Le Blog Finance

Takata proche du dépôt de bilan, le titre dégringole

Takata contraint désormais à un dépôt de bilan ? Le quotidien économique japonais  Nikkei a indiqué en fin de semaine dernière que l’équipementier automobile fabricant d’airbags pourrait se voir contraint à agir de la sorte d’ici la fin du mois de juin. Takata pourrait même être mis en situation de faillite au Japon et aux États-Unis dès la fin de la semaine prochaine. Le scandale des airbags défectueux et la détérioration de son image qui a suivi lui auront donc été fatals.

Si la  famille fondatrice de Takata, qui détient 60 % du groupe, a longtemps rejeté l’option d’une faillite, le Nikkei affirme – sans citer toutefois ses sources – qu’elle aura fini par infléchir sa position sous la pression de ses clients,  les constructeurs d’automobiles. Ses dettes s’élèvent à plus de 1 000 milliards de yens, soit un peu plus de 8 milliards d’euros au cours.

Prouvant la pertinence de cette information, le Tokyo Stock Exchange (TSE) a annoncé dans la foulée, vendredi, la suspension des transactions sur le titre dans l’attente d’éclaircissements émanant directement de Takata. Dans la soirée, le groupe japonais a publié un communiqué, assurant que « rien n’avait été décidé » à ce stade.

Lundi, l’action de l’équipementier  a chuté de 16,5 % à la Bourse de Tokyo. Le titre est tombé à 404 yens à la clôture, perdant 80 yens par rapport à son cours de jeudi soir, la baisse maximum autorisée en une seule journée. Depuis le début de l’année, l’action a dégringolé de près de 60 %.

Le placement en faillite du groupe japonais qui revendique 20 % du marché mondial des ceintures et airbags aura pour première conséquence de transférer ses principales activités vers une nouvelle entité, si l’on en croit le journal économique nippon. Le processus de transfert devrait être mis en œuvre via  Key Safety Systems, un équipementier américain contrôlé par le chinois Ningbo Joyson Electronic. Début février, son offre avait été recommandée par un comité externe à l’entreprise.

Reuters a relayé samedi des informations émanant de personnes au fait du dossier laissant entendre que le plan de restructuration envisagé depuis quelques temps pour le fournisseur japonais permettrait à la société d’arrêter de produire des airbags. Rappelons que Takata a dû procéder au remplacement de plus de 100 millions équipements défectueux au niveau planétaire. Au moins 17 morts, dont onze aux Etats-Unis, ont été recensées après l’explosion des pièces défectueuses.

Selon ces sources, le plan de mise à l’arrêt de la fabrication d’airbags – encore à l’étude – pourrait être lancé dès que Takata aura fini de fournir les équipements de remplacement des airbags défectueux et que ses contrats en cours avec les constructeurs automobiles seront achevés. De nouveaux contrats pourraient voir le jour d’ici 2020.

Sources : Nikkei, Reuters

Crédit Photo : Takata

Elisabeth Studer – 19 juin 2017 –  www.leblogfinance.com

A lire également :

Takata : le comité directeur recommande le choix de KSS comme partenaire financier

. Takata dément envisager un dépôt de bilan

Takata : moral gonflé à bloc malgré le scandale des airbags

Partager cet article

Article de

Commenter cet article