Le Blog Finance

Quand la prime prônée par Macron provoque des grèves

Quand la prime prônée par Macron provoque des grèves

“Dégâts collatéraux” pour les entreprises, des promesses faites par Emmanuel Macron face aux revendications des Gilets jaunes ? L’usine Dunlop de Montluçon, dans l’Allier, détenue par le groupe Goodyear, est en grève depuis mercredi. Objectifs des grévistes : obtenir le versement d’une prime sans impôt ni cotisations sociales. Reprenant ainsi à leur compte la demande du Chef de l’Etat lors de son discours du 10 décembre dernier, exhortant alors les grands groupes à verser à leurs employés une “prime de fin d’année à leurs employés”, sans impôt ni cotisations sociales. 

Grève pour obtenir prime exceptionnelle et embauche d’intérimaires

Selon les syndicats de l’usine Dunlop de Montluçon, les salariés réclament une prime exceptionnelle et l’embauche d’intérimaires. Les négociations menées avec la direction vendredi n”ont toujours pas permis d’aboutir.

A l’origine, les grévistes réclamaient une prime exceptionnelle de 1.000 euros et l’embauche de 93 intérimaires. Selon la CGT, la direction du site a proposé le versement d’une prime de productivité à hauteur de 70 euros par mois, garantie pendant quatre mois, une hausse des salaires de 1% et l’embauche de deux salariés par mois.

“En ajoutant les 28 euros d’augmentation de la négociation annuelle, une réserve d’une vingtaine d’euros dont on dispose sur un autre accord, et une prime de 100 euros, on demande 150 euros par mois garantis sur l’année”, a précisé David Guillaume, représentant du syndicat. « On ne comprend pas que la direction refuse de verser une prime défiscalisée alors qu’en 2018 les salariés ont perdu 800 euros de rémunération », indique-t-il par ailleurs.

Investissements en Slovénie plus coûteux que prévus

David Guillaume ajoute que la direction leur avait refusé le versement d’une prime de 1.000 euros, arguant du manque de moyens financiers. Mais pour le syndicat, le groupe “essaie de garder le maximum de trésorerie après avoir réalisé des investissements en Slovénie qui coûtent plus cher que prévu”.

A noter que l’usine de pneus Dunlop à Montluçon, créée en 1920, est la plus ancienne du groupe dans l’Hexagone.

Prime  Macron : la peur d’un effet  boule de neige du mouvement des Gilets Jaunes

Ce que redoutaient en secret tous les dirigeants des grands groupes implantés en France – certains tentant d’anticiper ou de lancer une vague de communication adéquate, histoire d’éviter de tels “désagréments”  – vient de “frapper” Dunlop. Le premier de la liste … mais « l’initiative » de ses salariés risque de faire des émules.

Depuis le début de la crise des Gilets Jaunes, Directions  des Ressources Humaines (RH) et financiers des grandes entreprises redoutent  des plaintes voire des grèves de leurs salariés  avec en ligne de mire  la défense de leur pouvoir d’achats.  Le mouvement – désormais  salarial  – semble bien parti pour ne pas finir …

Sources : AFP, La Montagne

Partager cet article

Article de

1 commentaire