Le Blog Finance

Nissan ne veut pas d’un clone de Ghosn pour diriger l’Alliance

Nissan ne veut pas d’un clone de Ghosn pour diriger l’Alliance

Nissan aurait rejeté la demande de son partenaire Renault d’envoyer un successeur doté de pouvoirs similaires à ceux détenus auparavant par le désormais président déchu, Carlos Ghosn. C’est en tout cas ce qu’ont indiqué cette semaine des sources proches du dossier. Laissant ainsi entrevoir l’ampleur de la lutte entre les deux partenaires pour la prise de pouvoir.

De même source, on indique que Renault, principal actionnaire de Nissan qui a décidé de maintenir Ghosn à sa tête – conformément à ce qui lui impose la loi française – malgré son arrestation en novembre dernier pour inconduite financière présumée, aurait émis une telle requête lors de la réunion du conseil d’urgence du constructeur japonais qui s’est tenue le 22 novembre.

La proposition visait à protéger les intérêts du constructeur français et à maintenir son influence au sein de Nissan après le limogeage de Carlos Ghosn.

Mais le président de Nissan, Hiroto Saikawa, a déclaré vouloir revoir la structure de management de l’Alliance Renault Nissan. Estimant que la concentration excessive de pouvoir autour du dirigeant désormais en détention avait compromis la transparence et la gouvernance.

Saikawa estime également que les relations entre Nissan et Renault sont déséquilibrées et que la structure actuelle favorise le constructeur français. Bien que son bénéfice soit inférieur à celui de Nissan, Renault détient 43,4% du constructeur japonais, qui ne détient que 15% de son homologue français mais sans droit de vote, et 34% de Mitsubishi Motors , troisième partenaire de l’Alliance.

D’autres sources affirment par ailleurs qu’en vertu de l’accord conclu entre Nissan et Renault, le constructeur automobile japonais se doit d’intégrer des cadres supérieurs issus de son homologue français.

Le 30 novembre dernier, Saikawa, Thierry Bollore, patron de de Renault par intérim, et Osamu Masuko, président de Mitsubishi Motors, ont décidé de d’assurer la direction de l’alliance tripartite par le biais d’un processus de consultation. Ce qui constitue une rupture apparente avec le processus de prise de décision mis en oeuvre  jusqu’à présent par Carlos Ghosn, indiquent pour leur part les dirigeants japonais.

Néanmoins, la lutte pour le leadership devrait se poursuivre car, aux termes de l’accord en vigueur entre Nissan et Renault, le poste de PDG et de président de l’Alliance doit être assuré par un membre du personnel du constructeur français, estiment quant à eux des analystes.

Le gouvernement français redouble d’efforts en faveur de Renault

Le gouvernement français, principal actionnaire de Renault, a également intensifié ses efforts pour maintenir le contrôle de du constructeur français sur l’Alliance.

Il a ainsi déclaré qu’une personne issue de Renault devrait continuer à diriger Renault-Nissan B.V., société basée à Amsterdam et chargée de superviser le partenariat, et que les participations croisées actuelles devraient être maintenues.

Les analystes estiment en effet que dans le contexte social extrêmement tendu observé à l’heure actuelle en France, il est on ne peut plus essentiel pour Emmanuel Macron que Renault maintienne son rôle dans l’économie du pays tout en créant des emplois.

Sources : Kyodo

Elisabeth Studer, le 8 décembre 2018 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. retrouvé le retour 9 décembre 2018 à 02:39

    “Ce texte est aussi disponible en anglais et arabe sur le site de Diwan, le blog du Carnegie Middle East Center.
    Joseph Bahout est chercheur invité au Carnegie Endowment (Washington D.C.).”

    Bravo en voilà un Pingouin bien logé à Washington D.C.
    Il faudrait lui expliquer de ne surtout pas trop faire de voyages dans les “consulats” des Saouds au risque de se faire étrangler et découper.
    Les harkis sont toujours les premières victimes quand les maîtres dégagent en hélico !! ES est tout à fait en accord avec moi !!!!
    :) :)

  2. retrouvé le retour 9 décembre 2018 à 02:40
  3. retrouvé le retour 10 décembre 2018 à 13:33

    Carlos Ghosn perd son poste de président de Nissan et de Mitsubishi Motors. Il reste par contre PDG de Renault et de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. :) :) :) :)
    Les Japonais feraient mieux de reconnaitre que les centrales atomiques sur leur territoire et leurs localisations n’ont pas été conçues par TEPCO mais par les USA qui devront répondre financièrement des dégâts. :) :) :)
    Idem pour les dégâts causés à la population par les bases US à Okinawa :) :) :)

  4. retrouvé le retour 10 décembre 2018 à 14:11

    https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-73333.html

    Comme toutes ces statistiques elles indiquent des tendances faussées sur les brevets. Car pour ce qui est des stats américaines, elles présentent un mode de calcul qui surévalue grandement Harvard et le M.I.T. même au dépends des autres entités US, en particulier pour les brevets technologiques les plus pointus.

  5. retrouvé le retour 10 décembre 2018 à 22:56

    https://www.lorientlejour.com/article/1147598/lorient-le-jour-speaks-aussi-english.html

    C’est une belle expérience toute nouvelle. Car même en France en 1945 la presse de la collaboration installée dans les belles montagnes allemande ne parlait pas encore allemand.
    Avec le Rouanda ayant à maintenant pour maman la reine des anglais comme chef et une feuille de chou nunuche comme lOrient la Nuit devenue anglophone on ira lire plus loin !!!

Commenter cet article