Le Blog Finance

L’Irak invite l’Angola à revenir sur les champs pétroliers repris à Daesh

Le pétrole, décidément nerf du conflit ouvert avec  Daesh

Alors qu’en 2016, les forces irakiennes ont repris à l’Etat islamique le contrôle des champs de Qayyarah et Najmah, le ministre irakien du pétrole, Jabbar al-Luaibi, a appelé mardi la compagnie pétrolière angolaise Sonangol à reprendre ses activités dans les champs pétroliers concernés, situés au sud de Mossoul.

Si des colonnes de fumées toxiques avaient continué de s’y échapper longtemps après le recul des jihadistes, l’arrêt des feux initiés par les jihadistes rendent de nouveau possible leur exploitation. L’EI y avait mis le feu en vue de ralentir l’avancée des forces gouvernementales vers Qayyarah dans le cadre de leur offensive pour reprendre Mossoul.

Selon un communiqué officiel, le ministre a exprimé sa requête lors d’une réunion avec le directeur administratif de la compagnie, Edson dos Santos. Si le texte indique que la majorité des puits incendiés par les jihadistes sont dorénavant sous contrôle, le porte-parole du ministère a déclaré pour sa part que neuf d’entre eux étaient toujours en feu.

En février 2014, la compagnie pétrolière angolaise avait annoncé son retrait d’Irak en raison de la situation politique du pays et alors que la production angolaise annuelle avait baissé de 1,1% en 2013 par rapport à l’année précédente. L’année précédente, Sonangol n’avait pu mener aucune activité en raison des nombreux conflits dans la zone et des problèmes de sécurité, liés notamment à la présence d’Al-Qaïda.

Un contrat d’exploitation avait été préalablement signé en 2009, un investissement de deux milliards de dollars ayant été alors annoncé pour développer la zone de Qayyarah.

Le gouvernement irakien a été lourdement impacté par la baisse du prix du brut, la manne pétrolière représentant une part très importante de ses recettes budgétaires. La guerre coûteuse menée contre l’EI ne faisant qu’accroître le phénomène.

Sources : AFP, Africatime

Elisabeth Studer – 10 janvier 2017 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Collusion entre Daesh et la Coalition sous forte odeur de pétrole, selon la Russie

Daesh financé par la manne pétrolière : après Capital de M6, le FT enfonce le clou

Syrie : un champ pétrolier contrôlé par Daesh détruit par des opérations de la coalition menées par les USA

Partager cet article

Article de

1 commentaire

  1. retrouvé le retour 10 janvier 2017 à 22:48

    Franchement, penser que la pagaille religieuse du Moyen Orient ne va pas engloutir tout le secteur est totalement irresponsable.

Commenter cet article