Le Blog Finance

Chine : vers une réduction des réserves en dollar ?

China_dollarLe président d’un groupe financier chinois, ancien haut responsable de la Commission de régulation bancaire, cité vendredi par un journal chinois, a préconisé de réduire progressivement le poids du dollar dans les réserves de change de la Chine, les premières au monde.

Parallèlement, les ministres des Finances de la zone euro ont annoncé qu’ils allaient dès lundi préparer une visite au sommet prévue en fin de mois en Chine pour protester contre la faiblesse du yuan.

"Il faut ajuster la structure des réserves de change et réduire la proportion de dollars", a déclaré Tang Shuangning, président du groupe Everbright, maison mère de la banque du même nom, cité par le China securities journal.

Ces propos interviennent juste après des déclarations similaires de Cheng Siwei, vice-président de l’Assemblée nationale populaire (ANP, Parlement), en faveur des "monnaies fortes" pour compenser les pertes dues aux plus faibles, suggérant de privilégier l’euro au détriment du dollar.

Ces déclarations avaient fait plonger mercredi le dollar déjà bien affaibli depuis quelques mois et la crise des "subprimes" américains.

Pour rappel, les trois principaux dirigeants économiques européens, le président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker, le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet et le commissaire européen aux affaires économiques Joaquin Almunia, ont prévu une visite à trois sans précédent à Pékin le 27 novembre.

Pékin est accusé de maintenir sa monnaie à un niveau artificiellement bas pour soutenir ses exportations et sa très vigoureuse croissance économique, mais pousse l’euro à la hausse par contrecoup.

Ce déplacement interviendra à la veille d’un sommet UE-Chine plus large à Pékin, où les dossiers commerciaux, autre pomme de discorde avec la Chine, tiendront une large place. Il coïncidera aussi avec une visite prévue dans le pays du 25 au 27 novembre de Nicolas Sarkozy. Cette semaine à Washington, le chef de l’Etat a estimé que la faiblesse du dollar et du yuan contribuait à un "désordre monétaire" mondial risquant de "se muer en guerre économique". "Le yuan est déjà le problème de tous, le dollar ne doit pas rester seulement le problème des autres", a-t-il insisté.

Source : AFP

A lire également :

. Emirats : bientot des réserves en euros ?

. Russie : 1ers contrats à terme sur pétrole et or en rouble

. Russie: le rouble comme monnaie de réserve ?

. Le Venezuela pourrait coter le pétrole en euro

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. el gringo 11 novembre 2007 à 01:37

    L’épargne chinoise finance l’endettement des consommateurs et de l’Etat américains
    Les pays “pauvres” sont-ils devenus les nouveaux banquiers des pays “riches” ? L’accroissement spectaculaire des réserves de change des pays asiatiques (1 400 milliards de dollars pour la seule Chine à la fin de l’année 2007, soit 955 milliards d’euros), l’accumulation de pétrodollars dans les pays du Golfe et en Russie, les remboursements anticipés des dettes de l’Argentine ou du Brésil font penser que les pays en développement financent désormais les pays industrialisés.
    “Sur le plan moral, cette situation est assez choquante”, juge Dominique Plihon, professeur d’économie à Paris-XIII et président du conseil scientifique de l’association Attac. La fuite des capitaux vers les pays du Nord briderait, en effet, le développement des économies émergentes qui sont loin de disposer des capitaux nécessaires pour améliorer leurs infrastructures.
    Ce paradoxe n’est que partiellement vrai. Les chiffres des investissements directs étrangers publiés par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) l’attestent : les pays industrialisés ont reçu 857 milliards de dollars de capitaux en 2006, mais ils en ont exporté plus encore (1 022 milliards). Pour les pays en développement, la situation est inverse : ils ont reçu plus (379 milliards de dollars) qu’ils n’ont exporté (174 milliards).
    “En fait, analyse Boris Cournède, économiste à la division des politiques économiques et monétaires de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le déficit de la balance courante du G7 est surtout un phénomène américain. Aux Etats-Unis, le déficit atteindra 842 milliards de dollars cette année. La nouveauté est qu’il est financé par le surplus commercial de la Chine et par celui des pays pétroliers, alors qu’autrefois, les rééquilibrages se faisaient entre pays développés.”
    Ce que confirme Patrick Artus, chef économiste chez Natixis, lorsqu’il passe en revue les grandes zones économiques : “L’Amérique latine et l’Union européenne à quinze sont grosso modo à l’équilibre. La première devrait être déficitaire pour financer son développement, mais le traumatisme de la crise de la dette a été si fort que les pays d’Amérique latine préfèrent ne plus avoir de dettes – au risque de ralentir leur croissance – plutôt que de revivre des plans de rigueur et le chômage qui en a résulté.”
    M. Artus ajoute : “Les pays pétroliers enregistrent un excédent équivalent à 18 % de leur produit intérieur brut ; la Chine, un excédent de 8 % à 9 % ; l’Asie est à + 4 %. L’Inde est en déficit de – 3 % ; l’Europe centrale et orientale, de – 6 % et les Etats-Unis dépassent les – 6 %.”
    In fine, “nous arrivons à une situation étonnante”, qui dure maintenant depuis plusieurs années, commente Xavier Musca, directeur du Trésor. Certains pays émergents, la Chine en tête, investissent massivement dans les bons du Trésor américain. En d’autres termes, la Chine finance une grande partie du déficit colossal de la première économie mondiale.
    Pour le reste, elle investit désormais directement ses capitaux excédentaires dans le capital des sociétés occidentales. “D’où la création d’un fonds souverain chinois pour optimiser les placements du pays”, indique Yves Zlotoswski, économiste à la Coface. Il a fait notamment parler de lui en prenant près de 10 % de Blackstone, l’un des principaux fonds d’investissement américain.
    En 2007, l’excédent commercial de la République populaire devrait atteindre 220 milliards de dollars, alors que le déficit des Etats-Unis se creusera à 750 milliards.
    Le déséquilibre des relations financières entre les deux économies ne manque pas d’inquiéter. “Nous sommes en présence d’une anomalie des épargnes dans ces deux pays”, explique M. Artus. “La Chine épargne trop, car ses ménages mettent de côté pour compenser l’absence de protection sociale et ses entreprises, qui ne peuvent obtenir des prêts d’un système bancaire bloqué, aussi”, ajoute le chef économiste de Natixis.
    En revanche, aux Etats-Unis, les particuliers comme l’Etat fédéral sont habitués à vivre à crédit et n’épargnent pas assez. “Les Américains vivent très largement au-dessus de leurs moyens”, insiste M. Plihon. Outre-Atlantique, l’afflux des devises en provenance de Chine ou du Golfe contribue à maintenir les taux d’intérêt à des niveaux très bas, ce qui n’encourage pas l’épargne.
    Beaucoup d’économistes soulignent les effets pervers d’une croissance chinoise essentiellement tournée vers l’extérieur. Les pays du G7 estiment que l’économie tourne à plein régime grâce à la sous-évaluation du yuan, par rapport au dollar ou à l’euro.
    Cette sous-évaluation “de l’ordre de 20 % à 30 %”, calcule M. Plihon, favorise les exportations au détriment des importations. Mais seule une partie de la population récolte les fruits d’une croissance de plus de 11 % l’an. “Il y a les laissés-pour-compte. Entre les villes et les campagnes, les inégalités se creusent”, indique M. Plihon.
    En outre, cette politique monétaire génère de l’inflation qui est estimée à plus de 6 %. Et alimente des tensions sociales. Dans ce contexte, les ménages chinois investissent massivement dans l’immobilier ou en Bourse et contribuent à former des bulles spéculatives.
    D’autre part, la multiplication des investissements chinois en Afrique est critiquée, car les pays industrialisés soupçonnent Pékin de tenter de s’approprier les matières premières du continent grâce à ses montagnes d’excédents.
    Cette situation explique le rapport de force que les Etats-Unis cherchent à imposer à la Chine à laquelle ils ne cessent de réclamer une réévaluation du yuan, pensant que la faiblesse de la monnaie chinoise contribue à détruire des emplois chez eux.
    Le G7 et le Fonds monétaire international ont joint leurs voix à celle de Washington pour demander au gouvernement chinois de réviser sa politique monétaire, le 19 octobre.
    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-976039,0.html

  2. Press 14 novembre 2007 à 01:02

    Condoleezza Rice évoque la possibilité de conflits avec Moscou
    (RIA NOVOSTI)
    http://fr.rian.ru/world/20071113/87828724.html

  3. Elisabeth 14 novembre 2007 à 01:30

    Merci ! pour une fois cela est affiché ouvertement !