Le Blog Finance

Post Brexit : vers une libre circulation des ressortissants européens … et de la main d’oeuvre européenne  ?

Elisabeth Studer Actualités, Economie 2 commentaires

Le Royaume-Uni aurait-il peur que le Brexit se retourne contre lui, et que ses conséquences s’avèrent au final néfastes pour son économie ? Alors que le récent attentat qui a frappé Londres pourrait également inciter les étrangers à se détourner du pays, le secrétaire britannique au Foreign Office, Boris Johnson, a déclaré jeudi que le Royaume-Uni pourrait autoriser la libre circulation des personnes en provenance de l’Union européenne durant la phase de transition initiée dès le Brexit acté.

S’exprimant en marge d’un déplacement à Athènes, Boris Johnson a ajouté que ce scénario permettrait à l’économie britannique de continuer à attirer des talents du continent. Nous y voilà …

« Nous ne voulons pas fermer nos portes. Nous voulons simplement disposer d’un système qui soit équilibré », a-t-il déclaré.

Le chef de la diplomatie britannique a estimé que cette disposition pourrait être négociée dans les deux ans à venir et s’appliquer durant la période de transition précédant l’entrée en vigueur d’un futur accord entre Londres et l’Union européenne.

Ces propos interviennent alors qu’il y a quelques jours une étude du site de recherche d’emploi Indeed portant sur les répercussions du Brexit a révélé que depuis janvier 2017, le nombre de ressortissants européens recherchant du travail au Royaume-Uni sur Internet a reculé de 18%. Il s’agirait de la plus forte chute enregistrée depuis le vote britannique en faveur du Brexit en juin dernier.

Une tendance qui devrait pénaliser à terme l’économie britannique. Le Royaume-Uni semble en effet être très dépendant de la main d’oeuvre issue de l’UE. Selon l’analyse d’Indeed, réalisée d’après les chiffres officiels de l’ONS (Office national britannique des statistiques), 1 million d’emplois créés outre-Manche depuis 2008 – ( soit 44,3% de l’ensemble des nouvelles offres) ont été occupés par des personnes natives d’autres pays de l’Union européenne. Les secteurs de l’industrie et de l’hôtellerie emploient 26% de tous les ressortissants européens salariés au Royaume-Uni.

Sources : Reuters, Indeed

Elisabeth Studer – 06 avril 2017 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Brexit : le Labour alarme des risques liés à l’absence d’accord commercial avec l’UE

Osborne embauché par BlackRock : quand le Brexit mène aux fonds d’investissement

Le secteur automobile allemand alerte sur les dangers d’un hard Brexit

Hard brexit : Toyota craint pour sa survie outre-Manche

Partager cet article

Article de

2 commentaires

  1. Elisabeth Studer 7 avril 2017 à 15:57

    Les Européens vont faire l’objet de contrôles systématiques aux frontières extérieures de l’UE à partir de vendredi, en application d’une nouvelle législation européenne qui cible les « combattants étrangers » se rendant ou revenant d’Irak et de Syrie.

    « Les Etats membres auront à partir de demain l’obligation de procéder » à ces contrôles « avec consultation des bases de données pertinentes », afin de « vérifier si les personnes franchissant les frontières représentent un danger pour l’ordre public ou la sécurité intérieure », a indiqué à l’AFP une porte-parole de la Commission européenne.

    Proposée par la Commission un mois après les attentats de Paris du 13 novembre 2015, cette législation a ensuite fait l’objet d’une négociation entre les Etats membres et le Parlement européen. Ce dernier l’a adoptée en février dernier et son entrée en vigueur est prévue vendredi.

    Jusqu’à présent, seuls les ressortissants de pays tiers (hors UE) faisaient l’objet de contrôles systématiques aux frontières extérieures, avec consultation des bases de données disponibles, au moment de leur entrée dans l’Union.

    Le nouveau règlement prévoit des contrôles poussés également au moment de la sortie de l’Union et, surtout, il les étend aux ressortissants européens, qui n’étaient soumis jusqu’ici qu’à une simple vérification de leurs documents d’identité.

    Les nouvelles règles valent pour tous les pays appliquant le code Schengen en matière de contrôles aux frontières. Le Royaume-Uni et l’Irlande ne sont pas concernés.

    Des exceptions ont été prévues. Par exemple, si les contrôles « génèrent de trop longues attentes aux frontières maritimes et terrestres, les Etats membres pourront conduire des contrôles +ciblés+ » dans certains cas, avait précisé le Parlement européen lors de l’adoption du règlement.

    Aux frontières aériennes, ils pourront aussi se contenter de contrôles « ciblés » pendant une période transitoire de six mois, avec de possibles prolongations.

    Cette législation a été adoptée pour faire face notamment au phénomène des « combattants étrangers ». Entre 2.000 et 2.500 Européens partis combattre en Irak et en Syrie seraient encore sur place, selon un rapport du coordinateur de l’UE contre le terrorisme, daté de décembre 2016.

    (©AFP / 06 avril 2017 21h04)

  2. retrouvé le retour 8 avril 2017 à 00:26

    Au début 1980, je pense, je me suis retrouvé « entraîné » par madame dans un Ikea, rien que du classique :)
    A la sortie au moment de payer avec un chèque, bingo !! iI fallait présenter deux papiers d’identité !!! La caissière les plaçait sur une jolie machine avec miroir qui les photographiait !! Comme c’est une chose interdite et pour cause !! J’ai fait pas mal de bruit, interdit la photo, récupéré les papiers et abandonné le chariot et son contenu.
    bien sur par la suite, les photos obtenues par Ikea ont été utilisées pour faire de « vrais faux papiers » et Ikea a été condamné !!

Commenter cet article