Le Blog Finance

Algérie : importations majeures de céréales contre émeutes de la faim ?

faim1.jpgLe site internet TSA Toutsurl’Algérie.com l’affirme tout net : Alger vient d’acquérir en une seule journée un volume astronomique de blé en vue de tenter de diminuer le risque d’émeutes.

Scénario que nie bien sur le gouvernement algérien … mais les faits sont là.

Selon les opérateurs français, l’Algérie – 4ème importateur mondial de blé – a ainsi acheté mercredi 850.000 tonnes de cette précieuse céréale sur la scène internationale. Soit près de 50 % de sa consommation annuelle, laquelle est estimée à 4 millions de tonnes.

emute-faim_99.jpgBut officiel de l’opération : sécuriser ses approvisionnements et éviter une flambée des cours intérieurs. Lesquels pourraient une nouvelle fois mettre le feu au poudre  au sein de la population en proie à un mal de vivre généralisé, excédée par chômage, hausse des prix, favoristime et corruption.

Notons que cette fabuleuse «emplette » fait suite à un premier achat de ce type durant la première quinzaine du mois de janvier. L’Algérie ayant alors acquis près d’un million de tonnes de blé de diverses origines.

Mercredi, ce sont 150.000 tonnes de blé pour livraison en mars, 400.000 tonnes livrables en mai et 200.000 tonnes en juin, le tout à un prix moyen de 380 dollars la tonne CAF (coût, assurance et fret compris) qui ont été achetées.

Si l’on en croit les opérateurs actifs sur les marchés, les deux tiers des volumes proviendraient de France, le dernier tiers étant “vraisemblablement” importé d’Argentine.

Les importations de blé en Algérie ne sont pas “exceptionnelles“, a toutefois tenu à préciser le ministre algérien de l’Agriculture Rachid Benaïssa. “Ce n’est pas une démarche exceptionnelle. Ce n’est pas nouveau. Cet achat n’est pas massif du tout. Il est régulier“, a-t-il ainsi déclaré lors d’une rencontre organisée par le quotidien gouvernemental El-Moudjahid.

Nous sommes en train de mettre en place des systèmes de régulation qui touchent certains produits de large consommation“, a par ailleurs ajouté le ministre.

Rappelons tout de même que le 5 janvier dernier des émeutes avaient éclaté en Algérie à la suite de la flambée des prix de certains produits de base tels que le sucre et l’huile. Cinq personnes y avaient trouvé la mort, tandis que plus de 800 blessés avaient été à déplorer.

Au bout de plusieurs jours, le gouvernement s’est vu contraint d’ordonner une baisse des prix, affirmé parallèlement qu’il continuerait à subventionner d’autres produits tels le lait, le blé et l’électricité.

Quoiqu’il en soit , la révolution tunisienne et les tensions émergeant au sein de plusieurs pays du Maghreb et au Moyen-Orient font craindre aux gouvernements concernés un redoutable effet « contagion », les mouvements pouvant être exacerbées par des émeutes de la faim, compte-tenu de la véritable flambée actuelle des cours des céréales et des matières premières alimentaires dans leur ensemble.

C’est donc dans ce contexte que les autorités tentent de sécuriser leurs approvisionnements … alors que l’offre se réduit de jour en jour.

Ainsi, si l’on en croit les marchés, l’Irak serait à la recherche de 100.000 tonnes de blé, l’Arabie Saoudite et l’Egypte pouvant rapidement leur faire « concurrence » dans le domaine.

La semaine dernière, Michel Portier, directeur du cabinet de conseils spécialisé Agritel, indiquait pour sa part que l’Algérie, le Maroc et la Libye achetaient en masse des céréales depuis les récents événements en Tunisie. But affiché : sécuriser leurs approvisionnements alimentaires et contrôler l’inflation en produits alimentaires de base.

Dopé par cette nouvelle flambée de la demande, le prix du blé meunier a grimpé à nouveau mercredi sur le marché à terme européen (Euronext). A mi-journée, la tonne pour livraison en mars gagnait ainsi 3,75 euros pour atteindre 266,25 euros, correspondant à un plus haut depuis deux ans pour une telle échéance.

Sources : AFP, Reuters,TSA

Partager cet article

Article de

10 commentaires

  1. Kelly 27 janvier 2019 à 00:38

    Take into account investments that provide fast annuities.

  2. Tiara 27 janvier 2019 à 18:24

    And that is an funding threat value taking.

  3. Lurlene 2 février 2019 à 07:25

    And that is an funding danger worth taking.

  4. Melodee 4 février 2019 à 17:52

    Take into account investments that supply quick annuities.

  5. Vida 8 février 2019 à 05:38

    And this is an investment danger worth taking.

  6. Floy 8 février 2019 à 15:53

    This is true for funding advice as nicely.

  7. Phyllis 10 février 2019 à 14:31

    All types of investments include sure dangers.

  8. Horace 11 février 2019 à 06:22

    Traders do pay direct and indirect costs.