Le Blog Finance

Italie : Fitch s’inquiète de l’issue du référendum constitutionnel du 6 décembre

Après Grèce, Espagne, Portugal, c’est désormais l’Italie qui est dans le viseur des agences de notation. Fitch a ainsi abaissé vendredi de stable à négative la perspective de la note de la dette publique italienne, arguant de l’issue “très serrée” du référendum constitutionnel. L’agence de notation indique ainsi que la note qui demeure certes à l’heure actuelle à “BBB+”, pourrait être dégradée dans les prochains mois. Et ce, pour des raisons politiques, certes, mais qui pourraient rapidement et aisément se transformer en difficultés économiques.

L’incertitude politique et les risques à la baisse se sont accrus”, affirme Fitch, qui estime qu’un échec du référendum sur une réforme constitutionnelle visant davantage de stabilité gouvernementale en Italie représenterait “un choc politique“.

L’agence juge également que les révisions en hausse des prévisions de déficit budgétaire “réduisent la crédibilité des mesures de consolidation budgétaire”.

Si en avril dernier, lorsque l’agence avait rendu public sa dernière évaluation de la dette de l’Italie, le oui semblait l’emporter dans les sondages, ces derniers laissent désormais entrevoir que l’issue du référendum du 4 décembre prochain est loin d’être gagnée d’avance. Rappelons que les électeurs seront alors invités à dire s’ils approuvent la modification de la Constitution italienne de transformer le Sénat de la République dans un « Sénat des Régions ».

Cette réforme constitutionnelle prévoit de mettre fin au bicaméralisme parfait qui prévaut actuellement. Elle vise à réduire les pouvoirs du Sénat, qui ne pourra plus renverser le gouvernement (via la fin du vote de confiance), et à réduire le nombre de sénateurs (100 élus contre 315 aujourd’hui) qui seront élus non plus au suffrage direct mais par les conseils régionaux, désormais comptables de leurs propres dépenses. Autre mesure permettant à l‘État d‘économiser quelque 500 millions d’euros : les sénateurs ne devraient plus être rémunérés.

Le projet de loi constitutionnelle, proposé par  le chef du gouvernement italien et la coalition de centre-gauche Parti démocrate en 2014, a été approuvé par la majorité absolue des députés et des sénateurs, manquant de peu la majorité requise des deux tiers pour que le projet de loi soit adopté ; par conséquent, en vertu de l’article 138 de la Constitution, un référendum doit être organisé pour que cette réforme devienne une loi. Ce sera le troisième référendum constitutionnel en Italie en 15 ans, les deux derniers datant de 2001 et 2006.

Si les électeurs disent oui à ce projet de loi, ce serait la plus importante réforme constitutionnelle entreprise en Italie depuis la monarchie. Le cas échéant, cette réforme devrait impacter l’organisation du Parlement, mais également améliorer – selon ses partisans – la stabilité du gouvernement italien. A contrario, les partis d’opposition critiquent de façon très virulente ce projet de loi, affirmant qu’il est mal écrit et qu’il rendra le gouvernement beaucoup trop puissant.

L’idée principale est de transformer le Sénat, qui aujourd’hui a les mêmes pouvoirs que l’Assemblée nationale italienne, en une chambre de notables désignés et non plus élus et non rémunérés. Bref, selon certains « en faire un club et plus une assemblée digne de ce nom. »

La réforme vise ainsi à simplifier le processus législatif et à apporter davantage de stabilité politique … dans un pays qui a connu 60 gouvernements depuis 1946, en limitant fortement les pouvoirs du Sénat et en entérinant une réforme électorale offrant une majorité stable au parti arrivé en tête.

Mais au final, donc, Matteo Renzi a commis l’erreur de lier son sort politique au résultat. Ce référendum s’est donc transformé en plébiscite pour ou contre lui. Le danger est si pressant que Matteo Renzi refuse de dire si oui ou non il démissionnera si le NON l’emportait. Il a même profité de sa présence à Washington et de sa visite à Barack Obama pour expliquer que si le non l’emportait, « ce ne serait pas une catastrophe pour l’Italie ».

Certains analystes n’hésitent pas à dire que le président du Conseil des ministres, Matteo Renzi, se retrouve exactement dans la position de David Cameron, l’ex Premier ministre britannique, avant la bataille du Brexit.

Les adversaires de Matteo Renzi – qui vont de l’opposition de droite au puissant Mouvement 5 étoiles en passant par une minorité de frondeurs au sein de son Parti démocrate – comptent sur un échec du référendum pour provoquer sa chute ou, du moins, affaiblir fortement sa position.

Silvio Berlusconi, chef de Forza Italia, qui avait négocié la réforme avec l’actuel chef du gouvernement s’est prononcé mardi soir à la télévision italienne contre un projet risquant selon lui « de confier l’Italie et les Italiens à un seul homme et à un seul parti. »

« Nous voterons Non afin de permettre l’approbation d’une autre réforme, tous ensemble, une vraie réforme, qui prévoie l’élection du président de la République au suffrage direct, une vraie coupe dans le Parlement, l’interdiction de changer de camp une fois élu ou encore un plafond de la pression fiscale », a expliqué Berlusconi.

Sources : AFP, Euronews, France Inter

Elisabeth Studer – 22 octobre 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Italie : le Brexit pourrait fragiliser les banques et créer un effet domino dans l’UE

Partager cet article

Article de

22 commentaires

  1. Elisabeth Studer 22 octobre 2016 à 21:04

    Journée “No Renzi” à Rome: 40’000 manifestants

    Quelque 40’000 personnes ont manifesté samedi après-midi à Rome contre le gouvernement du premier ministre Matteo Renzi. Sous le slogan “No Renzi”, la gauche et les syndicats avaient appelé à une journée de protestation contre la politique libérale du cabinet italien.

    Les protestataires ont critiqué le “libéralisme sauvage” du gouvernement et le démantèlement des droits essentiels des travailleurs. Ils ont appelé à voter non le 4 décembre lors du référendum sur la réforme de la Constitution. Un oui renforcerait les pouvoirs de M. Renzi, ont-ils argumenté.

    Ce référendum constitutionnel doit mettre fin au bicamérisme intégral en limitant les pouvoirs du Sénat. Celui-ci ne comptera plus que 100 élus contre 315 actuellement, ne votera plus la confiance au gouvernement et ne s’occupera que d’un nombre limité de lois.

    Le gouvernement pourra aussi demander une procédure accélérée à la Chambre des députés pour certaines lois qu’il juge urgentes. Le président du Conseil souhaite instaurer une plus grande stabilité politique et la fin de la valse des gouvernements.

    Matteo Renzi a promis de démissionner si le “non” aux réformes constitutionnelles l’emporte lors du référendum.

    (ats / 22.10.2016 21h02)

  2. retrouvé le retour 24 octobre 2016 à 10:24

    http://www.boursorama.com/actualites/brexit-les-banques-internationales-pretes-a-quitter-le-royaume-uni-1c70e3a6bf84fb01b2eba068ed91daee

    En présentant une simple modification administrative ( et logiques géographiquement !! ) comme une catastrophe, les nuls qui prétendent gérer notre argent se mettent le doigt dans l’oeil !!!

    Le brexit en éloignant les anglosaxons va permettre une meilleure gestion de l’ensemble européen. Ils n’ont rien à craindre au niveau bancaire bien au contraire !! En donnant aux Anglais un statut proche de celui que la Chine a concédé à Formose tout le monde sera gagnant :) :)

  3. ES 30 novembre 2016 à 00:14

    La BCE prête à acheter plus de dette italienne si besoin
    mardi 29 novembre 2016 14h06
    FRANCFORT (Reuters) – La Banque centrale européenne (BCE) est prête à augmenter temporairement ses achats de dette souveraine italienne si le résultat du référendum constitutionnel de dimanche provoque une flambée des rendements obligataires, ont déclaré des sources de banques centrales à Reuters.

    Le référendum de dimanche sur le projet de réforme constitutionnelle porté par le gouvernement italien pourrait, si le “non” l’emportait, entraîner la démission du président du Conseil Matteo Renzi.

    Les rendements obligataires italiens grimpent déjà depuis un moment et le mouvement pourrait s’amplifier en case de victoire du “non”.

    La BCE pourrait alors utiliser son programme de rachats d’actifs de 80 milliards d’euros par mois pour acheter des obligations italiennes afin de soutenir leurs cours, ont déclaré les sources, qui ont requis l’anonymat.

    “Le Conseil des gouverneurs (de la BCE) estime qu’il y a une marge de manoeuvre pour aider l’Italie qui sera utilisée si nécessaire”, a dit l’une d’elles. “Le programme de rachat d’actifs prévoit une certaine flexibilité. Le point crucial est que la BCE doit être convaincue que la volatilité peut être surmontée par le recours à cette flexibilité.”

    Les sources ont souligné que la manoeuvre ne durerait que quelques jours, voire quelques semaines, pour parer à toute volatité immédiate du marché.

    La BCE s’est refusé à tout commentaire.

    Les rendements des emprunts d’Etat italiens ont baissé à un creux d’une semaine et la Bourse de Milan a accru ses gains à la suite de la publication de ces informations.

  4. Lesley 25 janvier 2019 à 00:04

    I visited several blogs but the audio feature for audio songs current at this web site
    is actually excellent.

  5. Antonio 26 janvier 2019 à 07:03

    Contemplate investments that provide rapid annuities.

  6. Florence 26 janvier 2019 à 12:21

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  7. Verona 27 janvier 2019 à 00:32

    I’ve learn several just right stuff here. Certainly price bookmarking for revisiting.
    I wonder how much effort you set to make this kind of
    fantastic informative site.

  8. Almeda 27 janvier 2019 à 01:53

    Your method of telling the whole thing in this post is in fact good, every one be capable of without difficulty
    understand it, Thanks a lot.

  9. Sherrill 27 janvier 2019 à 11:17

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  10. Samuel 27 janvier 2019 à 13:15

    Financial advisors business is individuals enterprise.

  11. Patty 27 janvier 2019 à 18:20

    All forms of investments include certain dangers.

  12. Carley 27 janvier 2019 à 20:07

    All forms of investments include certain dangers.

  13. Ola 27 janvier 2019 à 20:43

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  14. Ashley 27 janvier 2019 à 21:28

    Traders do pay direct and oblique prices.

  15. Teri 6 février 2019 à 03:30

    And this is an investment threat value taking.

  16. Lorraine 6 février 2019 à 04:28

    Thank you to your curiosity in Investment Advice.

  17. Collette 7 février 2019 à 03:05

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  18. browse around this site 8 février 2019 à 02:51

    I simply want to say I am newbie to blogs and actually loved you’re blog. Very likely I’m want to bookmark your website . You definitely come with wonderful writings. Thank you for sharing with us your web-site.

  19. Katia 11 février 2019 à 02:54

    Investors do pay direct and indirect prices.

  20. Manual 11 février 2019 à 03:41

    That is true for investment recommendation as effectively.

  21. Yetta 15 février 2019 à 02:37

    Thank you on your interest in Funding Recommendation.

  22. Shiela 18 février 2019 à 02:22

    Thanks to your interest in Investment Recommendation.