Le Blog Finance
A la une

Quantum of Goldman Sachs

007-GoldFinger Certains d'entre vous se souviennent peut-etre qu'il y a fort longtemps, j'avais commis un article au titre un peu ironique sur ce qui était en passe de devenir l'affaire Kerviel, plein de doutes que j'étais sur la thèse que le PDG de SocGen nous balançait de JT en interview radio sur le "terroriste" qui avait "un système démoniaque" et qui "sautait de voiture en voiture" (comme l'agent Smith dans Matrix Reloaded ?). Eh bien, il faut croire que l'espion qui venait du froid est de retour sur les écrans, mais cette fois, on change de registre: finie la petite banque camembert et son Delta One (ce n'est pas l'unité de choc de Chuck Norris, c'était le desk de Jérome), on passe à Goldman Sachs et la High Frequency Finance. Les medias US se sont emparés de l'affaire comme un seul homme (parce que tous les ingrédients sont là: l'immigré russe bon danseur et trafiquant potentiel de software secrets, sommes d'argent qui donnent le tournis, FBI, Wall Street … Meme Ian Flemming n'y aurait pas pensé!), et coté français, c'est le service minimum. Bon, alors, pour résumer, le bon Sergey se fait arréter à l'aéroport de NY par le FBI à la suite d'une plainte de GS, son ancien employeur (salaire $400K/an), qui l'accuse en substance d'avoir dérobé un logiciel de trading haute fréquence top secret, susceptible (je cite) de

Partager cet article

Article de

9 commentaires

  1. el gringo 7 juillet 2009 à 23:06

    C’est une pratique très courante dans l’informatique que de partir avec les sources de son travail surtout dans la finance qui est un petit milieu. Le turnover dans la finance est très important comparé à d’autres milieux et parfois ce sont des équipes entières qui changent de banques.

  2. Sinclair 8 juillet 2009 à 00:18

    Cette histoire de manipulation de marché met en lumière la position réelle du petit boursicoteur : le pigeon !
    Ca questionne aussi la pertinence de l’analyse technique. Elle avait peut être un sens au début, mais n’est elle désormais pas manipulée par GS & Co pour créer l’illusion par exemple d’une opportune configuration de rebond ?
    Ma conclusion est que le petit actionnaire que je suis ne doit pas jouer à court terme et plutôt privilégier une stratégie à la Buffet.

  3. Laurent Gosse 8 juillet 2009 à 00:28

    Tout à fait d’accord. Toutefois, il semble que jusqu’ici, ces machines à trader (on se croirait vraiment dans ‘Matrix’) sont encore configurées de façon à rester dans les clous des prescriptions elliottistes. Evidemment, si on sait éplucher les bilans comme Buffett, on est en meilleure position. De toutes façons, comme dit Dave Rosenberg, le marché, c’est 2 choses: le multiple, et les earnings. Si les 2 montent, on a un sustainable bull market. Sinon, on a soit une bulle, soit une baisse.

  4. guy 8 juillet 2009 à 02:52

    Assez de blabla, quelqu’un a-t-il récupéré une copie ?….

  5. valerie 8 juillet 2009 à 10:08

    Une copie a été récupérée par Tuncay2.
    Sans rire,il faut voir « où est l’intérêt de GS »? Créer une bulle, faire monter? (il sera en cela supporté par son gouvernement) ou une baisse drastique pour s’en mettre plein les poches et foutre le monde en l’air et les US en premier

  6. logique 8 juillet 2009 à 11:12

    J’espére que Tuncay2 pourra nous expliquer comment fonctionne se programme miracle. Mais sans un accés aux orders books je ne voie vraiment pas comment il pourrait faire. J’amairais bien regarder de prét cette petite bète.
    En tout cas c’est clair que les automates sont en marche.
    J’espére que vous vérifier régulièrement vos barrières désactivente. A mon avis c’est le nouveaux jeux.

  7. Laurent Gosse 8 juillet 2009 à 12:05

    @Valerie et logique: j’espère que vous plaisantez … Un programme de ce type serait aussi inutile à vous qu’à moi!
    Pour mettre en place un soft de ce type dont la fonction est de placer des ordres fictifs, les retirer illico, de façon à déplacer vers le haut ou vers le bas le carnet d’ordres, il est nécessaire d’avoir un accès direct au marché. Si vous passez à travers un broker courant, vous avez des petits délais de l’ordre que quelques secondes alors que le soft travaille sur les millisecondes; bref, vous perdez tout …
    Donc, vous etes gentils, et vous arretez de propager toutes les sornettes de tuncay, qui, je le répète, a pour but de générer du trafic internet, donc du buzz, et faire croire aux gens qu’ils jouent dans un remake du « da vinci code ».
    Il y a un papier détaillé de Themis Trading Inc. qui explique en détail le fonctionnement de ces choses-là. Bien sur, c’est un peu touffu à lire, mais meme après avoir lu 1 page, on se rend compte que ce n’est pas à la portée d’un investisseur individuel, ET C’EST TANT MIEUX! C’est pas pour rien qu’on appelle ça du ‘toxic trading’: http://zerohedge.blogspot.com/2009/07/toxic-equity-trading-order-flow-on-wall.html
    Et c’est vraissemblablement en partie avec ce truc que nous avons eu ce rebond de 40% complètement incompréhensible …

  8. logique 8 juillet 2009 à 12:58

    @laurent,
    C’est exactement se que j’ais dis concernant se petit programme.
    désolé d’avoir utilisé le non d tuncay, il me semble comprendre que les relations ne sont a au moins.
    Ce rebond n’est pas incompréhensible, il fait partie du jeux auquel jouent les traders et les institution qui les emploient.
    Perso je connais se genre d’algo, ca n’est pas si difficile que cel affaire. D’ailleurs il se servent d’un accées aux massives delete order, petit programme dont je suis a l’origine d’ailleurs. M’enfin ca remonte a loin. J’ais décidé depuis longtemps deja de ne plus travailler pour une bandes d’arnaqueurs.
    D’ailleurs je ne travaille plus du coup :) ))))

Commenter cet article