Le Blog Finance

Banques US : la FED fixe la date limite pour les résultat des tests de résistance

Date butoir importante pour les plus importantes banques américaines : la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed) vient de fixer au 5 juillet prochain la date limite pour la remise à la banque centrale du résultat de leurs tests de résistance internes. 18 établissements financiers sont concernés.
Certes, certains pourront néanmoins douter du caractère objectif de l’opération, les banques devant bâtir les tests sur la base de leurs propres scénarios de crise. Un procédé toutefois conforme aux principes fixés par la loi Dodd-Frank sur la réglementation financière. Mais à ne pas confondre avec les évaluations menées par la Fed elle-même, lesquelles sont établies à partir de ses propres scénarios économiques.
Quoi qu’il en soit, la Réserve fédérale a d’ores et déjà précisé lundi qu’elle s’abstiendrait de toute critique à l’encontre des tests menés par les banques. Ajoutant qu’elle ne confronterait pas les résultats obtenus avec les exigences imposées par la loi en terme de capitalisation des établissements financiers.
La Banque centrale a toutefois indiqué que les informations issues de ces tests seront prises en compte comme autant d’éléments lui permettant de mener à bien sa mission de supervision du secteur bancaire.
Une manière en quelque sorte de jouer avec les mots, sans enfreindre procédure et législation : la Réserve fédérale précisant dans son communiqué officiel que les « tests de milieu d’année marquent une nouvelle étape dans l’action de la Réserve fédérale visant à s’assurer que les grandes entreprises financières disposent des capitaux suffisants » pour pouvoir « continuer à offrir des prêts aux ménages et aux entreprises même en cas de circonstances économiques et financières difficiles ».
Rappelons ainsi qu’à l’issue de la publication des tests réalisée le 7 mars dernier, l’établissement Ally Financial n’a pu démontrer sa capacité à maintenir son ratio de fonds propres durs au-dessus des 5 % réglementaires dans un contexte de récession économique longue et persistante (24 mois).
La Banque centrale a par ailleurs indiqué dans son communiqué qu’une synthèse des résultats des tests devra être publiée entre le 15 septembre et le 30 septembre prochain.

Sources : AFP, Reuters

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  - 15 mai 2013

Partager cet article

Article de

26 commentaires

  1. el gringo 18 mai 2013 à 13:24

    Compensation des dérivés OTC, c’est parti !

    Les Etats-Unis deviennent le deuxième pays du G20 à honorer les engagements de Pittsburgh, après le Japon en novembre dernier.

    Le marché américain des dérivés de gré à gré (over-the-counter, OTC), évalué à 250.000 milliards de dollars, sort de l’ombre. La CFTC (Commodity Futures Trading Commission), son principal régulateur, a adopté plus de 80 % des règles prévues par la loi Dodd-Frank, dont les plus importantes entrent en vigueur cette année. Depuis le 31 décembre 2012, certains acteurs, surtout des banques (swap dealers), doivent communiquer certaines transactions en temps réel (entre 30 minutes et 48 heures) à des référentiels centraux (trade repositories). Depuis le 11 mars, les banques et les plus grands hedge funds doivent compenser certains swaps de taux d’intérêt et CDS (credit default swaps) sur indices. Ces obligations s’étendent peu à peu à l’ensemble du marché. « En dépit des exemptions, les règles couvrent l’essentiel du marché et imposent une transparence nouvelle, affirme Michael Greenberger, professeur à la University of Maryland School of Law et ancien directeur de la division du trading et des marchés de la CFTC. Un signe ne trompe pas, Wall Street se bat toujours pour obtenir des règles moins strictes. » La CFTC doit encore en adopter plusieurs, notamment sur les SEF (swap execution facilities), les plates-formes sur lesquelles les dérivés standardisés doivent s’échanger, les exigences de marges pour les dérivés non compensés, et les lignes directrices sur les transactions transfrontalières.

    En attendant, les acteurs du marché essuient les plâtres. Gary Gensler, président de la CFTC, a salué la « transparence post-marché » obtenue grâce aux informations des référentiels centraux, « disponibles gratuitement sur leurs sites internet », mais ses équipes ont constaté des problèmes de timing et de format des données. Selon Scott O’Malia, commissaire républicain du régulateur, « aucun des ordinateurs de la CFTC n’a chargé les données reçues chaque jour sur des milliers de transactions sans tomber en panne ». D’autre part, certaines banques membres de chambres de compensation (futures commission merchants) n’ont parfois pas compensé leurs transactions dans le délai de 60 secondes imparti. « Les premiers pas se passent relativement bien, estime toutefois un responsable de swap dealer.Il y a bien eu quelques incidents opérationnels, ce qui est normal lorsqu’on élargit la compensation à autant de nouvelles contreparties. »

    « Futurization »

    Le sujet dans tous les esprits est la « futurization » encouragée par la réglementation, à savoir la transformation de swaps en futures et le report des investisseurs sur les Bourses de futures. Selon une règle publiée en novembre 2011, les chambres de compensation doivent collecter des marges initiales (dépôts de garantie) calculées en fonction d’une période de liquidation des portefeuilles de cinq jours pour les swaps (sauf de matières premières), et d’un jour pour les futures. Les banques et les courtiers interbancaires (Icap, GFI, Thomson Reuters, Bloomberg…) estiment que leur activité est pénalisée au profit des Bourses, qui se frottent les mains. Ces derniers mois, Eris Exchange, ICE et le CME ont lancé avec succès de nouveaux futures qui répliquent des swaps ou livrent des swaps compensés à échéance, en promettant aux investisseurs des économies de marges.

    Lors d’une conférence sur le sujet en janvier, Gary Gensler a expliqué que les périodes de liquidation retenues étaient fondées sur les pratiques de compensation existantes, citant LCH.Clearnet et les swaps de taux d’intérêt. « Maintenant que l’ensemble du marché des dérivés, ‘futures’ et ‘swaps’, bénéficie d’une supervision complète, il est naturel qu’un réalignement se fasse », a-t-il déclaré. Les Bourses, elles, justifient le traitement de faveur des futures par leur plus grande liquidité. Leurs volumes d’échange quotidiens se comptent en millions, alors qu’aucun swap de taux d’intérêt n’est traité plus de 150 fois par jour, selon une étude de la Réserve fédérale de New York publiée en octobre dernier.

    Bloomberg, un SEF potentiel, a menacé de poursuivre la CFTC en justice pour distorsion de concurrence (les SEF ne peuvent pas offrir de futures), et pourrait, comme BGC, Icap et GFI, lancer sa propre Bourse (designated contract market). Toutefois, il pourrait être difficile pour ces nouvelles plates-formes de concurrencer les Bourses traditionnelles, qui disposent déjà de leurs chambres de compensation. Quant aux banques, certaines acceptent le mouvement de « futurization », histoire de ne pas mettre tous leurs oeufs dans le même panier. Citi, Credit Suisse, Goldman Sachs et Morgan Stanley ont donné leur accord au CME pour être teneurs de marché de son nouveau futurede swapde taux d’intérêt. Morgan Stanley a même pris une part dans Eris Exchange.

    Pour attirer des volumes, ICE et le CME ont abaissé les seuils de négociation de blocs de leurs nouveaux contrats. Ces blocs bénéficient d’un délai de reporting afin de laisser aux teneurs de marché le temps de se couvrir, avant que les autres acteurs ne puissent jouer contre eux. Même si la CFTC a approuvé ces seuils, Gary Gensler a averti qu’il ne fallait pas affecter la fonction de découverte des prix des marchés, et demandé à ses équipes de réfléchir à une règle globale sur les seuils de blocs de futures, comme il en est prévu une sur les blocs de swaps.

    La deuxième vague de compensation, prévue le 10 juin, pourrait accroître le recours aux futures. En effet, elle englobe la plupart des acteurs financiers, notamment les sociétés de gestion. On parle de 2.000 entités. Tous ont besoin d’un membre de chambre de compensation s’ils veulent continuer à échanger certains swaps de taux d’intérêt et CDS sur indices, mais les banques concluent des accords en priorité avec leurs clients les plus importants.

    En mauvaise posture

    Si les exigences de marges pour les dérivés non compensés suivent les orientations internationales, elles pourraient, selon certains observateurs, porter le coup de grâce au marché OTC. Près de 30 % des dérivés ne sont pas compensables, selon le Rapport sur la stabilité financière dans le monde du Fonds monétaire international d’avril 2010. Le Comité de Bâle et IOSCO (International Organization of Securities Commission) ont publié des règles quasi définitives en la matière en février. Celles-ci prévoient des marges initiales à partir de 2015, calculées à partir d’une grille standard ou d’un modèle interne de VaR (Value-at-Risk) approuvé par le régulateur, basé sur un intervalle de confiance de 99 % sur dix jours ou plus. Or selon l’étude d’impact, il en résulterait un besoin de « collateral » de 700 à 1.700 milliards de dollars, voire six à onze fois plus en cas d’utilisation du modèle standard !

    Logiquement, certains investisseurs pourraient délaisser les swaps. Selon un sondage d’UBS, ils s’attendent à ce que 20 % à 25 % de leurs transactions OTC puissent être remplacées par des futures, en raison de leurs exigences de capital et de marges moins dures, de leurs coûts de transaction moins élevés et de leur plus grande liquidité. Toutefois, selon Michael Greenberger, les prix des swaps ne devraient pas systématiquement augmenter. « Vous allez payer des marges supplémentaires, mais grâce à la transparence sur les SEF, les coûts de transaction devraient baisser », explique-t-il. Erik Litvack, responsable des affaires publiques chez SG CIB, reconnaît qu’« il peut y avoir une baisse des marges commerciales sur certains contrats », mais assure que « les écarts entre les cours vendeurs et acheteurs sont déjà très serrés sur d’autres produits ». Au bout du compte, selon lui, il est difficile de savoir comment les prix pourraient évoluer : « D’un côté, les exigences de capital et les coûts de conformité augmentent, mais de l’autre, les banques bénéficient comptablement de la compensation. » Les investisseurs, eux, doivent se demander s’ils veulent bien payer plus cher leurs couvertures, ou s’ils acceptent un risque de base avec les futures.

    De l’avis quasi général, les chiffres d’affaires des banques devraient baisser. Lors d’une journée investisseurs en février, JPMorgan a dit s’attendre à une baisse de 1 à 2 milliards de dollars en raison de la transparence post-marché, des règles de marges, etc. Mais également entre 300 et 500 millions de revenus supplémentaire grâce à de nouveaux services comme la gestion de « collateral ». Les analystes de Morgan Stanley estiment que les banques les plus affectées devraient être Deutsche Bank et Goldman Sachs, et la moins touchée UBS.
    http://www.agefi.fr/articles/compensation-des-derives-otc-c-est-parti–1265476.html

  2. el gringo 18 mai 2013 à 13:32
  3. el gringo 6 novembre 2013 à 01:08

    La Fed met la barre haut pour ses nouveaux tests de résistance bancaire.

    USA: 12 nouvelles banques soumises aux tests de résistance (Fed)

    La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé vendredi avoir porté de 18 à 30 le nombre de banques soumises à ses tests de résistance annuels, dont les résultats devront être publiés en mars.

    Douze établissements, dont les filiales américaines des britanniques HSBC et RBS et des espagnoles Santander et BBVA, rejoindront la liste des géants bancaires américains (JPMorgan, Bank of America, Citigroup…) dont la solidité financière est évaluée en vertu de la loi Dodd-Frank de régulation de Wall Street votée en 2010, a indiqué la Fed dans un communiqué.

    La Banque centrale américaine a également dévoilé vendredi les hypothèses économiques auxquelles ces établissements bancaires devront soumettre leur modèle d’exploitation et leurs comptes dans le cadre de ces tests, qui incluront les nouvelles normes internationales de Bâle III.

    “Le but de ces examens annuels est de s’assurer que les grandes institutions financières (…) disposent de suffisamment de capital pour poursuivre leurs opérations pendant les périodes de tensions financières”, explique la banque centrale dans son communiqué.

    Le plus pessimiste des trois scénarios présentés vendredi par la Fed se fonde sur une “récession profonde” aux Etats-Unis marquée par une hausse de 4,5 points du taux de chômage d’ici à la mi-2015 et une chute du produit intérieur brut de 4,75 points entre le troisième trimestre 2013 et la fin 2014.

    Pour “la première fois”, précise la Fed, l’évaluation de huit géants du secteur, dont Goldman Sachs ou Morgan Stanley, inclura l’hypothèse d’une faillite de leurs principaux partenaires financiers.

    Plus traditionnellement, les 30 géants bancaires devront également soumettre à la Fed “avant le 6 janvier” leur plans d’utilisation du capital, indiquant notamment les dividendes qu’ils comptent verser à leurs actionnaires.

    La Fed indique qu’elle décidera d’accepter ou non pour chaque banque le versement de ces dividendes sur la base des résultats individuels des tests.

    En 2013, Ally Financial avait été la seule des 18 banques évaluées par la Fed à ne pas faire la preuve de sa capacité à maintenir un niveau suffisant de fonds propres en cas de choc financier.
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/afp-00561106-usa-12-nouvelles-banques-soumises-aux-tests-de-resistance-fed-624850.php

  4. ES 6 novembre 2013 à 20:15

    sur ” les filiales américaines des britanniques HSBC et RBS et des espagnoles Santander et BBVA”,

    ben voyons ….
    les banques européennes qui ont des “démélés” avec le secret bancaire
    et des banques espagnoles, alors que l’Espagne est secouée financièrement
    Pas totalement innocent …

  5. ES 6 novembre 2013 à 20:17

    Quant à Santander, pas totalement innocent non plus
    alors que la banque pourrait reprendre PSA Finance

    http://www.leblogauto.com/2013/10/psa-vente-de-psa-finance-au-lieu-dune-participation-de-dongfeng.html

  6. ES 6 novembre 2013 à 20:18

    vous noterez au passage que je me “partage ” désormais entre blogfinance et blogauto :-)

  7. Roseanne 24 janvier 2019 à 23:49

    I don’t know whether it’s just me or if perhaps everyone else experiencing issues with your website.

    It appears as though some of the text within your content are running
    off the screen. Can somebody else please comment and let me know if
    this is happening to them too? This might be a problem with my browser because I’ve had this happen previously.
    Appreciate it

  8. brazilian steakhouse west des moines 25 janvier 2019 à 23:53

    My programmer is trying to persuade me to move to .net from PHP.
    I have always disliked the idea because of the costs.
    But he’s tryiong none the less. I’ve been using WordPress on a
    variety of websites for about a year and am anxious about switching
    to another platform. I have heard great things about
    blogengine.net. Is there a way I can import all my wordpress content into it?
    Any kind of help would be greatly appreciated!

  9. brazilian steakhouse des moines 26 janvier 2019 à 01:45

    What’s up to every one, as I am genuinely keen of reading this web
    site’s post to be updated on a regular basis.
    It consists of nice information.

  10. Eugenia 26 janvier 2019 à 06:25

    This is true for investment advice as well.

  11. Garrett 26 janvier 2019 à 12:29

    And this is an funding threat value taking.

  12. Melodee 26 janvier 2019 à 17:31

    A financial advisor is your planning accomplice.

  13. Georgia 26 janvier 2019 à 20:38

    Good site you’ve got here.. It’s hard to find quality writing
    like yours these days. I really appreciate individuals like
    you! Take care!!

  14. brazilian wax tips 27 janvier 2019 à 00:13

    You really make it seem so easy with your presentation but I find this topic to
    be really something that I think I would never understand.
    It seems too complex and very broad for me. I am looking forward for your next post, I’ll try
    to get the hang of it!

  15. Wilhemina 27 janvier 2019 à 04:58

    Take into account investments that provide instant annuities.

  16. Bobbie 27 janvier 2019 à 12:22

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  17. Normand 27 janvier 2019 à 13:24

    Financial advisors enterprise is people business.

  18. Melody 27 janvier 2019 à 22:27

    All varieties of investments include certain dangers.

  19. Rhoda 8 février 2019 à 07:19

    A financial advisor is your planning associate.

  20. Kathryn 9 février 2019 à 02:33

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  21. Brian 9 février 2019 à 03:46

    Contemplate investments that supply quick annuities.

  22. Fausto 9 février 2019 à 04:46

    A financial advisor is your planning partner.

  23. Danielle 11 février 2019 à 05:18

    Thanks on your curiosity in Funding Advice.

  24. Wilbur 12 février 2019 à 03:04

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  25. Marjorie 17 février 2019 à 02:24

    This is true for investment recommendation as
    nicely.

  26. Kira 18 février 2019 à 02:49

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.