Le Blog Finance

Tesla contraint de publier ses résultats même sorti de la cote ?

Tesla contraint de publier ses résultats même sorti de la cote ?

Même si Elon Musk parvient à retirer Tesla de la cote, l’entreprise pourrait tout de même être contrainte à rendre publics ses résultats.
La SEC (le gendarme de la bourse US) peut en effet toujours demander à une entreprise à rendre des comptes (au sens propre et figuré), même si elle n’a pas d’actions cotées en Bourse.

Musk veut s’affranchir de la publication des résultats

Or, c’est justement de cet aspect dont souhaite s’affranchir en priorité le patron de Tesla, en opérant un retrait de la Bourse. Musk affirme en effet vouloir libérer la société de la “pression énorme” du cycle de publication des résultats trimestriels. Une des raisons majeures même invoquées dans son tweet de la mi août qui a affolé les places boursières.

“J’essaie d’aboutir à ce que Tesla puisse fonctionner de manière optimale, sans trop être soumis à différents sujets de distractions et de réflexions court terme”, a-t-il ainsi écrit dans un billet de son blog.

Seuil de 300 investisseurs

Mais la loi est ainsi faite …. : si Musk veut réellement éviter de devoir subir la pression sur les bénéfices court terme de l’entreprise, au delà du seuil de 300 investisseurs, les exigences de la SEC en matière de publication de résultats demeureront applicables, même en cas de retrait de la cote.

Ce qui pourrait d’ores et déjà poser problème, puisque Elon Musk a déclaré qu’il espérait que tous les investisseurs actuels resteraient à bord dans le cas où l’entreprise ne serait plus cotée en bourse. Dans les faits, près d’un millier de personnes détiennent environ 16% du capital de Tesla.

“Je ne connais aucun moyen de maintenir tous ses actionnaires tout en s’affranchissant des obligations de la SEC”, a ainsi déclaré Michael Minnis, professeur de comptabilité à l’Université de Chicago.

Garder ses investisseurs individuels : aussi un intérêt financier

Or, Musk a – au moins – double intérêt à conserver sa « garde rapprochée » d’actionnaires individuels et afficionados. Tout d’abord pour le soutien politique qu’ils lui accordent. Mais également pour des raisons financières.
Car si leurs actions devaient être rachetées – pour pouvoir passer en deçà du seuil de 300 investisseurs définis par la SEC – cela augmenterait considérablement le coût de l’opération de retrait de la cote.

L’achat des titres de ces investisseurs pourrait également placer davantage d’actions entre les mains d’actionnaires institutionnels majeurs, ce qui pourrait constituer un risque pour le contrôle que pourrait exercer Musk sur Tesla.

Pour rappel, à l’heure actuelle, le PDG de la société est actuellement le principal actionnaire, avec des actions et des options représentant environ 22% des actions de Tesla.

Création d’un fonds spécial ?

Le PDG de Tesla a également évoqué la possibilité de créer un fonds spécial pour permettre aux investisseurs de demeurer actionnaire de la société.

Le financier Fidelity possède un fonds similaire pour SpaceX, la compagnie dédiée au domaine spatial de Musk.

Mais à la différence de Tesla, les actions de SpaceX n’ont jamais été négociées publiquement. La création d’un tel fonds privé pour les actionnaires d’une société d’ores et déjà cotée en Bourse soulèverait des questions auprès de la SEC. Et, cette dernière pourrait décider de comptabiliser individuellement les investisseurs réunis au sein d’un seul et même fonds .

Même en laissant de côté les investisseurs individuels, 886 actionnaires institutionnels détiennent des participations dans Tesla, soit au total environ 57% de la société. Musk compte sur beaucoup d’entre eux pour demeurer en place. Il s’attend par ailleurs à devoir racheter environ un tiers seulement des actions de la société.

Il est donc difficile de voir comment Tesla pourrait ne dépendre que d’un groupe d’investisseurs suffisamment restreint pour pouvoir s’affranchir des obligations de publication de résultats.

Pour rappel, La SEC exige que les sociétés communiquent leurs résultats trimestriels, y compris leurs revenus, leurs bénéfices, leurs actifs et leurs dettes, afin que les investisseurs puissent prendre des décisions en connaissance de cause.

Opération en vue de se débarrasser des spéculateurs ?

Se retirer de la cote permettrait également à  Musk de se débarrasser de sa bête noire : les vendeurs à découvert, ces investisseurs qui parient sur une baisse du prix des actions Tesla et obtiennent des gains lorsque la société trébuche.

En l’absence d’actions cotées en bourse, les vendeurs à découvert n’auraient aucun moyen de tirer parti des faiblesses – ou supposées faiblesses – de Tesla. Certains experts estiment ainsi que Musk pourrait très bien accepter de publier ses résultats trimestriels, dans la mesure ou cela n’offrirait pas aux vendeurs à découvert des éléments permettant d’affiner leur jugement sur l’entreprise et de réagir en conséquence en Bourse.

Sources : CNN Money

Partager cet article

Article de

Commenter cet article