Le Blog Finance

Sarkozy: gaz contre nucléaire avec l’Iran, sans Eurodif ?

Shah_saclay_1_1 A entendre les propos de Nicolas Sarkozy concernant l’Iran, j’ose craindre que tout comme pour Al Qaida, le candidat UMP ne maîtrise pas totalement le sujet et les accords passés entre l’Iran et la France …

Car tandis que Roland Dumas s’est rendu cette semaine à Téhéran, retrouver d’anciennes connaissances avec lesquelles il avait du notamment traité d’Eurodif, Nicolas Sarkozy a évoqué la possibilité d’établir un partenariat gagnant-gagnant avec l’Iran…. après l’avoir menacé de sanctions en vue de régler le dossier nucléaire.

Un peu osé tout de même de faire ainsi du chantage envers Téhéran alors que l’Iran demeure membre du consortium propriétaire de l’ usine d’enrichissement d’uranium du Tricastin exploitée par une filiale d’Areva et que Total est mise à mal sur le plan juridique pour ses relations un peu trop rapprochées avec l’Iran.

I

Partager cet article

Article de

13 commentaires

  1. el gringo 2 mars 2007 à 02:48

    Washington n’exclut plus de “discuter” de l’Irak avec l’Iran et la Syrie
    La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, a annoncé, mardi 27 février, que le gouvernement irakien allait réunir dans une quinzaine de jours une conférence internationale sur l’Irak à laquelle les Etats-Unis ont décidé de participer, bien que l’Iran et la Syrie soient invités. La conférence se tiendra le 10 mars à Bagdad, a confirmé mercredi le premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki. Jusqu’à présent, Washington avait refusé de s’asseoir à une table de négociation avec les officiels iraniens tant que Téhéran ne suspendrait pas son programme d’enrichissement d’uranium.
    Intervenant devant la commission des appropriations du Sénat pour défendre le supplément budgétaire de 3,2 milliards de dollars demandé pour l’Irak et l’Afghanistan par l’administration Bush, Mme Rice a expliqué les termes de cette “nouvelle initiative diplomatique”. Une première réunion, au niveau des ambassadeurs, devrait se tenir avant la mi-mars à Bagdad. Elle serait suivie d’une rencontre au niveau ministériel en avril, peut-être à Istanbul. “Nous espérons que tous les gouvernements vont saisir cette occasion pour améliorer leurs relations avec l’Irak et travailler à la paix et à la stabilité”, a dit Mme Rice.
    Les pays invités sont les voisins de l’Irak (Syrie, Iran, Jordanie, Koweït, Turquie, Arabie saoudite) et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie). La deuxième conférence serait élargie aux membres du G8.
    PORTE OUVERTE
    L’annonce faite par Mme Rice a surpris les observateurs, d’autant qu’elle est intervenue à un moment où les Etats-Unis resserrent plutôt l’étau sur l’Iran dans le dossier nucléaire et que les injonctions à engager la conversation avec Téhéran et Damas ont été rejetées par l’administration Bush.
    En décembre 2006, le groupe d’étude sur l’Irak, créé par le Congrès pour faire des recommandations au président américain, avait proposé la tenue d’une conférence régionale similaire. George Bush avait rejeté cette idée lors de sa rencontre de décembre avec le chef du gouvernement britannique, Tony Blair. “Si la Syrie et l’Iran ne sont pas préoccupés par la situation en Irak, ce n’est même pas la peine de participer”, avait-il dit. Mme Rice l’avait aussi écartée, affirmant qu’il existait déjà un forum du même genre (le “compact group”). Ce groupe, qui rassemble essentiellement des donateurs, ne s’est pas réuni depuis la conférence de Charm el-Cheikh en 2004. Mme Rice a indiqué, mardi, qu’il se réunirait à l’ONU en mars.
    La conférence de Bagdad ne vise qu’à discuter de l’Irak et des moyens de garantir sa stabilité politique. Mais c’est une porte ouverte alors que Washington, qui n’entretient plus de relations diplomatiques avec Téhéran depuis vingt-sept ans, a refusé d’engager le dialogue tant que l’Iran n’aurait pas suspendu l’enrichissement d’uranium. Le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack, n’a pas exclu qu’une rencontre bilatérale entre officiels américains et iraniens puisse se produire. “Il s’agit d’une discussion, pas d’une négociation”, a-t-il nuancé.
    En novembre 2005, l’ambassadeur en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, avait révélé avoir été autorisé par M. Bush à entrer en contact avec les officiels iraniens au sujet de l’Irak. Les Iraniens avaient accepté d’engager des pourparlers mais, en avril 2006, le président Mahmoud Ahmadinejad avait décrété que ce dialogue n’était plus nécessaire.
    Quand l’idée est revenue, Mme Rice s’y est opposée, indiquant qu’il n’était pas question que les Etats-Unis se lancent dans un marchandage avec l’Iran en échange de leur aide pour stabiliser l’Irak. Aujourd’hui, elle estime que sa stratégie est calée. “Nous nous sommes réengagés dans la sécurité et la stabilité du Golfe et nous avons rassemblé nos partenaires traditionnels”, tels que les pays du Conseil de coopération du Golfe plus l’Egypte et la Jordanie, pour “soutenir les leaders démocratiques en difficulté tels que le premier ministre Siniora au Liban, le président Abbas dans les territoires palestiniens et le premier ministre Maliki en Irak”.
    Les démocrates ont apporté leur soutien à la position de la secrétaire d’Etat. “L’administration a raison de changer d’avis”, a dit le sénateur Joe Biden. “Nous aurions dû faire cela il y a des années”, a déploré le sénateur Harry Reid.

  2. steph 2 mars 2007 à 16:11

    Et en quoi est ce l’Iran que n’aurait pas droit à une industrie ou armement nucléaire?
    Sarkozy, le nabot arrogant et démagogue, bon qu’à chier le monde sur le bord des routes de france, issu d’une formation politique qui a vendu la technologie nucléaire dans ces pays il y a deux décennies avec son faux frère Chirac…Vous ne voulez pas que l’Iran dispose de la bombe, commencez par démanteler les vôtres. Quant aux leçons d’arrogance de la france, plus personne n’en a rien à foutre

  3. Elisabeth 2 mars 2007 à 16:15

    Sa position est completement “déplacée” à tout point de vue
    Sur SOFIDIF
    http://siren303587216.societes.org/

  4. SOFIDIF 2 mars 2007 à 16:17

    L’URANIUM PAR DIFFUSION GAZEUSE (SOFIDIF)
    RCS Versailles B 303 587 216
    Nom commercial : SOFIDIF
    Renseignements juridiques
    Siège social 2 Rue Paul Dautier
    78140 VELIZY VILLACOUBLAY
    SIRET 30358721600027
    Forme juridique SA à conseil d’administration
    Capital social 20.968.750,00 EURO
    Code activité 652C – Distribution de crédit
    Nationalité France
    Dirigeant(s)
    PCA M. GOBERT Christian
    DG M. GOBERT Christian
    Administrateur COMPAGNIE GENERALE DES MATIERES NUCLEAIRES COGEMA SA représenté par M. MALLET Olivier
    Administrateur M. PETIT Christian
    Administrateur M. HOSSEINI Seyed

  5. SOFIDIF 2 mars 2007 à 16:18

    Gloups il manque l’intitulé de la sté
    SOCIETE FRANCO IRANIENNE POUR L’ENRICHISSEMENT DE L’URANIUM PAR DIFFUSION GAZEUSE (SOFIDIF)

  6. SOFIDIF 2 mars 2007 à 16:22

    Ou l’on retrouve les mêmes
    ***Administrateur M. HOSSEINI Seyed ***
    ————————
    Mohammad Ali Hosseini: l’Iran rejette la suspension de l’enrichissement TEHERAN.IRNA.09 OCTOBRE 2006.
    Politique. Iran.
    Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, ***Seyed Mohammad Ali Hosseini **** a rejeté dimanche toute perspective de suspension d’enrichissement d

  7. SOFIDIF 2 mars 2007 à 16:27

    Seyed Mohammad Hosseini, ambassadeur d’Iran en Arabie Saoudite, a souligné, dans sa déclaration au journal, la grande importance des prochains pourparlers, (entre Iran et Arabie) car “les deux pays islamiques peuvent jouer un rôle efficace dans le règlement des problèmes de la région et du monde islamique”.

  8. Elisabeth 3 mars 2007 à 18:52

    La marque du partenariat nucléaire franco-iranien
    Diplomatie
    Document de 62 pages, daté de 1964 à 2003, rédigé par l’ambassade de France à Téhéran et par la SOFIDIF.
    Le 1.06.06. Un document pour remonter aux origines de la SOFIDIF, la société française participant à l’enrichissement de l’uranium iranien. Une plongée dans les archives des relations entre Paris et Téhéran, et un éclairage sur les origines françaises de l

  9. Prix Edgar Faure 16 septembre 2007 à 05:12

    Je souhaite vivement annoncer Le Prix de Littérature Politique Edgar Faure 2007».
    Le jury est composé des personnalités suivantes :
    - Madame Nathalie Kosciusko-Morizet (Secrétaire d’Etat )
    - Monsieur Roland Dumas (Ancien Ministre)
    - Monsieur David Assouline (Sénateur de Paris)
    - Monsieur Eric Zemmour (Journaliste)
    - Monsieur Thomas Veyrenc Sciences-Po, 2006, affaires européennes)
    - Monsieur Alain Juillet (responsable de l

  10. el gringo 16 septembre 2007 à 20:26

    Iran: “il faut se préparer au pire”, selon Bernard Kouchner
    PARIS – La crise du nucléaire iranien impose de “se préparer au pire” qui “est la guerre”, a déclaré dimanche lors d’une interview radio-télévisée le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, tout en affirmant que la négociation devait primer.
    “Il faut se préparer au pire”, a dit M. Kouchner au grand Jury RTL/Le Figaro/LCI. Interrogé pour savoir ce que cela signifiait, il a répondu: “c’est la guerre”.
    “On se prépare en essayant d’abord de mettre au point des plans qui sont l’apanage des états-majors, et ça ce n’est pas pour demain”, a-t-il poursuivi.
    “Mais on se prépare en disant +nous n’accepterons pas que cette bombe (atomique iranienne) soit construite, suspendez l’enrichissement de l’uranium et on vous montre que nous sommes sérieux” en proposant “que des sanctions plus efficaces soient éventuellement mises au point”.
    “Nous devons négocier jusqu’au bout”, a dit le ministre. Mais la possession de l’arme atomique par Téhéran serait un “vrai danger pour l’ensemble du monde”, a dit M. Kouchner.
    Il a indiqué “qu’aucun signe ne nous permet de penser en dehors des préparations militaires” qu’un bombardement de l’Iran soit proche. “Je ne crois pas que nous en soyons là” mais il “normal qu’on fasse des plans” a-t-il dit.
    “L’armée française n’est pas pour le moment associé à quoi que ce soit ni à aucune manoeuvre que ce soit” a précisé M. Kouchner.
    Le chef de la diplomatie française a également souhaité que l’Union européenne (UE) prépare des sanctions contre Téhéran, en dehors du cadre de l’ONU.
    “Nous avons décidé, pendant que la négociation se poursuit -et elle doit s’amplifier- de nous préparer à des sanctions éventuelles en dehors des sanctions de l’ONU, qui seraient des sanctions européennes”, a-t-il déclaré.
    “Nos amis allemands l’ont proposé”, a-t-il ajouté, en précisant qu’il s’agirait de “sanctions économiques à propos des circuits financiers” visant notamment “les grandes fortunes, les banques” en Iran, pas la population ordinaire.
    M. Kouchner a indiqué à ce propos que le gouvernement français avait demandé à de grandes entreprises françaises ne ne pas investir en Iran, citant en particulier Total et Gaz de France.
    “Nous avons déjà demandé à un certain nombre de nos grandes entreprises de ne pas répondre aux appels d’offre” iraniens, a-t-il déclaré. “Je crois que cela a été entendu et nous ne sommes pas les seuls à avoir fait cela”, a-t-il ajouté.
    Le dossier des sanctions contre l’Iran, avec la perspective d’une nouvelle résolution du Conseil de sécurité instituant de nouvelles mesures contre Téhéran, sera au centre de visites de M. Kouchner à Moscou lundi et mardi puis à Washington en fin de semaine.
    (©AFP / 16 septembre 2007 19h59)
    http://www.romandie.com/infos/news/070916175909.g4jse4xt.asp
    Paris pour des sanctions européennes contre l’Iran: Kouchner
    PARIS – Paris souhaite que l’Union européenne (UE) prépare des sanctions contre l’Iran, en dehors du cadre de l’ONU, pour amener l’Iran à suspendre ses activités nucléaires sensibles, a déclaré dimanche le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner dans un entretien radio-télévisé.
    “Nous avons décidé, pendant que la négociation se poursuit -et elle doit s’amplifier- de nous préparer à des sanctions éventuelles en dehors des sanctions de l’ONU, qui seraient des sanctions européennes”, a déclaré l ministre au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.
    “Nos amis allemands l’ont proposé”, a-t-il ajouté, en précisant qu’il s’agirait de “sanctions économiques à propos des circuits financiers”.
    (©AFP / 16 septembre 2007 19h21)
    http://www.romandie.com/infos/news/070916172144.7cglcn76.asp

  11. Elisabeth 16 septembre 2007 à 21:42

    Plus les USA qui parlent désormais ouvertement de lancer des offensives sur l’Iran, cela ne presage rien de bon
    Le retrait progressif D’irak pourrait être pour “rapatriller” budget et troupes en Iran …

  12. Braum 30 novembre 2007 à 01:45

    L’Association Edgar Faure après le triomphe du Prix 2007 prépare le Prix de Littérature Politique Edgar Faure 2008 apres le succès de celui de cette année, Le toit Citoyen , La grande Arche, Henri Maire, un jury qui sera dévoilé petit à petit beaucoup de surprises
    Rodolphe Oppenheimer forme son équipe.

  13. vanina Scherrer 6 janvier 2008 à 01:59

    Mes très chers Amis,
    L’année 2008 va voir naître les dîners débats de l’Association Edgar Faure, nous aurons des intervenants des plus intéressants
    Alain Juillet interviendra au second trimestre sur “L’Intelligence Economique”.
    La convivialité des adhérents de l’Association apportera à ces diners la combinaison d’un moment de culture mais aussi d’amitié, de rencontres professionnels et de détente.
    Comme vous le savez le Prix de Littérature Politique Edgar Faure 2008 sera composé de :
    Monsieur Roland Dumas (Ancien Ministre)
    Monsieur Laurent Wauquiez (Secrétaire d’Etat – Député – Porte parole du Gouvernement)
    Monsieur Manuel Valls (Député de l’Essonne)
    Madame Isabelle Debré (Sénatrice des hauts de Seine)
    Monsieur Paul Wermus (Journaliste)
    Madame Elisabeth Guigou (Député de Seine St Denis- Ancien Ministre)
    Monsieur Rodolphe Oppenheimer (Président de l’Association Edgar Faure)
    Permettez moi de ne pas vous dévoiler tous les noms, il n’y aurait plus de surprise
    Cordialement
    Laurent Algisi
    contact@edgarfaure.fr
    http://www.edgarfaure.fr