliards de dollars qui doit relier sur 1.800 kilomètres le champ gazier offshore de South Pars et Nawabchah, au nord de Karachi, la métropole économique pakistanaise.

    Mais le Pakistan peine à boucler le financement pour la construction des 780 kilomètres du pipeline traversant son territoire et qui doivent lui permettre d’importer 21 millions de mètres cubes de gaz par jour de son voisin iranien.

    Le ministre Shahid Khaqan Abbasi a indiqué à l’AFP que le travail préparatoire (plan, tracé) pour la construction de la portion pakistanaise du gazoduc était complété, mais que le gouvernement d’Islamabad avait demandé à l’Iran de fournir deux milliards de dollars pour lancer les travaux.

    Nous avons demandé une rencontre pour discuter de ces questions, mais nous n’avons pas encore eu de réponse des Iraniens, a-t-il déclaré. J’espère que la rencontre pourra avoir lieu d’ici la fin du mois, a-t-il ajouté.

    L’Iran, qui possède les deuxièmes réserves mondiales de gaz, développe rapidement sa production et a un besoin vital de l’exporter, le pays étant étranglé par l’embargo pétrolier occidental qui a divisé par deux ses exportations de brut depuis début 2012.

    Des responsables américains avaient déjà affirmé que le Pakistan ne devrait pas aller de l’avant avec ce gazoduc controversé qui pourrait lui valoir des sanctions. Jusqu’à présent les Américains ne nous ont pas parlé de ce pipeline à quelque niveau que ce soit, a toutefois soutenu M. Abbasi.

    Si le Pakistan ne parvient pas à compléter sa portion du gazoduc en décembre 2014 comme prévu, il pourrait avoir à payer des indemnités à l’Iran.

    Si nous avons les ressources, il est encore possible de respecter cette échéance, a affirmé le ministre Abbasi. Tout dépend du financement et de la disponibilité de la machinerie, a-t-il ajouté.

    Confronté à une baisse de sa production de gaz naturel doublée d’une hausse de sa demande intérieure, le Pakistan fermera de novembre à janvier dans la province du Pendjab, la plus peuplée du pays, les stations services vendant du gaz naturel compressé (CNG), un carburant à rabais utilisé par les taxis, les autobus, les motos et les automobilistes de la classe moyenne.

    Le gaz ainsi économisé sera vendu pour chauffer les maisons pendant l’hiver, a précisé le ministre. Or le Pakistan limite déjà l’ouverture des pompes à quelques jours seulement par semaine, ce qui cause de longues files d’attente et irrite la population.

    (©AFP / 08 octobre 2013 16h35)

  2. Burton 26 janvier 2019 à 07:46

    A monetary advisor is your planning associate.

  3. Anita 26 janvier 2019 à 17:56

    Thanks a lot for sharing this with all of us you
    actually recognize what you are talking approximately!
    Bookmarked. Please additionally visit my website =).
    We may have a hyperlink trade contract among us

  4. Palma 26 janvier 2019 à 19:31

    All kinds of investments come with certain dangers.

  5. Louanne 26 janvier 2019 à 23:19

    whoah this blog is wonderful i love studying your articles.
    Stay up the good work! You realize, a lot of
    people are searching round for this information, you can aid them greatly.

  6. Staci 27 janvier 2019 à 00:46

    This is true for funding recommendation as well.

  7. Letha 27 janvier 2019 à 07:33

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  8. Kristi 27 janvier 2019 à 18:24

    A monetary advisor is your planning associate.

  9. Tabitha 27 janvier 2019 à 21:53

    Have you ever considered about including a little bit more than just your articles?

    I mean, what you say is valuable and everything.
    However just imagine if you added some great photos or video clips to give your posts more,
    “pop”! Your content is excellent but with pics and clips, this
    site could undeniably be one of the best in its niche.
    Superb blog!

  10. Ryder 6 février 2019 à 22:26

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  11. Izetta 7 février 2019 à 02:43

    A monetary advisor is your planning partner.

  12. Margherita 9 février 2019 à 04:05

    Contemplate investments that provide quick annuities.

  13. Reyna 9 février 2019 à 04:51

    Thank you in your interest in Funding Advice.

  14. Randolph 15 février 2019 à 01:33

    Take into account investments that offer immediate annuities.

  15. Valeria 16 février 2019 à 03:14

    Financial advisors enterprise is people enterprise.