Le Blog Finance

Macky Sall : nouveau Président du Sénégal et nouveau roi du pétrole ?

petrosen.JPGBizarre que personne n’ait encore fait la relation …. et que ce soit une « toubab » qui s’y attelle, certes une toubab dont le grand « dada » est le pétrole et la « diplomatie » pétrolière … et qui sait qu’il n’y a – fort heureusement – pas que Saly au Sénégal

Car l’information est pour le moins intéressante …

Alors que le presse sénégalaise et internationale dans son ensemble nous annonce l’élection de Macky Sall à la Présidence du Sénégal, …. un petit tour sur Wikipedia nous rappelle que le nouvel homme fort du pays, géologue de formation, est lié au secteur pétrolier. Un autre petit tour sur le Web nous apprenant qu’en novembre 2011, AFRICAN Petroleum a signé avec l’Etat du Sénégal  deux contrats de recherche et de partage de production.

Espérons que la malédiction du pétrole ne frappe pas le pays, et que l’un des grands gagnants soit le peuple sénégalais …et non pas les requins qui pourraient s’ y précipiter …. à moins que cela ne soit déjà fait ….

Le site de Petrosen (Société des Pétroles du Sénégal), nous précise ainsi que AFRICAN Petroleum a signé avec l’Etat du Sénégal  deux Contrats portant sur les blocs de Rufisque Offshore profond et Sénégal Offshore Sud profond. 

En “fouillant” sur le site, nous apprenons également que TULLOW Oil (UK), en partenariat avec DANA et PETROSEN, a acquit 620 km² de données sismiques 3D, au large de Saint Louis (ancienne capitale de l’AOF Afrique Occidentale Française) , entre le mois de mars et mai 2008.

senegal-oil_bassin.gif
Plus encore, nous apprenons,  en analysant la carte du potentiel et opportunités pétrolières au Sénégal,  que sont d’ores et déjà présents sur les lieux : les sociétés Fortesa (basée  à Huston USA) (permis de Thiès), Maurel et Prom, Energy Africa, Hunt Oil (USA), Edison, Al Tani et Kampac Oil, lesquelles détiennent d’ores et déjà des permis d’exploration. 

En juin 2010,  le DG de la société PETROSEN, Amadou Djibril Kanouté, avait déclaré en présentant le Plan stratégique 2008-2012, que les compagnies pétrolières présentes dans le bassin sédimentaire du Sénégal avaient globalement dépensé plus de 125 millions de dollars depuis 2000. Certaines compagnies comme Fortesa, Hunt Oil, Far, Edison ou Tullow Oïl ayant à cette date injecté chacun des montants variant entre 37 et 21 millions de dollars. 

Et que vient faire Macky Sall la dedans me direz-vous ?

Le site Wikipedia, nous rappelle – notamment  -  que de décembre 2000 à juillet 2001, il a été directeur général … de la Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN), dans laquelle il a occupé pendant plusieurs années le poste de chef de la division Banque de données. 

Il  fut également  d’avril 2000 à mai 2001 Conseiller spécial chargé de l’Énergie et des Mines de l’ancien Président de la République, Abdoulaye Wade.
De mai 2001 à novembre 2002, il est ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique. 
De novembre 2002 à août 2003, il est ministre d’État, ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique dans le gouvernement dirigé par Mame Madior Boye.
sengela_basin.JPG
Sa formation ? Ses relations ? Macky Sall est ingénieur géologue, géophysicien formé à l’Institut des sciences de la terre (IST) de Dakar, puis à l’École nationale supérieure du pétrole et des moteurs (ENSPM) de l‘Institut français du pétrole (IFP) de Paris basé à Rueil-Malmaison. Chose qui n’a pu m’échapper …. puisque c’est ma ville natale, et que, l’Histoire aidant, c’est le pétrole de l’Algérie (autre ancienne colonie française) et la présence même de l’IFP qui m’y fit naître.

A noter par ailleurs que Macky Sall est membre de plusieurs associations nationales et internationales de géologues et géophysiciens.

Donc, en résumé, un géologue, formé l’Institut français du pétrole, ancien ministre des Mines, ancien directeur général de Petrosen est désormais à la tête d’un pays doté de nouveaux potentiels pétroliers et gaziers, lesquels ont d’ores et déjà attiré moult compagnies …

Souhaitons bonne chance au peuple sénégalais.
 


Sources :

Petrosen, SenegalTribune, Wikipedia, gas and oil, 
Pesse internationale secteur pétrole et gazier, Presse sénégalaise
A lire également :

Partager cet article

Article de

49 commentaires

  1. Elisabeth Studer 27 mars 2012 à 22:11

    Signe qui ne trompe pas : dans les tous 1ers lecteurs : Huston … TEXAS …

  2. Elisabeth Studer 28 mars 2012 à 21:40

    Le S

  3. Elisabeth Studer 28 mars 2012 à 21:44

    OUILLE DE PETROLE AU SENEGAL : Un projet de 11,4 milliards financ

  4. Elisabeth Studer 28 mars 2012 à 21:52

    merveilleux : Macky Sall et WADE en signature …. tout est dit !
    —————————————————————————————-
    J.O. N

  5. Elisabeth Studer 28 mars 2012 à 22:03

    Sur Hunt Oil
    ——————–
    Il n?est pas inutile de rappeler que le PDG de Hunt Oil, Ray L. Hunt, est un proche de George Bush senior, et membre du President?s Foreign Intelligence Advisory Board.
    A noter aussi que, en avril 2009, George Bush junior a effectu

  6. agences immobilieres antibes juan 30 mars 2012 à 17:16

    Bonne chance au peuple s

  7. Elisabeth Studer 29 juillet 2012 à 10:12

    attention ….
    La strat

  8. Elisabeth Studer 25 octobre 2012 à 00:43

    Dieuredief !!! :-)

    Petro-Tim

  9. elisabeth 26 octobre 2012 à 01:19

    Pr

  10. elisabeth 26 octobre 2012 à 01:23

    Senegal: FAR renews licence for exploration blocks offshore Senegal

    14 Feb 2012
    Australian company FAR has received formal advice from the Minister of Energy for the Republic of Senegal confirming FAR?s entry into the next exploration phase (second renewal period). The renewal, under the Contract for Exploration and Hydrocarbon Production Sharing (PSC) covering the Rufisque and Sangomar and Sangomar Deep offshore blocks, will run for a term of two years. The Minister has informed FAR that a Decree is now being finalised for signing by the President.

    The PSC terms specify the requirement to drill a well within two years of entering the renewal period backed by a surety of US$5 million that is forfeitable in the event of non-performance. The Ministerial approval and pending Decree places FAR in a strong position to secure a farm-in partner.

    FAR considers that there is a compelling case for going into the drilling phase for the following reasons:

    FAR has acquired one of the largest 3D surveys off the northwest coast of Africa covering an area exceeding 2000 sq kms resulting in a high quality data set that has been processed into a world class seismic volume leading to the identification of several plays and drillable prospects.
    A competent persons report prepared by Senergy (GB) in October 2011 estimates gross unrisked OIP (P50) of 2.98 billion barrels and unrisked prospective resources (P50) of 697 million barrels of oil.
    The Licence renewal will provide more certainty to potential farminees.
    The renewal will provide time to procure a drilling partner and allow for the long lead times involved in rig procurement.
    2012 is shaping up to be a landmark year for deepwater exploration generally along the Central Atlantic Margin with wells earmarked for drilling by Anadarko (Sierra Leone/Liberia), Hyperdynamics (Guinea), African Petroleum (Liberia and Gambia) and Chevron (Liberia).
    Transactions in Liberia and Gambia (abutting FAR?s Senegal licence area) by NSX listed African Petroleum provide strong independent evidence supporting the underlying value of FAR?s Licences.
    FAR is seeking cost recovery and a free carry through the drilling of an exploratory well. This announcement lifts the trading halt on FAR?s securities.

    Senegal exploration summary

    Deep water play with significant hydrocarbon potential in the Senegalese portion of the productive Mauritania-Senegal-Guinea Bissau Basin.
    The Licence covers an area of 7,491 sq kms over the shelf, slope and basin floor with potential multiple untested plays in a proven hydrocarbon system.
    A 2,086 sq km 3D seismic survey acquired in 2007 highlighted multiple Santonian age fan systems with stacked amplitude anomalies, and a very large Albian to Neocomian shelf edge closure adjacent to a Turonian oil source rock kitchen.
    Senegal has excellent fiscal terms by world standards.
    FAR is in partnership with Petrosen (National Oil Company) in the Licence.
    Although the activity levels are growing rapidly in the region, this section of the margin remains relatively unexplored.

  11. Elisabeth Studer 9 janvier 2013 à 01:24

    EXPLOITATION PETROLIFERE : 500

  12. maillot football 28 février 2013 à 09:21

    lUnion sera en mesure dobtenir un ou deux grands joueurs . garantissant place dans les Sounders de 2012 US Open finale de la Coupe, et Eddie Johnson dirigé une au début de la 64e , Rosales flottait personnalis maillot de foot, les Sounders sont maintenant winles Gagner pied maillot de, Je pense que Zach [Scott] et Brad [Evans] allaient. les deux équipes refroidi considérablement après le feu dartifice début.

  13. elisabeth 19 mars 2013 à 00:47

    Quatre dirigeants africains dont le Sénégalais Sall reçus par Obama fin mars

    WASHINGTON – Le président des Etats-Unis Barack Obama recevra quatre dirigeants africains, dont le Sénégalais Macky Sall, le 28 mars à Washington, a annoncé lundi la Maison Blanche, en saluant dans leurs pays des démocraties solides et émergentes.

    Les autres leaders avec lesquels s’entretiendra M. Obama seront le président sierra-léonais Ernest Bai Koroma, la présidente du Malawi Joyce Banda et le Premier ministre cap-verdien José Maria Pereira Neves, a précisé la présidence américaine dans un communiqué.

    Les Etats-Unis ont noué des partenariats forts avec ces pays sur la base de valeurs démocratiques et d’intérêts partagés, a expliqué le porte-parole de M. Obama, Jay Carney.

    De même source, les cinq dirigeants vont discuter du renforcement des institutions démocratiques en Afrique sub-saharienne, ainsi que du développement économique.

    M. Obama a déjà reçu conjointement quatre dirigeants de pays africains à la Maison Blanche, le 29 juillet 2011: les présidents béninois Boni Yayi, guinéen Alpha Condé, nigérien Mahamadou Issoufou et ivoirien Alassane Ouattara. Il leur avait promis que les Etats-Unis resteraient des partenaires inconditionnels des pays africains démocratiques.

    M. Obama, né aux Etats-Unis d’un père kényan et d’une mère américaine, ne s’est rendu qu’une seule fois en Afrique noire depuis sa prise de fonctions début 2009, quand il avait effectué une courte visite au Ghana en juillet de la même année.

    (©AFP / 18 mars 2013 23h07)

  14. AFRICOM / senegal 3 mai 2013 à 00:11

    SENEGAL-AFRIQUE-USA-SECURITE

    Atelier sur la lutte contre l’extrémisme violent dans le Sahel à partir de lundi

    2013-05-02 17:11:11 GMT

    Dakar, 2 mai (APS) – Un atelier sur le rôle de la sécurité et du développement dans la lutte contre l’extrémisme violent dans le Sahel démarre lundi à Dakar, à l’hôtel King Fahd Palace, à l’initiative de l’ambassade des Etats-Unis et du gouvernement du Sénégal, en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de l’Afrique (ACSS), a appris l’APS de source diplomatique.

    Selon un communiqué transmis à l’APS, la cérémonie d’ouverture sera présidée à 11 heures, par Lewis Lukens, ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, et le général Pathé Seck, ministre sénégalais de l’Intérieur, en présence d’ Ahmédou Ould-Abdallah, président du Centre des stratégies pour la sécurité au Sahel et au Sahara qui ‘’délivrera le discours principal’’.

    Prévu jusqu’au 10 mai, cet atelier ‘’regroupera environ 60 participants venant de 13 pays africains, dont des représentants du gouvernement américain et des experts d’organisations internationales telles que le Commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM), et l’Agence américaine pour le développement international (USAID)’’.

    La rencontre ‘’permettra d’aborder le rôle des programmes axés sur le développement pour trouver des solutions aux problèmes de sécurité dans la région du Sahel’’, ajoute le texte.

    La même source souligne que ‘’les experts examineront les moyens de coordonner les efforts pour trouver des solutions à long terme pour préserver la sécurité, la paix et la stabilité des citoyens dans une région qui a longtemps souffert de groupes extrémistes violents’’.

  15. Rap 24 juin 2013 à 00:53

    j’espere que le pétrole va aider a développer le pays !

  16. zzl 14 octobre 2014 à 21:45

    Elisabeth, vous etes ou ? il faut nous commenter l’actualité pétroliere récente du sénégal que tu suis!

  17. Elisabeth Studer 18 octobre 2014 à 10:44

    oui oui, j’arrive en courant !!!!!! désoléee !

    ublie le: Vendredi 17 octobre, 2014SOCIETE | Par Samory
    Découverte du pétrole au Sénégal: le frère du président de la République, Alioune Sall, aura t-il sa part dans l’exploitation du gissement ?
    Imprimer Envoyer a un(e) ami(e)
    PARTAGER
    Add to Delicious Share on FriendFeed Digg submit to reddit
    TAGS
    Xalima-News-L’entreprise pétrolière britannique Cairn Energy a annoncé le 7 octobre qu’elle avait découvert un gisement à 100 kilomètres au large des côtes sénégalaises. Une information fortement relayée par la presse nationale et internationale. Par contre le gouvernement en a peu communiqué pour ne pas faire cette découverte une « affaire politique » selon les mots de Maïmouna Ndoye Seck, ministre de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables. Curieux quand même, pour une bonne nouvelle pour l’économie du Sénégal!

    Le frère du président de la République, Alioune sall est très actif dans le réseau pétrolier. Quatre mois, après l’arrivée de Macky sall au pouvoir, il a créé le 7 juillet 2012, PETRO-TIM SENEGAL SAU, une compagnie pétrolière dont le siège social se trouve à Dakar spécialisée dans « L’exploration et la recherche pétrolière;la prise de participation dans tous titres miniers et pétroliers,l’exploitation,la production,le stockage temporaire,le traitement,le transport,le raffinage,la distribution,el marketing et la commercialisation… » Le site dakaractu.con avait qualifié de « troublante coïncidence » l’arrivée de Macky sall au pouvoir et la naissance de cette entreprise.

    A en croire, le journal « African intelligence », cité par lesenegalais.net (site qui n’existe plus), et repris par leral.net, PETRO-TIM SENEGAL SAU , filiale de Petro Tim Limited avait reçu deux permis offshore (Cayar Offshore Deep et Saint-Louis Offshore Deep (AEI nº630) ), c’ au détriment de « Tullow Oil ». Dans le journal Lobservateur, repris par le site setal.net, l’octroi de ces blocs pétroliers à son entreprise date le 8 décembre 2011, c’est à dire du temps du régime de Wade. Toutefois, il précise, que le « décret, signé à l’époque par Wade, n’a jamais fait l’objet de numérotation ni même d’un enregistrement officiel ». « C’est après l’élection de Macky Sall que le processus a été relancé avant d’être sanctionné par un décret de celui-ci ».

    En tout état de cause, Alioune SALL est impliqué dans la recherche du pétrole au Sénégal et a bénéficié du coup de pouce de son frère président. Dans son émission sur radio Allo Dakar (RADIO ONLINE), Modibo Diagne et le journaliste Baba Aidara tente d’établir des « connections » sérieuses entre le frangin du président de la république et la récente découverte du pétrole. Ce qui pourrait présager de graves conflits d’intérêts.

    C’est ce qui explique peut-être, le mutisme pesant du gouvernement dans cette affaire.

    Alioune Sall, un simple journaliste, est devenu un homme d’affaire influent et puissant. Grace à sa manne financière, il a réussi à remporter les élections locales et devenir maire de Guédiawaye.

    Le gouvernement Sénégalais a promis de réagir. Peut-être , edifera t-il le peuple sur le role joué par Alioune Sall dans cette découverte même si le nom de sa compagnie n’y est pas encore cité.

  18. john 23 octobre 2014 à 05:59

    Elisabeth je crois qu’il faut entrer en contact avec le journaliste d’investigation americano-senegalais qui a fait une investigation profonde sur le petrole au senegal et ces soubasements , j’ai pas ces contacts mais sa page facebook : baba idara tu verras un pigeon et des lapins en photo

  19. john 23 octobre 2014 à 07:40

    pardon elisabeth son nom c’est baba aidara

  20. retrouvé le retour 23 octobre 2014 à 20:08

    Je ne connais pas les “réserves potentielles d’hydrocarbures” du Sénégal. Ni Baba Aidara.
    Mais je sais qu’en 1940 la ligne de démarcation a été tracée dans les Alpes avec le sang des “sénégalais”.
    Les Allemands s’étant conduits comme des animaux en exécutant les prisonniers originaires d’Afrique. Lorsqu’elle a compris la population locale a trouvé le courage de les cacher.
    Il n’existe sur le lieu des exécutions aucun monument. C’est triste.
    Nous avons la mémoire sélective.

  21. Elisabeth Studer 23 octobre 2014 à 22:00

    tout à fait … les tirailleurs sénégalais n’avaient d’autre choix que d’être excellents ….

  22. Elisabeth Studer 23 octobre 2014 à 22:04

    quant au monument il est à dakar … a cote de la gare

  23. Elisabeth Studer 23 octobre 2014 à 22:04

    merci pour l’info

  24. Elisabeth Studer 1 février 2016 à 03:28

    plein de nouveau sur le sujet / synthèse en cours

  25. Elisabeth Studer 12 octobre 2016 à 23:32

    On en reparle, bien évidemment.

    Sénégal : le pétrole engendre la polémique
    11/10/2016

    Aliou Sall, un frère du président sénégalais, et l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis ont porté plainte pour “diffamation” contre 11 personnes, lundi, à Dakar, dans une affaire liée à la découverte de gisements de pétrole et de gaz au Sénégal.
    Des opposants et des journalistes font partie des personnes visées par les deux plaignants.
    Le dépôt de la plainte survient à la suite d’une vive polémique sur le rôle présumé du frère de Macky Sall dans la gestion d’une société pétrolière appartenant à M. Timis.
    Aliou Sall et l’homme d’affaires australo-roumain ont également porté plainte pour “diffusion de fausses nouvelles et association de malfaiteurs”, contre les mêmes personnes, a indiqué leur avocat El Hadji Diouf.
    “On le présente comme un dealer”
    Abdoul Mbaye, un ancien Premier ministre de Macky Sall, aujourd’hui dans l’opposition, fait partie des personnes visées.
    Dans une lettre ouverte au président Macky Sall, il a dénoncé “l’opacité de la gestion des richesses nationales” et l’implication d’Aliou Sall dans l’administration d’une société pétrolière appartenant à Frank Timis.
    Les personnes visées par la plainte “ont dit qu’Aliou Sall s’est enrichi sans cause, que c’est parce qu’il est le frère du président qu’il est dans le pétrole et s’est enrichi”, a dit Me Diouf, cité par l’Agence France-Presse.
    Selon son avocat, le frère du président sénégalais ne possède aucune part dans les sociétés de M. Timis, mais “on le présente comme un dealer, un magouilleur et un corrompu”.
    Aliou Sall, journaliste de formation, a travaillé dans les services consulaires du Sénégal à l’étranger.
    Il est maire de Guédiawaye, l’une des plus grandes communes de Dakar.

  26. Elisabeth Studer 12 octobre 2016 à 23:38

    Découverte de pétrole et de gaz au Sénégal: Birahim Seck soupçonne un «deal» entre Macky et Aliou Sall

    Lundi 1 Février 2016
    SENXIBAR-Birahim Seck du Forum civil a fait hier une grosse révélation concernant la récente découverte de pétrole et de gaz aux larges des côtes sénégalaises. Invité à l’émission Grand jury de la Radio futurs média (RFM, privée), le responsable du Forum civil dit «soupçonner» un délit d’initié entre le président de la République, Macky Sall, ex-directeur général de Petrosen et ancien ministre de l’Energie et son frère, Aliou Sall, gérant de Petro-Tim. Dans les colonnes du journal Sud quotidien, M.Seck porte son soupçon à cause des connexions existant entre les sociétés à l’origine de la découverte en question.

    Au micro de la RFM, Birahim Seck soutient: «Je pense qu’il ne faut pas être euphorique. Les Sénégalais semblent souvent oublier les choses très vite. Ce gaz-là a une parfaite relation avec l’affaire Petro-Tim. Rappelez-vous que la société Petro-Tim, gérée en son temps par Aliou Sall, avait bénéficié d’un contrat d’exploration et d’exploitation du pétrole au niveau de ces puits dont on parle aujourd’hui, c‘est-à-dire Saint-Louis Offshore et CayarOffshore», a commencé par faire savoir Birahim Seck.
    «Petro Tim avait 90% et l’État du Sénégal 10% avec Petrosen. Le 3 avril 2014, Petro-Tim a cédé à Timis Corporation les 90%. Ce qui veut dire que Petro-Tim était une société écran. Donc, il a cédé les 90% à Timis Corporation qui est un collaborateur du gérant de Petro-Tim, qui est Aliou Sall», a ajouté encore Birahim Seck avant de poursuivre. «Écoutez bien ce que je dis. Timis Corporation, dans ces 90%, a cédé à Kosmos Energie 60% à hauteur de 200 milliards de F Cfa. Et c’est Kosmos Energie qui est en train d’explorer le pétrole et qui a découvert également le gaz».
    Poursuivant son raisonnement, le responsable du Forum civil finira par avouer. «Tout ça s‘est très vite passé. Autrement dit, nous soupçonnons qu’il y ait un délit d’initié. Notre président actuel était directeur de Petrosen. Notre président actuel était aussi, si je ne me trompe pas, ministre chargé des hydrocarbures, ministre de l’Energie précisément. Donc, il était en parfaite connaissance des gisements et des potentialités dont le Sénégal devait disposer en matière de cadastre minier»

  27. Elisabeth Studer 12 octobre 2016 à 23:41

    Les bonnes affaires de Frank Timis en Afrique
    par RÉDACTION
    23 octobre, 2014 Leaders No Comments
    Il a investi dans le fer en Sierra Leone, le manganèse au Burkina Faso, la recherche pétrolière au Sénégal et la montagne en Côte d’Ivoire. Qui est donc cet investisseur contre-tendance à l’ascension fulgurante et dont les relations vont des palais présidentiels africains aux dirigeants des fonds d’investissements ?

    Le minerai de fer a chuté de 40% depuis le début de l’année. Conséquence, les fonds spéculatifs se désengagent et les grands projets sont reportés. Tout le monde panique. Sauf Frank Timis, 51 ans, homme d’affaires d’origine roumaine et portant la nationalité australienne, un tycoon aussi controversé que talentueux. Investisseur contre-tendance, Frank prend le marché à contre-pied et renforce ses positions en attendant les beaux jours.

    L’annonce, le 21 octobre, de son intention de reprendre un joyau détenu jusque-là par London Mining son concurrent intime (placé sous administration il y a une semaine et en chute libre à la Bourse) , la mine Sierra léonaise de Marampa ( 1 400 employés), situé à proximité de sa mine de Tonkili, résume sa personnalité. Le président d’African Mineral dont il est, avec 12%, le plus grand actionnaire « est un loup de wall street qui nage à contre-courant », dit de lui un gérant de fonds habitué à apercevoir ce parieur complexe à l’hôtel Radisson du Sénégal ou dans l’un des palaces du quartier Plateau d’Abidjan.

    L’homme sait nouer les bonnes alliances et annoncer les bonnes nouvelles dans un seul but : le profit. La preuve, à peine annoncé, la nouvelle de ce rachat en Sierra Leone, encore loin d’être effective, a stoppé la chute d’African Minerals à la Bourse de Londres. Problème, ce groupe présidé par Frank Timis dont l’objectif est d’intégrer, à force d’acquisitions, le hit-parade des grands miniers, n’a pas les moyens de sa politique et accuse une perte de 7 millions de dollars au premier trimestre de l’année 2014.

    De plus, African Minerals doit rembourser une dette de 240 millions de dollars au rythme de mensualités estimées à 10,4 millions de dollars. Comment desserrer l’étau ? Jusque-là le groupe espérait sur le chinois Tewoo pour un investissement de 990 millions de dollars qui n’interviendrait pas à court terme de l’avis même des dirigeants d’African Minerals.

    La société a mandaté Standard Chartered pour refinancer sa dette et lui établir un plan de renflouement à la mesure de ses potentialités. Africa Mining a exporté pour 8,9 millions de tonnes de minerais au premier semestre à un prix moyen de 49 dollars la tonne, en chute de 36% sur une année glissante. L’Ebidta est tombé à 2,7 millions de dollars contre 100 millions de dollars durant le premier semestre 2013.

    Pour s’offrir cette mine qui pourrait lui rapporter double lors de la prochaine vague de reprise du cours de fer, le « chairman » a conclu un accord de prêt de 20 millions de dollars auprès de l’australien Cap Lambert Ressources Ltd. Les investisseurs y croient, estimant que la société African Minerals qui gère une ligne de chemin de fer qui passe dans les parages de la mine de Marampa est un repreneur naturel. Le fait de n’avoir jamais pu accéder à cette ligne a alourdi les coûts de London Mining qui exportait le minerai avec des barges.

    Erreur de positionnement au Sénégal

    Homme à mille casquettes, Frank Timis possède une douzaine de sociétés dont la holding Timis Mining Corporation. S’il est habitué au gain, il est pour le moment perdant dans ses investissements sénégalais où les premières traces de découverte de pétrole concernent la zone offshore. Or, Frank Timis s’est attribué tout l’offshore profond sénégalais de Saint Louis à Ziguinchor.

    Aussi, les récentes découvertes ne le concernent pas. Ce qui ne l’empêche pas de gouter au pétrole sénégalais bien avant l’heure. En effet, Timis Corp a vendu 60% de ses blocs (Kayar et Saint Louis) à la société Kosmos Energy, gardant 30%.

    En attendant, Frank Timis poursuit son offensive en Afrique. Titulaire de permis d’uranium au Niger, de titres de Manganèse au Burkina Faso (la mine de Tambao dont les réserves sont estimées à 100 millions de tonnes) , de deux blocs pétroliers au Sénégal, d’une mine de fer en Côte d’Ivoire, le milliardaire roumain trace son chemin.

    Séducteur des politiques, le détenteur d’une mine de fer dans une région montagneuse de Côte d’Ivoire promet d’investir 5 milliards de dollars dans ce pays… Pour l’heure, on est loin de la coupe aux lèvres.

    Frank Timis, trop optimiste, dirait-on ? Sa condamnation à verser 750 000 euros en 2006 par la sévère Financial Service Authority (FSA) pour publications trop optimistes, à propos d’un projet pétrolier en Grèce, ne l’a apparemment pas guéri de ce trait de caractère. D’où les nombreuses suspicions qui l’entourent jusque dans le conseil d’administration d’African Minerals où une transaction orpheline de 50 millions de dollars au titre d’indemnité au profit d’une société chypriote dont il a été présumé actionnaire, a ébranlé son fauteuil de président. Mais, confiant en son étoile, Frank Timis a su dépasser la mauvaise passe sans éteindre la polémique. Le départ d’éventuels partenaires financiers dans African Minerals a été compensé par un carnet d’adresses qui gravite autour des palais présidentiels africains.

    Parti de rien

    Riche de 2 milliards de dollars selon le magazine roumain « Capital », il ne manque pas de ressort, lui qui est parti de zéro à Perth (Australie) où sa société de transport se résumait à un camion de livreur. En 1986, il enregistre sa première faillite avec une dette de 15 000 dollars australiens. Ce détail sera oublié dans la note pour l’introduction en Bourse de sa société Gabriel Ressource à la Toronto Stock Exchanges.

    En 1992, il est le CEO de Morwest Holding Pty Ltd, positionnée sur l’or. Après six mois de recherches bredouilles, il fonde Timis Corporation et d’autres entités à la viabilité limitée. Dans la deuxième moitié des années 90 , il reprend Gabriel Ressources et obtient un gros contrat en Roumanie en partenariat avec l’Etat pour l’exploitation d’une mine d’or.

    Gabriel Ressources voit sa valorisation bondir et atteindre 75 millions de dollars. Fort d’un prêt de 3 millions de dollars de la banque de Rothschild, l’ambitieux Frank Timis peut entreprendre la mise en exploitation de sa mine d’or. Les méthodes utilisées dans la Rosa Mining, l’exploitation de l’or par le cyanure, ameutent les populations et rallient les écologistes contre le projet qui tablait sur 300 tonnes d’or et 1 600 tonnes d’argent.

    Mais Timis a plus d’une société dans son sac. Regal Petroleum fondé en 1996 et coté à la London Alternative Investment Market, dédiée aux professionnels, entre dans la danse et occupe les nuits blanches des analystes financiers. La célébrité intervient en 2003 avec l’acquisition de 60% d’un champ pétrolier en Grèce. Les estimations, optimistes, parlent de milliards de barils. La valorisation de la compagnie bondit pour atteindre 500 millions de livres sterling la propulsant à la tête du marché alternatif. Quelques jours après, Timis revend secrètement la compagnie et démissionne de la direction. Un coup de bouilloire ?

    En 2005, il était définitivement établi que le site contenait du pétrole à raison de 30 barils par jour, loin du seuil minimum pour la commercialisation. L’annonce de cette mauvaise nouvelle fait chuter l’action de la compagnie de 60% en quelques heures. C’est de là que partirent les déboires de Frank Timis avec le marché alternatif londonien. «Aujourd’hui, c’est de la vieille histoire », explique un observateur londonien qui assure que la société en question a repris sa licence FSA.

    En 2005, Timis a acquis 30% de la Sierra Leone Diamond Corporation Limited (SDLC), son premier coup en Afrique obtenu à travers une entité basée aux Bermudes. Ce fut la bonne affaire car SDLC couvrait un territoire équivalent au tiers de la Sierra Leone, dans des champs de recherche du diamant et du fer. En août 2007, Regal Petroleum devient African Mineral Limited. En 2010, la compagnie annonce des réserves de 10 milliards de tonnes de fer à une teneur de 29%. C’est cette découverte qui a fait de Timis le milliardaire à la fois adulé et controversé qu’on connaît aujourd’hui.

  28. Elisabeth Studer 20 octobre 2016 à 21:30

    prémonitoire …

  29. ES 7 novembre 2016 à 01:43

    ca bouge au sénégal. je fais le point au plus tot

  30. ES 7 novembre 2016 à 01:45

    Manuel Valls : «Le pétrole découvert au Sénégal intéresse la France»
    Manuel Valls, le Premier Ministre français, qui vient de boucler une visite officielle au Sénégal, a révélé sans ambages que le pétrole découvert récemment au Sénégal intéressait bien la France. C’était lors de l’enregistrement l’émission «Questions directes» d’Alassane Samba Diop (TFM) qui va être diffusée ce lundi dans la soirée.

    C’est «en janvier dernier, le chef de l’Etat annonçait la découverte d’un important gisement de gaz naturel, dans une zone de prospection située dans la partie nord du permis de Saint-Louis offshore profond. Cette découverte jugée significative est considéré comme “le plus important gisement en Afrique de l’Ouest, car étant constitué d’une large structure répartie de part et d’autre de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, avec des réserves estimées à 450 milliards de m3″.

    Cela faisait suite à une découverte de la société Cairn Energy, datant de 2014 et consistant en un gisement de pétrole dans la zone de prospection de Sangomar offshore profond, à 1.427 mètres de profondeur, au large de Foundiougne, dans le centre-ouest du Sénégal.

    Cairn Energy avait estimé ces réserves entre 250 millions et 2,5 milliards de barils. Cette société exploite trois blocs d’exploration pétrolière au Sénégal (Sangomar profond, Sangomar et Rufisque), dont il détient 40% des parts, aux côtés de l’Américain Conoco Philips (3%), de l’australien FAR (15%) et de la compagnie nationale pétrolière sénégalaise Petrosen (10%)».
    Massène DIOP Leral.net

  31. ES 7 novembre 2016 à 01:46

    James P. Zumwalt, ambassadeur des Usa au Sénégal : “Il faut que la gestion du pétrole et du gaz soit transparente”
    Enfin, serait on tenté de dire! La réaction tant attendue de l’ambassadeur des Etats-Unis à Dakar sur le dossier du pétrole et du gaz découverts au Sénégal a eu finalement lieu.
    Au micro de Mamadou Ibra Kane, James Zumwalt, dont la mission est terminée, s’est exprimé pour la première fois sur l’affaire des contrats pétroliers qui défraient la chronique depuis plusieurs semaines. Le silence des autorités américaines et britanniques présentes au Sénégal avait fini par susciter beaucoup de questions. Pour moins que ça, les diplomates américains, français et anglais brocardaient Wade et son régime, alors qu’avec Macky Sall, c’est l’omerta sur toute la ligne. Contrairement à Wade, Macky Sall semble être ménagé par les représentations diplomatiques des grandes puissances présentes à Dakar.
    Beaucoup d’observateurs se sont étonnés du silence assourdissant de ces diplomates depuis 2012. Sur l’affaire du pétrole et du gaz, l’ambassadeur sortant James Zumwalt a mis en garde le pouvoir sur le risque d’opacité si la société civile est écartée de la gouvernance de ces ressources. A en croire le diplomate américain, Macky Sall a eu l’excellente idée de créer un conseil de gestion des ressources du pétrole et du gaz. Mais, la gestion doit être transparente, et pour ce faire, l’implication de la société civile devient impérative.

  32. ES 7 novembre 2016 à 02:01

    le point du ministère sénégalais à ce sujet
    http://www.gouv.sn/Point-de-situation-sur-les.html

  33. ES 7 novembre 2016 à 02:14

    Et Macky Sall ose encore dire qu’il n’a rien à voir avec tout cela … tout de meme :
    ———————————-
    28 JUILLET 2003
    Le Journal de l’Economie (Dakar)
    Sénégal: Production de gaz naturel : Fortesa en pôle position sur le «bloc de Thiès»

    Par Malick Sylla
    Dakar —
    *********C’est en compagnie des responsables de Petrosen et de Fortesa International, ***
    que Macky Sall, ministre d’Etat, ministre des mines, de l’Energie et de l’Hyraulique, ***
    s’est rendu dans la région de Thiès pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux sismiques. La zone dite «Bloc de Thiès», où se trouve le puits de gaz Gadiaga 2, constitue une petite éclaircie dans la consommation énergétique de notre pays.

    - Le Sénégal n’est pas très bien loti dans le domaine des ressources énergétiques. Conséquence : l’Etat sénégalais paie une facture très salée pour l’importation de produits pétroliers. Néanmoins, des efforts sont entrain d’être menés dans la zone sédimentaire de la région de Thiès. C’est précisément dans la localité de Gadiaga, située dans la communauté rurale de Noto, du département de Tivaoune, «qu’un permis de valorisation du puits de Gadiaga2 et de renforcement du potentiel gazier a été octroyé à la société Fortesa International», *** révèle Macky Sall ***.
    Fortesa International est une société américaine basée à Houston, partenaire de la société des Pétroles du Sénégal (Petrosen).

    De l’avis de Pierre Marwan Hameh, responsable des opérations de Fortesa, «le potentiel gazier du «Bloc de Thiès» est estimé à 10 milliards de métres cubes». Sur le site, le puits de gaz Gadiaga2 découvert en 1997, est fonctionnel depuis octobre 2002 avec une production de 60.000m3/jour. Selon M. Hameh cette production varie selon la demande ponctuelle de la Senelec. On a produit jusqu’à 96.000m3. Mais il nous arrive de ne pas produire également, ça dépend un peu des besoins du client, la Sénélec. Il souligne par ailleurs que le gaz produit à Gadiaga, est un gaz de toute première offre sur le plan mondial, parce que ne contenant pas d’impuretés.

  34. Elisabeth Studer 21 décembre 2016 à 00:35

    L’institut de pétrole de Paris aura un invité de marque. Il s’agit du chef de l’Etat Sénégalais, Macky Sall qui fut d’ailleurs un ancien pensionnaire dudit institut.

    Le jeudi 22 décembre prochain, Macky Sall procédera à la visite de l’institut du pétrole de Paris. Il en a été un pensionnaire en ingénierie et géologie. Là-bas, il signera un accord pour la création d’un institut du pétrole au Sénégal. Avec les promesses à l’horizon 2030, de voir le Sénégal émerger comme 7ème producteur de pétrole au niveau mondial.

    Le président Macky Sall a senti le besoin de doter l’intelligentsia sénégalaise de compétences capables. Cela, pour faire face à la demande qui va arriver quand le pétrole sera présent au Sénégal.

    Après cette visite, il prendra son déjeuner avant d’embarquer pour le retour sur Dakar. Institut Français du Pétrole et des Energies Nouvelles (IFP Energies Nouvelles) est un organisme public français. Il a pour mission d’encourager le développement des technologies et des matériaux du futur. Cela se fait dans les domaines de l’énergie, du transport et de l’environnement. Ce développement se fait par le biais de la recherche et de la formation.

    Leur objectif consiste à améliorer les techniques d’exploration et de production du pétrole et du gaz. L’Institut est impliqué dans le développement de techniques d’exploration et d’extraction des hydrocarbures dans des endroits difficiles d’accès.

    Pour mener à bien sa mission, IFP Energies nouvelles (IFPEN) s’appuie sur trois leviers. D’abord, des programmes de formation de 3e cycle destinés à un public d’ingénieurs, proposés par IFP School. Ensuite, la formation par la recherche, au sein d’IFPEN : (stages pour étudiants en master, programme de thèses, post-doctorats. Enfin, la formation professionnelle continue, proposée par IFP Training.

    IFP School est partie prenante de IFPEN. Il propose des cursus de formation de 3e cycle à de jeunes ingénieurs et titulaires d’un master. Orientés vers l’industrie, ces cursus préparent les étudiants en 15 à 18 mois à prendre des fonctions opérationnelles.

  35. cutt.us 19 juillet 2018 à 17:56

    Thanks for sharing your thoughts. I really appreciate your efforts and I am waiting for your further write ups thank you once again.

Commenter cet article