Le Blog Finance

Areva : Anne Lauvergeon reconduite pour faire fusible ?

Areva : Anne Lauvergeon reconduite  pour faire fusible ?

lauvergeon_areva_sarkozy99.jpgLa catastrophe nucléaire au Japon  aurait-elle au final bénéficié à la patronne d’Areva, Anne Lauvergeon ? Qui sait …

A moins que le gouvernement ne se garde « sous le pied » un fusible tout trouvé …au cas où le combustible produit par le géant du nucléaire français – le MOX - serait en partie mis en cause dans le cadre des accidents majeurs survenus à la centrale de Fukushima.

En tout état de cause, le ministre de l’Industrie et de l’Energie Eric Besson a déclaré dimanche que la reconduction d’Anne Lauvergeon  – dont le mandat expire en juin – à la tête du groupe public Areva était un scénario “envisageable”. Cadeau empoisonné alors que le nucléaire subit une mise en cause majeure ?

Interrogé lors de l’émission Internationales TV5-RFI-Le Monde sur une telle éventualité, le ministre a toutefois estimé que ce sujet n’était pas la priorité du gouvernement. Mais avouez tout de même, qu’une telle décision offrirait au gouvernement un « pion » de tout premier choix pour faire face aux critiques féroces contre la politique nucléaire française et aux alertes sécuritaires relatives à l’état du parc français  et à son implantation sur zone sismique.

Son mandat arrive à échéance en juin et le président et le Premier ministre ont souhaité un processus très clair“, qui consiste à demander à un comité ad hoc d’établir “une liste de candidats potentiels”, a par ailleurs tenu à rappeler le ministre.

Mais ce que ne dit pas Eric Besson, c’est que le maintien d”Anne Lauvergeon à la tête d’Areva permettrait d’offrir à la vindicte populaire une « coupable tout trouvée » en cas d’émergence d’un nouveau scandale sur le combustible MOX vendu aux Japonais.

Précisons à cet égard qu’un des porte-parole du géant nucléaire français a indiqué la semaine dernière à La Hague, que le groupe venait de décider le report d’un convoi maritime de ce combustible pour le Japon.

Précisons que le MOX est un combustible fabriqué à partir de plutonium (6 à 7%) issu de combustible usés sortant des centrales nucléaires, et d’uranium appauvri. Selon Areva, un des avantages résiderait dans le fait qu’il permette de “recycler” des matières irradiées.

Les anti-nucléaires affirment quant à eux que le MOX est plus dangereux que le combustible classique (quasi uniquement composé d’uranium), estimant que le plutonium est d’une “toxicité redoutable”, de nature à accroître selon eux les risques de prolifération nucléaire.

« Entre 1989 et 1999, 2 944 tonnes de combustibles usés provenant des centrales japonaises ont été traitées à La Hague », précisait en avril 2010 Christophe Neugnot, le directeur de la communication du site. « Entre 1995 et 2007, la totalité des déchets vitrifiés hautement radioactifs issus du recyclage des combustibles usés a été renvoyée vers le Japon. » Cela fait frémir …

D’autant plus que dès le mois de mai 2001, dans le cadre d’une procédure conduite aux États-Unis , Greenpeace préconisait de renoncer à utiliser du MOX, dans les réacteurs de Fukushima.

Arguments invoqués : la nature des installations de Fukushima (de type “BRW”, réacteur à eau bouillante), la complexité de l’élaboration du produit et l’exigence d’un contrôle pointu du processus de fabrication.

Greenpeace écrivait alors que « la sécurité des réacteurs nucléaires alimentés par le MOX » était « sérieusement compromise par deux éléments importants : les problèmes liés à sa conception et le contrôle qualité des pastilles de MOX, ainsi que les différences de comportement entre le plutonium et l’uranium au sein du réacteur. »

L’ONG s’appuyait alors sur une étude réalisée en 1999 par un chercheur, E. S. Lyman, en vue d’analyser  l’incidence du MOX sur le déclenchement d’accidents nucléaires au Japon (….!).

Greenpeace estimait que le “risque d’un accident de fusion du cœur de réacteur” était accru par le seul usage de ce combustible, dont “les propriétés physiques, qui sont différentes d’un réacteur ordinaire, alimenté en dioxyde d’uranium, affectent les performances thermiques et mécaniques des assemblages combustibles.”

A noter en particulier que le MOX est extrêmement réactif, rentrant en fusion de manière beaucoup plus rapide que l’uranium enrichi.

Sources : AFP, Ouest-France, Greenpeace, Reuters, Owni, Greenpeace

Partager cet article

Article de

10 commentaires

  1. Elisabeth Studer 20 mars 2011 à 20:48

    JAPON : Le cauchemar du r

  2. Elisabeth Studer 21 mars 2011 à 11:47

    Fukushima: fum

  3. Un inconnu 22 mars 2011 à 18:42

    Ceci est totalement faux. Le MOX n’est pas plus dangeureux en centrale nucl

  4. Je me marre 22 mars 2011 à 22:27

    Au fait il y a quelques jours un commentateur ici m

  5. el gringo 22 mars 2011 à 22:39

    Je croyais que le MOX c’

  6. Elisabeth Studer 15 septembre 2011 à 22:45

    apon: Areva suspend la production de deux usines de conversion d’uranium
    PARIS – Areva a suspendu pour deux mois la production de deux usines fran

Commenter cet article