Le Blog Finance

Guaino : l’Etat peut encore amplement emprunter

Vie-emprunt La France en faillite ? Que nenni clame Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, sous-entendant tout de même au passage que la question puisse raisonnablement être posée.

Mieux encore, selon lui, les limites à la capacité d'emprunt de la France sont loin d'être atteintes à l'heure actuelle. Et puis, en tout état de cause, affirme-t-il en sus, l'Etat n'est pas "obligé" de les atteindre lors de son futur emprunt. Quand on vous disait que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes ….

Henri Guaino a par ailleurs répété sur BFM TV qu'aucune option n'était arrêtée pour l'emprunt devant être lancé début 2010 pour nous dit-on "financer les investissements stratégiques de la France".

Le choix de solliciter les particuliers ou le marché sera fait "le moment venu" en fonction du coût respectif de ces deux modalités et des conditions économiques qui prévaudront à ce moment là", a par ailleurs déclaré le conseiller du chef de l'Etat.

Si le recours aux épargnants s'avère "plus mobilisateur", il est d'un coût supérieur à l'autre alternative. Or, souligne Henri Guaino, "il ne faut pas que ça coûte trop cher, sinon on gaspille l'argent des Français". Sage réflexion s'il en est …

Au début de la semaine, le Premier ministre, François Fillon, avait écarté quant à lui l'idée de rendre obligatoire pour les contribuables les plus aisés la souscription au futur emprunt. Une hypothèse avancée par des parlementaires de la majorité au sein des commissions des Finances du Parlement afin de limiter le coût de l'emprunt pour l'Etat, les prêteurs se voyant parallèlement proposer un taux faible.

Selon Henri Guaino, la France n'est pas à l'heure actuelle confrontée à des difficultés pour emprunter. Le pays "n'a pas de problème de signature, personne ne s'inquiète que la France puisse être demain matin en faillite", a-t-il poursuivi. Alors, pourquoi est-il tant besoin de le préciser ? Les choses pourraient rapidement changer ?

Les priorités d'investissement doivent être définies lors d'un débat de trois mois qui a débuté cette semaine par la rencontre de Nicolas Sarkozy et du Premier ministre avec les partenaires sociaux à l'Elysée. Le montant et les modalités de l'emprunt, qui doit être lancé début 2010, seront déterminés à l'issue du débat.

Les deux responsables d'une commission de réflexion doivent être nommés la semaine prochaine. François Fillon a précisé qu'il réunirait le 15 juillet les responsables de l'ensemble des commissions de l'Assemblée et du Sénat "pour engager avec eux la discussion et se mettre d'accord sur une méthode de travail".

Sources : Reuters, AFP

———-

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. Louis G. 6 juillet 2009 à 06:54

    “La France peut encore emprunter”! dit Mr Guaino…mais qui va rembourser ?…ainsi ce gouvernement est prêt à emprunter tous les jours et faire payer les générations futures…et tout cela pour faire des cadeaux aux plus riches avec le bouclier fiscal :” enrichir les plus riches et appauvrir les plus pauvres” telle serait la devise de Mr Sarkozy …si une majorité des électeurs français est d’accord pour quoi s’en priver ?…

  2. Nam 6 juillet 2009 à 10:55

    Peut-être ont ils l’intention de na PAS rembourser justement: pas une politique d’inflation (en mettant la BCE devant le fait accompli) juste après avoir emprunté les sous…

  3. caleb irri 6 juillet 2009 à 13:24

    bonjour,
    tout d’abord je voudrais vous remercier pour votre travail clair et fourni.
    ensuite, j’aurais une petite question à vous poser: pourquoi diable les commentaires sont ils impossibles sur l’article concernant l’Iran?
    et enfin, une petite réflexion concernant cet article: il est quand même incroyable que les Etats-Unis aient le toupet de se garder de vouloir faire de l’ingérence en Israël, tout en s’autorisant de le faire en Iran. et pour la France, quel beau pays qui critique si fort la légitimité d’un gouvernement tout en continuant à vouloir commercer avec lui…

  4. Elisabeth 6 juillet 2009 à 22:11

    Bonjour, Caleb Irri, compte-tenu des propos racistes voire haineux qui “fleurissent” qd il s’agit de l’Iran, j’ai pris sur moi de ne pas autoriser de commentaires
    Sachez en effet qu’il en va de la possibilité de traiter le sujet de l’Iran sur ce blog
    Merci à tous de rester sur l’aspect financier et/ou economique des choses, qui est mon seul but

  5. caleb irri 7 juillet 2009 à 13:29

    @ Elisabath
    message reçu! votre argument est valable, bien qu’il paraisse entendu d’une manière différente par d’autres médias.
    j’espère seulement qu’il est de votre fait, et aussi que l’Iran sera à l’avenir dans l’actualité mondiale-si proche pourtant de l’actualité économique- moins présent, car dans ce cas les commentaires vont se faire rares!