Le Blog Finance

PSA : 1000 intérimaires recrutés à Sochaux pour produire Opel et Peugeot

Le rachat d’Opel par le groupe PSA aura des effets positifs sur l’emploi en France, contrairement à ce que l’on aurait pu redouter. La direction de l’usine de Sochaux  vient  ainsi d’annoncer le recrutement d’un millier d’intérimaires d’ici à l’été en vue de constituer une équipe de travail de week-end.

Le site prévoit en effet de démarrer mi-septembre une équipe de VSD (vendredi-samedi-dimanche) qui travaillera entre 28 et 29 heures par semaine, les vendredis et samedis après-midis et une partie du dimanche. Cela nécessite le recrutement d’environ 1.000 salariés en intérim, et ce dans la mesure du possible avant fin juillet, ce qui permettrait également de gérer la problématique des congés, a indiqué le porte-parole de l’usine. Selon lui, il s’agit d’un recrutement d’une ampleur « exceptionnelle » dans l’histoire récente du site. Cet apport de main d’oeuvre est destiné à accroître la production des Peugeot 3008 et de fabriquer le nouveau modèle « Grandland X » d’Opel. Amené à devenir le plus gros SUV de la marque allemande, le nouveau véhicule d’Opel repose en effet sur la plate-forme EMP2 du groupe PSA.

En février dernier, le PDG du groupe PSA, Carlos Tavares, avait indiqué que les premiers exemplaires de pré-série étaient sortis de l’usine de Sochaux, précisant à cette occasion que le site recevra un investissement majeur de 200 millions d’euros. L’usine qui produit aussi des Peugeot 3008 et 5008 équipés de la même plate-forme technique EMP2  reçoit ainsi pour la première fois une Opel sur ses lignes de montage. Outre le rachat de la marque allemande par PSA, l’opération résulte de la collaboration avec General Motors débutée en 2012, laquelle  intégrant également les Crossland X, le Citroën C3 Aircross et le Peugeot 2008.

Outre des embauches classiques proposées lors de job-datings collectifs, les agences d’intérim recruteront une partie des candidats via un salon de l’emploi en ligne sur internet. 120 postes seront proposés via ce dispositif conçu par Pôle Emploi, qui sera mis en place pour PSA du 12 mai au 7 juillet prochain. Le recours à cette procédure inédite pour le constructeur a pour objectif d’élargir le périmètre des candidatures à toute la France pour des emplois demandant des qualifications particulières tels que ceux de spécialistes en maintenance, robotique ou encore électronique.

Reste que cet appel à de la main d’oeuvre précaire portera le nombre d’intérimaires du site à près de 2.500. Un chiffre que les syndicats considèrent comme excessif par rapport aux 8.900 salariés permanents. Les élus syndicaux réclament au contraire des embauches en contrat à durée indéterminée (CDI). Le syndicat Force Ouvrière (FO) avance même un chiffre minimum de 300 personnes, arguant du fait que certaines lignes de fabrication risquent de compter plus d’intérimaires que de permanents. « On ne peut plus continuer ainsi, ayons des salariés sous contrat PSA pour faire vendre des véhicules PSA », a déclaré à cette occasion Eric Peultier, secrétaire (FO) du comité d’établissement.

En réponse à ces revendications, le porte-parole a indiqué que le site de Sochaux avait fait en sorte d’éviter ce scénario et avait embauché 70 personnes en CDI depuis 2016.

Selon Denis Sommer, élu au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en charge du dialogue social, l’équipe VSD devrait entraîner l’embauche d’environ 1.000 autres intérimaires chez les sous-traitants locaux de PSA.

Sources : AFP, PSA, Pôle Emploi, TF1

Elisabeth Studer – 14 mai 2017 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Brexit : Opel réduit son temps de travail en Allemagne

Opel contraint au chômage partiel en Allemagne … à cause de la Russie

Partager cet article

Article de

Commenter cet article