Le Blog Finance

De nouveaux taux de référence pour remplacer le Libor ?

Alors que la confiance dans le Libor, taux de référence des opérations interbancaires quotidiennes, a été mise à mal par scandales et manipulations, un groupe chargé par la Réserve fédérale de trouver une alternative à cet indice vient de sélectionner deux taux de référence susceptibles de le remplacer.

Parmi les membres du groupe qui vient de rendre son premier rapport à ce sujet figurent notamment des banques internationales et des chambres de compensation, ainsi que des industries du domaine des services publics travaillant en collaboration avec le régulateur américain.

L’enjeu est de taille car rappelons que si près de 350 000 milliards de dollars de transactions s’appuie sur le London Interbank Offered Rate (Libor) au niveau mondial, le secteur bancaire a payé globalement 20 milliards de dollars d’amende pour avoir tenté de le manipuler. Quelque 9 milliards de dollars d’amendes ont ainsi été infligés à Barclays, Deutsche Bank ou UBS, convaincus d’avoir manipulé le Libor pendant des années en vue d’en tirer profit. Plusieurs traders ont également été accusés, dont Tom Hayes, condamné à onze ans de prison. Au final, derrière le Libor, c’est donc la crédibilité de la City et des marchés qui est en jeu.

La commission des taux de référence alternatifs (Alternative Reference Rates Committee, ARRC) vient ainsi de préciser que – de manière conjointe avec la Réserve fédérale – elle estime que le taux de financement au jour le jour (Overnight Bank Funding Rate, OBFR), ainsi que le taux au jour le jour sur les actifs obligataires du trésor américain, attachés comme collatéral à des opérations de rachat, pouvaient être des alternatives au Libor.

“Les arguments en faveur d’un nouveau taux de référence sont puissants. Le nouveau taux de référence sera solide et résistera aux manipulations”, a ainsi argumenté Jerome Powell, membre du conseil des gouverneurs de la Fed.

Bien que parvenus à établir cette liste, les membres du groupe ont toutefois indiqué ne pas avoir statué de manière définitive, invitant les participants du domaine industriel à émettre leurs commentaires sur le sujet avant de choisir.

Sources : Afp, ats, Les Echos,WSJ 

Elisabeth Studer – 21 mai 2016 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. SimonB 22 mai 2016 à 09:42

    Simple passe d’arme entre Wall Street et Londres; tout comme le dollar reste une – voire LA – monnaie de référence, le Libor continuera d’être la pierre angulaire des transactions interbancaires.
    Quand aux ‘actifs obligataires du trésor américain, attachés comme collatéral à des opérations de rachat’, il faudra d’abord s’assurer de ce que ces actifs contiennent réellement: on se souviendra d’un temps pas si lointain où des titres issus de la titrisation à outrance des ‘subprime’ étaient massivement utilisés comme collatéral dans les repo’s (transactions de rachat de titres utilisées dans le refinancement interbancaire). Du jour au lendemain, ces titres ne valant plus rien, tout le marché du refinancement s’assécha brutalement avec les conséquences que l’on sait pour beaucoup de banques.

  2. retrouvé le retour 23 mai 2016 à 22:58

    Un ensemble d’indices truqués chargé de bien de mystères !! et voilà en + papi M. & Co qui revient avec ses subprimes.
    Je lis et relis les petits carnets d’actions de mes ancêtres !! et alors là je ne suis plus vraiment sur du coup de LA monnaie de référence !!

  3. jkhjk 7 juin 2016 à 18:12

    gfhfghgfhgf

Commenter cet article