Le Blog Finance

Renault-Nissan investit en Chine dans la conduite autonome

Renault-Nissan investit en Chine dans la conduite autonome

Le fonds de capital-risque de Renault-Nissan-Mitsubishi – Alliance Ventures – se lance sur le marché chinois. Un marché sur lequel il n’avait pas encore investi. La structure étant dédiée aux investissements dans les véhicules électriques, autonomes et connectés, c’est donc logiquement qu’elle vient de contribuer à une levée de fonds de la start-up chinoise WeRide.ai, spécialisée dans les véhicules autonomes.

Le fonds Alliance Ventures  devient ainsi le principal investisseur de WeRide.ai.

Rapprochement financier et stratégique

Selon Tony Han, PDG et cofondateur de WeRide.ai, le rapprochement entre Renault-Nissan-Mitsubishi et la start-up chinoise n’est pas « seulement financier mais également stratégique”.

Avec ce financement, la start-up ambitionne de déployer un parc de 500 véhicules autonomes en 2019. Elle souhaite également réaliser des essais de fonctionnement et de commercialisation à Guangzhou et Anqing “avec des partenaires clés”.

Du côte de l’Alliance, l’investissement devrait lui permettre de renforcer sa présence sur le marché chinois des services dédiés aux véhicules autonomes.

Alliance Ventures : d’importants moyens financiers

Si le montant de l’opération n’a pas été communiqué, Renault-Nissan-Mitsubishi ont préalablement indiqué prévoir des investissements de 200 millions de dollars au total via son fonds technologique durant l’année 2018.

Lancé en janvier dernier, Alliance Ventures dispose d’un plan d’investissement d’un milliard de dollars sur cinq ans.

Alliance Ventures : des investissements stratégiques

Depuis sa création, le fonds a d’ores et déjà réalisé plusieurs investissements dans des sociétés américaines. Il a ainsi investi dans Coord, plate-forme de gestion de données liée à la mobilité partagée et dans Ionic Materials, société qui développe des matériaux pour batteries à l’état solide.

En mai dernier, Kalray, spécialiste des processeurs intelligents, avait annoncé l’entrée à son capital d’Alliance Ventures et de Definvest, le fonds géré par Bpifrance pour le compte du Ministère des Armées.

Ce concepteur grenoblois de microprocesseurs à très forte puissance de calcul et à faible consommation d’énergie accueillant ainsi deux nouveaux fonds à son capital. Son ambition : devenir un acteur mondial des systèmes intelligents.

A cette occasion, François Dossa, le directeur d’Alliance-Ventures avait tenu à rappeler que les processeurs de Kalray équipaient d’ores et déjà le prototype de  la voiture autonome Renault Symbioz.  Le dirigeant ajoutant que cet investissement dans Kalray était de ce fait « tout à fait stratégique ».

Sources : Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, AFP

Elisabeth Studer, le 4 novembre 2018 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

Commenter cet article