Le Blog Finance

Hypothèque de la Gigafactory, solution envisageable pour Tesla ?

Hypothèque de la Gigafactory, solution envisageable pour Tesla ?

Les nuages s’amoncellent au dessus de Tesla. Et les menaces d’une débâcle voire même d’une faillite planent  … Car les déboires sont tant que techniques que financiers. Voire organisationnels ? Certains estiment même que la bulle Tesla pourrait éclater. Selon le Wall Street Journal, l’éventualité d’une hypothèque de la Gigafactory – son usine géante de batteries – n’est pas à écarter. Car si sa situation financière pourrait rapidement l’y contraindre, les textes semblent l’avoir déjà envisagé …. laissant la porte ouverte à une solution de cet ordre.

Rappelons en guise de préambule que le 27 mars dernier, l’agence de notation Moody’s a dégradé les notes de Tesla, s’estimant inquiète quant à l’avenir du constructeur. La société dirigée par Elon Musk doit en effet faire face à de sérieuses difficultés de production. Certes, elle a pu annoncer quelques chiffres rassurants il y a quelques jours …. histoire de donner quelques os à ronger aux investisseurs … avant qu’ils n’aiguisent leurs dents ?

Le Wall Street Journal affirme même que Tesla pourrait arriver à court de liquidités. Il pourrait même se voir contraint d’effectuer un geste on ne peut plus symbolique : hypothéquer la “Gigafactory”, sa gigantesque usine de batteries électriques. A moins qu’au delà du symbole, il ne s’agisse d’une porte d’ores et déjà ouverte aux établissements financiers au sein des textes contractuels régissant le fonctionnement de ses obligations.

  • Moody’s revoit les notes de Tesla à la baisse

Coup dur pour Tesla le 27 mars dernier, alors que son titre dégringolait – les marchés réagissant à la nouvelle d’un accident survenu à un de ses véhicules, dans lequel son conducteur avait péri – l’agence de notation Moody’s a revu à la baisse sa notation. Saupoudrant le tout de perspectives négatives. Ce qui signifie que son évaluation pourrait encore se dégrader. Moody’s avait alors pointé du doigt les problèmes de production et le risque d’un manque de liquidités.

Face à la situation, l’agence de notation a ainsi dégradé les obligations du constructeur, les reléguant dans la catégorie des triple-C, l’un des échelons les plus bas de sa «catégorie spéculative». L’agence de notation a averti que cette évaluation pourrait chuter davantage si Tesla éprouvait quelques difficultés à lever 2 milliards de dollars supplémentaires afin de renforcer son capital. Une situation loin d’être irréaliste alors que les investisseurs initiaux sont désormais assis sur une perte virtuelle de 12 points de pourcentage.

La baisse de valeur est particulièrement préoccupante, Tesla dépensant des milliards de dollars de cash par an, ce qui le rend fortement tributaire de l’accès aux marchés financiers. Or, plus le prix de ses « bonds » baissera, plus le constructeur rencontrera des difficultés à trouver des investisseurs prêts à le soutenir. L’objectif final étant d’obtenir des fonds supplémentaires pour couvrir cette perte de trésorerie, et ce, à des taux raisonnables.

  • Une dette de 10 milliards de dollars

Selon le Wall Street Journal, Tesla aurait accumulé une dette de 10 milliards de dollars. Or, la situation ne devrait pas s’arranger à court terme, bien au contraire. En effet, le constructeur va être prochainement confronté aux règlements
de deux échéances de remboursement de sa dette, d’un montant global pour le moins conséquent. Jugez plutôt :
une échéance de 230 millions de dollars en novembre prochain … et une deuxième de 920 millions de dollars !!! en mars 2019.

Cerise sur le gâteau : cette dette pourrait s’accroître dans le cas Tesla décidait de refinancer des obligations en vue d’obtenir des liquidités. Lesquelles s’avèrent quasi indispensables pour pouvoir suivre le rythme effréné des dépenses de l’entreprise. Rappelons qu’en 2017, l’entreprise a déboursé 3,4 milliards de dollars.

  • Hypothèque de la Gigafactory ?

Face à une telle situation, le Wall Street Journal indique ainsi que Tesla pourrait devoir hypothéquer sa fameuse “Gigafactory”, la plus grande usine de batteries électriques au monde. Solution certes inattendue … mais qui n’a malheureusement rein à voir avec un poisson d’avril … n’en déplaise à Elon Musk. Ce dernier profitant de l’occasion pour se gausser des rumeurs de faillite de l’entreprise.

L’éventualité d’une hypothèque se base sur des fondements bien précis. Tout d’abord, la valeur intrinsèque de la Gigafactory, l’un des atouts les plus précieux de Tesla, usine géante située au Nevada.
Mais un autre élément revêt une importance capitale. Un terme inhabituel dans le contrat de « bonds » de Tesla stipule que cette facilité n’est pas soumise aux mêmes restrictions que le reste de la propriété de Tesla. Pas fous les banquiers …

Selon Covenant Review, un cabinet d’études qui analyse les documents obligataires, cela signifie que la Gigafactory “peut être librement gagé en vue de garantir la dette”.

En d’autres termes, si Tesla s’avère pris dans la tourmente, les détenteurs d’obligations pourraient exiger de l’entreprise qu’elle hypothèque son usine de batteries en vue d’obtenir des financements.

Pour les fonds spéculatifs qui tirent de l’argent des prêts aux entreprises en difficulté, cela pourrait vraiment ne poser aucun problème.

  • Décalage gigantesque entre réservations et livraisons

L’agence de notation s’inquiète tout particulièrement des gigantesques retards de production du constructeur. Le décalage entre réservations et livraisons est si énorme que le terme retard n’est même plus approprié pour qualifier la situation. Il s’agit bel et bien d’un problème de production et de dysfonctionnements dans le processus de fabrication. Ce qui est encore plus grave …

En cherchant à automatiser toutes les étapes de la production, l’entreprise doit faire à de sérieux problèmes. L’assemblage via robots, plus complexe n’est pas fait pour simplifier les choses.

Certes, près de 35 000 véhicules sont sortis des chaînes de production de Tesla sur les trois premiers mois de l’année. Soit près de 10 000 de plus qu’au dernier trimestre 2017. Si on ne peut nier une montée en puissance certaine …  la firme n’a pas atteint son objectif de production concernant la Model 3, fixé à 2 500 unités par semaine.

L’entreprise souligne toutefois avoir déjà réussi à doubler la production de ce modèle grâce à l’amélioration des outils de production et l’affectation de nouvelles ressources. Elle affirme également progressé sur la qualité de fabrication de la Model 3.

Reste que selon le Wall Street Journal, 500 000 véhicules Model 3 auraient été commandés depuis 2016. Or, selon Bloomberg, seuls 11 418 véhicules sont effectivement sortis des chaînes de production … Delà à dire que les sommes versées pour les réservations permettent de faire survivre une entreprise asphyxiée par les dettes et les fantasmes de son créateur ….

Sources : Financial Times, WSJ

Partager cet article

Article de

7 commentaires

  1. Elisabeth Studer 7 avril 2018 à 01:08

    The Gigafactory’s Four Tenants
    So far as I can glean from publicly available documents, the Gigafactory has four tenants:

    Panasonic Energy Corporation of North America, a subsidiary of Panasonic Corp. (OTCPK:PCRFY), which manufactures battery cells at Gigafactory;

    Tesla, which assembles the cells into modules and battery packs;

    H&T Nevada, LLC, a subsidiary of the German firm, Heitkamp & Thumann Group, which manufactures the cell casings; and

    Valeo North America, Inc., a subsidiary of Valeo S.A. (OTCPK:VLEEY), that (and this is an educated guess) manufactures cooling components for the Tesla battery packs.
    https://seekingalpha.com/article/4160040-tesla-borrow-much-gigafactory?page=2

  2. lucky 8 avril 2018 à 09:38

    C’est pas folichon tout ça. Il semble que Tesla est dans une mauvaise passe. Mais voir un échec (ou faillite) de Tesla (objectifs initiaux de 5000 VE/semaine raté et les 2500 VE / semaine également raté mais de peu) c’est fermer ses yeux sur le potentiel que cette société propose (les facebook, amazon etc. ont mis du temps aussi à être rentable).
    Pour comparaison, il me semble que la production du model 3 est supérieure à celle de la Zoe qui a déjà plus de 5 ans.
    Alors oui, les investissements de Tesla semblent être colossaux mais il me semble que c’est le seul constructeur de VE qui propose une offre la plus riche (la dette n’est donc pas seulement liée à la model3 : réseau super chargeur, gigafactory avec production interne des batteries avec maitrises des ressources premières, l’autopilote, powerwall, solution stockage énergie, futur semi trucks, etc.).
    Et ne pas oublier que certains spéculent sur la faille rien que pour gagner de l’argent. En espérant que les actionnaires acceptent de retarder le retour sur investissement.
    Ca serait dommage de voir l’échec de cette marque.

  3. Elisabeth Studer 8 avril 2018 à 14:22

    “Et ne pas oublier que certains spéculent sur la faille rien que pour gagner de l’argent” : tout à fait ! il serait même intéressant de calculer quel est le pourcentage des revenus boursiers résultant de tels placements pariant sur les failles des entreprises. On risquerait d’avoir des surprises.

  4. retrouvé le retour 10 avril 2018 à 19:13
  5. retrouvé le retour 11 avril 2018 à 10:49

    ES partager cette info me semble pas mal

    “Ce mardi peu avant midi, une voiture électrique Tesla a embouti la devanture de la boulangerie La Panière, boulevard De Lattre de Tassigny à Aix-les-Bains ……….. Le dépanneur mandaté par la police n’a pas pu enlever la voiture. En effet, la marque Tesla a refusé de confier cette opération à un dépanneur non agréé par la marque.”

    Cette firme US commande notre police et pourquoi pas notre armée !! ;(

  6. retrouvé le retour 12 avril 2018 à 01:03

    http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/11/01003-20180411ARTFIG00188-irak-libye-syrie-pres-de-trente-ans-d-interventions-occidentales-au-moyen-orient.php

    Entrainer l’Onu comme dans le guerre de partage de la Corée, ou faire assassiner son sponsor électoral comme sous le nain à tics . C’est du même tonneau que la Macronie qui pédale dans le yaourt !!.
    Au moins Trump lui est-il un vrai amerloque qui croit au papa Noël et à la capitale éternelle. Comme il a des ancêtres germains comme le gègène Custer, j’ai peur que dans la famille avant de croire à la capitale éternelle on ait eu de l’affection pour le reich de 1000 ans et la ferme des 1000 vaches. ( Si l’on regarde de plus prêt, on voit bien que l’idée de construire le définitif est derrière tous ces pingouins !! :) :) )

  7. belguiral.vincent@gmail.com 27 avril 2018 à 05:03

    Plus de soucis à vous faire, je mets à votre disposition mon savoir faire afin de vous trouver le crédit qui vous correspond le mieux et tout allant de 1000 à 5.000 000 € le taux d’intérêt des crédits est

    de 2,50 % sur l’ensemble du prêt et les conditions d’offre de prêt sont très simples.

    Mon adresse e-mail est la suivante : belguiral.vincent@gmail.com

    Tel : +33 (0)644678305

    Contactez-moi pour obtenir un crédit rapide et fiable !

Commenter cet article