Le Blog Finance
A la une

France Telecom : OPA et fonds de pension redoutés par les syndicats

Casser_tirelire_lifestyle Des syndicats de France Telecom ont dénoncé lundi la « poursuite de la vente des bijoux de famille » après l’annonce surprise par Bercy de la cession de 5 à 7% du capital par l’Etat.

Certains s’inquiétant de risque d’ »OPA non maitrisée » voire d’une « montée des fonds de pension ».

Pour rappel, alors que le plus important conglomérat privé russe, Alfa Group a laissé sous entendre il y a  quelques mois qu’il souhaiterait acquérir 20 % du capital du britannique Vodafone, un éventuel intérêt de sa part pour France Télécom et Deutsche Telekom reste toujours possible. Pour les sceptiques, n’oublions pas que la manne pétrolière et gazière russe – un des autres secteurs  de prédilection du groupe russe – permettrait de financer une telle acquisition.

I – La vente des bijoux de famille ?

« Christine Lagarde continue la vente des bijoux de famille » titre un communiqué diffusé par la fédération Sud, deuxième organisation représentative, critiquant ainsi ce qu’elle nomme une « politique à courte vue » de l’Etat. « L’argument du désendettement de l’Etat va durer d’autant plus que les cadeaux fiscaux aux plus riches et aux entreprises sont un élément central de la politique gouvernementale », ajoute le communiqué.

Pour Christian Mathorel, délégué central CGT, première organisation représentative, cette mesure va « contribuer officiellement au désendettement et au financement des cadeaux qui vont être faits au patronat », soit « plusieurs milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales ».

Pour la CGT, le désengagement de l’Etat du capital de France Telecom « ne va pas du tout dans le sens de la garantie à tous d’une égalité de traitement vis-à-vis de l’accès au très haut débit ». Elle dénonce par ailleurs une décision qui « va accroître les exigences des marchés financiers et la pression sur le personnel ».

II – Crainte d’une montée des fonds de pension


Pour la CFDT, troisième organisation, Daniel Guillot, délégué syndical central fait part de son « inquiétude au fond »: « Si on perd 5 à 7% aujourd’hui on se demande jusqu’où cela va aller » dit-il, en citant ses craintes d’assister à une « montée des fonds de pension au capital » comme chez l’opérateur historique des télécommunications allemand. « A Deutsche Telekom, la dilution progressive de la part de l’Etat s’est accompagnée d’une montée de Blackstone qui a aujourd’hui des exigences énormes« , a-t-il précisé.

« Aujourd’hui, la part des fonds de pension est très faible et relativement diluée, mais nous craignons que d’ici quelques temps les seuls actionnaires de référence soient les fonds de pension et que l’Etat laisse faire« , a-t-il ajouté.

III – Risque d’une OPA non maîtrisée


La CGC évoque pour sa part un risque « d’OPA non maîtrisée ». « Qui achètera ? des actionnaires minoritaires comme le fonds Carlyle, vont-ils monter en puissance? on ne le sait pas. L’entreprise flirte-t-elle dorénavant avec le risque d’une OPA non maîtrisée ? peut-être », indique un communiqué. Le Fonds américain Carlyle possède 5% du capital de France Telecom, ce qui en fait le deuxième actionnaire derrière l’Etat, souligne la CGC.

IV – Alfa Groupe : intérêt pour Vodafone et France Telecom

En janvier 2007, Alfa Groupe, le premier conglomérat privé russe, propriété de l’oligarque Mikhaïl Fridman, avait indiqué qu’il souhaitait entrer dans le capital de grands groupes européens de telecoms.

« Nous sommes en négociations avec Vodafone et avec d’autres grands opérateurs européens », avait ainsi déclaré au Times Kirill Babaev, vice-président d’Altimo, filiale télécom déenu à 100% par le holding Alfa Group qui contrôle notamment l’opérateur russe VimpelCom. Altimo est déjà  présent chez des opérateurs mobiles en Russie, Ukraine et Turquie.

Selon un article paru alors dans Les Echos, les milliardaires Russes, Mikhail Fridman et Vladimir Ievtouchenko, respectivement à  la tête d’Alfa et Sistema, auraient mentionné être prêts à  prendre des participations dans un opérateur occidental ou bien créer une filiale commune avec un partenaire.

Si l’on en croit la presse financière française et britannique, Altimo aurait même été en discussion avec Vodafone, France Télécom et Telefonica. Mikhail Fridman aurait même été prêt à  prendre 20% du capital de Vodafone et donc de placer sur la table plus de 20 milliards d’euros. Cette information dévoilée par le Times avait cependant été démentie le 2 novembre dernier par Vodafone. De son côté, France Télécom se refusait alors à  tout commentaire. Le groupe Sistema aurait proposé à  la même date à  l’opérateur allemand, une entrée dans son capital à  hauteur de 25%.


Fondé en 1989, le holding Alfa Group possède des intérêts diversifiés, dans le pétrole et les télécoms. Le groupe a dégagé un bénéfice net de 1,9 milliard de dollars en 2003. Le PDG du groupe, Mikhaël Fridman, figure au 5ème rang du classement établi par Forbes des hommes les plus riches de Russie avec une fortune évaluée à  9,7 milliards de dollars.

L’un de ses joyaux de cet oligarque, VimpelCom, coté à  Wall Street, a vu son action progresser de 40 % sur un an. L’entreprise prospère sur des marchés en forte croissance (Russie, Ukraine, Tadjikistan, Ouzbékistan, Géorgie) où elle totalise 237 millions d’abonnés. Avec 135 millions d’abonnés (tous opérateurs confondus) pour 140 millions d’habitants, le marché russe du portable est proche de la saturation. Pour renouveler son offre, VimpelCom a conclu un accord en mai 2006 avec Google afin de rendre accessible le moteur de recherches sur le portable.

A noter par ailleurs que la compagnie pétrolière britannique BP a annoncé vendredi la vente de sa participation dans le champ gazier Kovykta en Sibérie au géant gazier russe Gazprom et la création d’une entreprise commune. TNK-BP va ainsi vendre à  Gazprom les 62,9% qu’il possède dans Rusia Petroleum, ainsi que ses 50% dans la société East Siberian Gas Company, chargé de construire le projet gazier régional.


La licence pour le gisement de Kovykta, considéré comme l’un des plus prometteurs de Russie, était détenue jusqu’à  présent par Rusia Petroleum, filiale de TNK-BP, elle-même détenue à hauteur de 50% par la major ptrolière britannique BP et à 50% par le consortium russe Alfa Group, composé des groupes Access Industries et Renova.


Sources : AFP, Reuters, Libération, Le Figaro, Resaux-telecoms.net, Euro.news

A lire également :

. France Telecom : l’Etat cède au moins 5 % du capital

. Le russe Sistema chercherait à  entrer dans Telecom Italia

. Cinq acteurs prêts à manger Orange Pays-Bas

. France Télécom : émission obligataire en vue

. France Telecom: intox sur la suppression d’emploi ?

. France Telecom : la medecine du travail est inquiète

Partager cet article

Article de

17 commentaires

  1. Elisabeth 25 juin 2007 à 23:27

    La cession de 5% de France Télécom rapporte 2,65 mds EUR à l’Etat (Lagarde)
    PARIS, 25 juin 2007 (AFP)
    La cession de 5% du capital de France Télécom par le gouvernement français a rapporté 2,65 milliards d’euros qui serviront au désendettement de l’Etat, a annoncé lundi la ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi Christine Lagarde dans un communiqué.
    Quelque 130 millions d’actions de l’opérateur historique des télécommunications ont été cédées à « un prix par action de 20,40 euros », soit 2,65 milliards d’euros, indique le ministère.
    Le montant sera « intégralement affecté au désendettement de l’Etat », précise-t-il.
    L’Etat qui détenait 32,41% de l’opérateur français, a vu sa part ramenée à 27,4% du capital de France Télécom.
    L’action de France Télécom a connu une forte chute lundi en bourse (-2,62% à 20,45 euros), le cours de l’opérateur s’installant au sein de la fourchette de prix (comprise entre 20,40 et 20,70 euros l’action) proposée selon des courtiers par l’Etat, dans le cadre de ce placement accéléré auprès d’investisseurs institutionnels.
    L’Etat avait annoncé la possibilité d’étendre cette cession jusqu’à 7% du capital de France Télécom en fonction de la demande, option qu’il n’a finalement pas exercée.

  2. pierre morville 26 juin 2007 à 00:36

    Elizabeth Studer,
    je m’appelle Pierre Morville et je suis le délégué syndical de la CFE CGC. J’ai lu avec intérêt votre article. Parlons en
    Cdlt,
    0674028686

  3. Elisabeth 26 juin 2007 à 00:48

    Pas de pb
    je vous appelle demain

  4. Elisabeth 26 juin 2007 à 00:52

    Monday, June 25, 2007.Business in Brief
    HELSINKI — Altimo, the telecoms arm of private equity group Alfa, would be keen to form a giant telecom operator together with TeliaSonera and Norway’s Telenor, the company was quoted as saying.
    « It is a very interesting thought, » Altimo vice president Kirill Babayev told the Finnish daily Helsingin Sanomat in comments published Friday.
    Babayev said Altimo would not, however, be interested in a stake in Finland’s second-largest operator Elisa or third-largest mobile carrier DNA. (Reuters)

  5. Elisabeth 26 juin 2007 à 00:55

    A lire également
    Russie/Italie : gaz contre télécoms

  6. Elisabeth 26 juin 2007 à 00:58

    Egalement
    France Télécom : contre-offre sur Telecom Italia ?
    accord croisé : Russie/Italie/France ?
    ou cheval de Troie russe en passant par Telecom Italia ?
    (il semble pour Airbus que la Russie tente de « passer » par EADS-Casa espagne)

  7. Jean-philippe GREGOIRE 26 juin 2007 à 08:41

    A quand la privatisation de l’armée ? De toute façon, les bijoux de famille, il n’en reste plus beaucoup !

  8. Elisabeth 26 septembre 2007 à 23:12

    si ceux de Christine Lagarde , au sens propre du terme …
    regardes bien les photos, splendides bijoux :)

  9. Carlyle 10 mars 2008 à 10:40
  10. Elisabeth 10 mars 2008 à 10:45

    + d’infos sur performance bourse
    Dans quelques jours, le demi-frère de Nicolas Sarkozy rejoindra le fonds d

  11. morville 25 décembre 2008 à 17:42

    Elizabeth,
    je lance hors syndicat un « observatoire de l’Union pour la Méditerranée ». J’ai besoin de votre adresse pour vous envoyer l’appel initial. morvillepierre.com
    Par ailleurs, je serai ravi d’avoir de vos nouvelles, personnelles et syndicales.
    Amicalement,
    Pierre

  12. Elisabeth Studer 25 décembre 2008 à 20:03

    Bonjour , et merci de votre message
    je viens de vous adresser mes coordonnées par mail

  13. Elisabeth Studer 11 mai 2012 à 21:15

    test

Commenter cet article