Le Blog Finance

Le cours de l’or à un plus bas depuis 6 mois

Le cours de l’or a poursuivi sa baisse cette semaine, plombé par la hausse du dollar. Le billet vert profite en effet d’une probabilité de plus en plus forte d’une montée des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed) dès décembre prochain. Vendredi, l’once d’or a même atteint son plus bas niveau depuis fin mai, s’échangeant à 1.202,81 dollars l’once.

Depuis, l’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche, les investisseurs semblent de plus en plus délaisser l’or en tant que valeur refuge pour se tourner vers des placements plus risqués, entraînant avec eux le regain des marchés actions.

Jeudi dernier, Janet Yellen, présidente de la Fed, a affirmé qu’elle souhaitait qu’une hausse des taux ait lieu “relativement rapidement” ; Des propos qui ont été interprétés comme un signal de plus en faveur d’une hausse dès la prochaine réunion de la Fed en décembre. Le cas échéant, la valeur du dollar en serait encore renforcé, rendant alors l’once d’or plus onéreux et moins attractif pour les investisseurs.

Au final, sur le London Bullion Market, l’once d’or a terminé à 1.211 dollars vendredi au fixing du soir, contre 1.236,45 dollars le vendredi précédent.

Sources : AFP, LBM

Elisabeth Studer – 20 novembre 2016 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

24 commentaires

  1. SimonB 21 novembre 2016 à 11:22

    L’élasticité des adverbes en usage à la FED semble sans limites; les pandits devraient pourtant savoir que des hausse attendues “relativement rapidement” équivalent en général à “l’urgence d’attendre”.
    De plus,on voit mal en quoi la nouvelle et pragmatique administration Trump aurait intérêt à pénaliser les marchés actions ou encore à financer les programmes de reconstruction nationale avec des loyers de l’argent plus élevés. Le dollar, quand à lui, devrait poursuivre sa hausse, ne fut-ce que par le regain d’optimisme entourant la nomination du susdit Trump.

  2. retrouvé le retour 21 novembre 2016 à 14:51

    ” probabilité de plus en plus forte d’une montée des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine ” C’est certainement la même personne dans la même structure qui voyait Mme Clinton aux commandes et Sarko au top de la primaire !!!

  3. Elisabeth Studer 21 novembre 2016 à 20:31

    ” la nouvelle et pragmatique administration Trump aurait intérêt à pénaliser les marchés actions ou encore à financer les programmes de reconstruction nationale avec des loyers de l’argent plus élevés” : tout à fait !

  4. Elisabeth Studer 21 novembre 2016 à 20:33

    “le regain d’optimisme entourant la nomination du susdit Trump ” : je trouve cela tout de même magnifique qu’au final, Trump .. mine de rien, soit synonyme d’optimisme
    On n’a tout de même jamais vu un milliardaire être particulièrement de gauche et contre le monde de la finance , dont il a besoin, ne serait-ce qu’à titre privé …

  5. Elisabeth Studer 21 novembre 2016 à 20:34

    Donald Trump a fait de la Chine un épouvantail de sa campagne pour la Maison Blanche, l’accusant de “voler” des emplois américains. Mais cela n’a pas empêché l’une de ses sociétés de négocier un lucratif partenariat avec un mastodonte étatique chinois, selon des sources concordantes.
    Dans ses discours, le milliardaire accuse la Chine, “ennemie” de l’Amérique, de manipuler sa devise et promet d’engager une guerre commerciale à son encontre. Mais son groupe Trump Hotel Collection (THC) n’en a pas moins cherché à conclure un accord avec le groupe énergétique State Grid Corporation –le plus gros groupe d’Etat chinois– pour gérer un colossal projet immobilier avec hôtel de luxe dans l’est de Pékin, selon des sources au fait des négociations.

    De quoi donner du grain à moudre à ceux qui mettent en doute la sincérité du discours politique de l’homme d’affaires, même si aucune infraction n’apparaît avoir été commise. Interrogée, son équipe de campagne n’a pas répondu aux questions de l’AFP.

    Les pourparlers engagés en 2014 avec State Grid ont débouché sur un protocole d’accord en vue d’un contrat de 100 à 150 millions de dollars sur 15 ans (90-136 millions d’euros), a indiqué à l’AFP Robby Qiu, ancien directeur des bureaux de Trump en Chine. Les négociations ont été confirmées à l’AFP, sous couvert d’anonymat, par une autre source en ayant une connaissance approfondie.

    THC, qui gère le portefeuille d’immobilier de luxe de l’homme d’affaires, est opérateur d’hôtels “Trump” et de golfs dans nombre de pays, du Panama à l’Azerbaïdjan en passant par l’Indonésie. De son côté, State Grid est la deuxième entreprise mondiale en termes de chiffre d’affaires selon le classement Forbes Global 500, alimentant en électricité 1,1 milliard de Chinois. Elle est directement administrée par le gouvernement central et ses dirigeants –issus des hauts rangs du Parti communiste chinois (PCC)– sont nommés par Pékin.

    Donald Trump et des membres de sa famille se sont montrés “enthousiasmés” à l’idée de décrocher un contrat avec State Grid, selon la source qui a requis l’anonymat.

    Ne pas “supplier” les communistes
    Cet enthousiasme cadre mal avec les violentes attaques antichinoises du candidat républicain –mais également avec ses propos antérieurs aux pourparlers. Dès 2011, Trump qualifiait les dirigeants chinois “d’ennemis” des Etats-Unis: “Que dire d’autre de gens qui détruisent l’avenir de nos enfants, qui gâchent notre mode de vie?”, écrivait-il. “Nous ne devons pas supplier les communistes pour quelques menus contrats”.

    Des négociations avec des groupes étroitement liés au gouvernement chinois se sont pourtant poursuivies plusieurs mois après l’entrée en campagne de Donald Trump, selon M. Qiu.

    En juillet 2015, soit un mois après l’annonce de sa candidature, son entité appelée en chinois “Trump Business Group” à Shanghai cherchait à recruter deux employés ayant une expérience “des grands groupes étatiques”, selon une offre consultée par l’AFP.

    Le directeur général de THC, Eric Danziger, confiait en octobre 2015 au China Daily qu’il recherchait “activement” des projets à Pékin, Shanghai et Shenzhen (sud). “Ce qui entache encore davantage sa réputation, c’est de travailler avec des émanations de l’Etat chinois après en avoir critiqué si violemment la politique”, observe Derek Scissors, expert en relations sino-américaines à l’American Enterprise Institute.

    Le milliardaire cherche à s’implanter dans la deuxième économie mondiale depuis au moins 2006, année où il entama le processus d’enregistrement de sa marque à Hong Kong et en Chine continentale. Depuis, il a présidé et possédé au moins neuf sociétés entretenant des relations avec la Chine, selon des documents financiers transmis à la Commission électorale américaine, dont quatre enregistrées à New York pour un projet d’hôtel à Shenzhen.

    “Notre intérêt reste entier”
    Le premier contrat d’importance décroché par Trump en Chine fut en 2008 un accord avec le promoteur géant Evergrande et le groupe hongkongais Orient Property pour un complexe résidentiel à Canton –l’objectif affiché étant d’étendre ce partenariat à 10 projets chinois. Mais cette collaboration ne portera pas de fruits. En 2012, la famille Trump relance ses efforts et ouvre un bureau au 25e étage d’un gratte-ciel de Shanghai. Une dizaine d’employés y sont recrutés pour trouver des partenaires locaux à THC. M. Trump était alors déjà en relations avec des entreprises étatiques chinoises, dont ICBC, la plus grande banque chinoise dont le siège américain se trouve dans la Trump Tower à New York.

    Avant sa candidature présidentielle, Donald Trump restait toutefois très peu connu en Chine. A quelques exceptions près, dont le président de State Grid à l’époque, Liu Zhenya, ancien membre suppléant du comité central du Parti communiste chinois, “qui lui avait lu plein de livres à son sujet”, sourit M. Qiu. Quand des cadres de State Grid voyageaient à New York, ils étaient gratuitement hébergés au Trump International Hotel et invités par THC à de luxueux dîners valant “plusieurs milliers de dollars”, selon Robby Qiu.

    Mais les négociations ont été gelées après l’ouverture d’une enquête pour corruption visant State Grid et la Cour des comptes chinoise a dénoncé en juin 2015 le recours illégal à des terrains publics pour ce projet. Les travaux ont cessé. Rien n’indique que des entreprises du groupe Trump aient été visées dans le cadre de l’enquête.

    “Nous ne sommes pas en discussions actuellement avec State Grid”, a assuré à l’AFP une porte-parole de Trump Hotels, le nouveau nom de THC, avant d’ajouter: “Notre intérêt reste entier pour les métropoles asiatiques, notamment chinoises, et nous continuerons en conséquence à y étudier de possibles opportunités”. Aucune loi n’interdit aux présidents américains de faire des affaires à l’étranger et Donald Trump a indiqué qu’il chargerait ses enfants de reprendre ses activités s’il était élu.

  6. SimonB 22 novembre 2016 à 17:24

    @ES: le pragmatisme de Mr Trump équivaut au moins à celui des chinois, et je doute qu’il envisage vraiment de se fâcher avec eux; cela étant, il va vraisemblablement mettre un frein aux délocalisations de productions de biens au final destinés au marché US, ce qui fait sens.

  7. retrouvé le retour 22 novembre 2016 à 21:38

    Que va produire au final le retour au protectionnisme face à toute l’Asie qui est un marché monstrueux ? et l’essorage des dernières gouttes de pétrole et de gaz dit “de schiste” ça va produire quoi ? Une chose est certaine on essore !!

  8. retrouvé le retour 23 novembre 2016 à 22:49

    Ce qui caractérise les crises précédentes, c’est l’instabilité.
    Instabilité des valeurs, instabilité boursière instabilité politique et changement des alliances.

  9. Ashely 25 janvier 2019 à 23:06

    I read this article fully on the topic of the resemblance of hottest
    and preceding technologies, it’s remarkable article.

  10. Ryder 26 janvier 2019 à 11:49

    Now it is time to choose your specific investments.

  11. Rudolph 26 janvier 2019 à 20:05

    Now it’s time to pick your particular investments.

  12. Enriqueta 27 janvier 2019 à 00:39

    Now it is time to decide your particular investments.

  13. Imogene 27 janvier 2019 à 08:03

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  14. Saundra 27 janvier 2019 à 21:55

    Having read this I believed it was rather enlightening.
    I appreciate you taking the time and energy to put this content together.
    I once again find myself personally spending a significant amount of time both reading
    and commenting. But so what, it was still worth it!

  15. Annetta 28 janvier 2019 à 00:02

    Buyers do pay direct and indirect prices.

  16. brazil nuts costco 28 janvier 2019 à 07:00

    Every weekend i used to visit this site, for the reason that i wish for enjoyment, for the reason that this this web page conations genuinely fastidious funny data
    too.

  17. Kimber 28 janvier 2019 à 07:57

    And that is an investment threat price taking.

  18. Mariana 5 février 2019 à 18:10

    It’s actually a nice and helpful piece of information. I
    am glad that you simply shared this useful information with us.

    Please stay us informed like this. Thanks for sharing.

  19. Alana 6 février 2019 à 03:31

    A financial advisor is your planning partner.

  20. Woodrow 8 février 2019 à 05:39

    That is true for investment advice as nicely.

  21. Maybelle 8 février 2019 à 16:36

    Traders do pay direct and oblique costs.

  22. Dwain 9 février 2019 à 02:55

    And this is an funding threat worth taking.

  23. Rusty 9 février 2019 à 05:51

    This is true for investment recommendation as well.

  24. Gerard 19 février 2019 à 04:02

    That is true for funding recommendation as well.