Le Blog Finance

VW : Piëch refuse de s’exprimer devant la Commission d’enquête parlementaire

Le scandale du dieselgate n’en fini pas de rebondir, chaque jour apportant une nouvelle information parfois ubuesque. Depuis quelques jours, c’est Ferdinand Piëch qui est arrosé du parfum du scandale, sur fond de lutte de pouvoir et de règlement de comptes au sein de VW.

Désormais, son avocat Gerhard Strate vient de déclarer que l’ancien président du directoire puis du conseil de surveillance de Volkswagen refuse de s’exprimer devant la commission parlementaire chargée d’enquêter sur le possible rôle qu’auraient joué les autorités allemandes dans le dossier. A l’heure actuelle, son président n’a pas répondu aux demandes de commentaire sur le refus de témoigner de l’ancien dirigeant évincé de la présidence du conseil de surveillance en avril 2015.

Rappelant que Piëch a d’ores et déjà témoigné en avril 2016 devant des juristes du cabinet américain Jones Day, puis devant le parquet de Brunswick – dont dépend le siège social de Volkswagen – en décembre, Gerhard Strate a tenu à préciser que ces déclarations avaient vocation  à être entendues uniquement par les enquêteurs de Jones Day et par la justice allemande, insistant sur le fait qu’elles n’étaient “pas destinées aux médias publics”. Il a par ailleurs a ajouté que Ferdinand Piëch n’avait pas l’intention de s’exprimer en public sur les rumeurs entourant le contenu de ses auditions. Tentant ainsi de freiner – voire discréditer – les informations parues ici ou là – et notamment dans un article du Bild am Sonntag – sur d’éventuelles discussions qui auraient eu lieu en mars 2015 entre Martin Winterkorn – alors président du directoire de Volkswagen – et lui, en vue de prévenir des risques d’un scandale, la polémique enflant par ailleurs quant aux sources qui auraient permis à Piech d’avoir eu vent du dossier.

La commission d’enquête parlementaire doit toutefois entendre jeudi prochain Stephan Weil, représentant au conseil de surveillance du Land de Basse-Saxe, le deuxième actionnaire du groupe, ainsi que le ministre des Transports, Alexander Dobrindt. Elle a d’ores et déjà entendu le mois dernier Martin Winterkorn. Ce dernier avait alors démenti avoir été informé de l’existence de la tromperie entourant les tests anti-pollution bien avant que n’explose le scandale en septembre 2015.

Mercredi dernier, Volkswagen a déclaré envisager des mesures à l’encontre de Piëch à la suite de la publication de ces informations. Lesquelles ont été réfutées par plusieurs représentants des salariés au conseil de surveillance ainsi que par Stephan Weil.

Sources : Reuters, Presse allemande

Elisabeth Studer – 12 février 2017 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

Commenter cet article