Le Blog Finance

VW : l’UE lance une commission d’enquête tandis que le groupe se réorganise

Le Parlement européen vient de voter jeudi la mise en place d’une commission d’enquête sur le scandale Volkswagen. Son objectif est d’enquêter sur les violations des règles de l’Union Européenne concernant les fraudes aux tests anti-pollution des véhicules et les échecs présumés des États membres de l’UE et de la Commission européenne à faire respecter les normes.

Rappelons que c’est à l’initiative de députés écologistes français, élus de l’Assemblée nationale ou du Parlement européen, qu’avait été lancée une pétition en ligne en vue de demander l’établissement d’une telle structure.

La commission devra présenter un rapport provisoire d’ici six mois et un rapport final dans les douze mois suivant le début de son travail.

A noter que cette annonce a été faite quelques minutes après l’annonce du groupe faisant part de modifications dans ses fonctions de direction. Des mesures prises dans le cadre de la politique menée par VW pour tenter de tourner la page du scandale.

  • Des réactions mitigées

“La mise en place d’une commission d’enquête parlementaire, c’est-à-dire d’une enquête indépendante et transparente du Parlement européen suite au scandale Volkswagen, est une grande nouvelle”, s’était d’ores et déjà réjouie mercredi dans un communiqué la députée Karima Delli, du groupe Les Verts-Alliance libre européenne, réagissant à l’annonce du vote. “Elle répond aux attentes des citoyens et consommateurs qui ont été trompés et qui réclament des comptes sur cette tricherie avérée”, avait-elle ajouté.

L’eurodéputée Françoise Grossetête, vice-présidente du groupe du Parti Populaire Européen (PPE, droite) avait, à l’inverse, souligné que “ce n’est pas en créant de nouvelles commissions qu’on résoudra le problème”. Elle estime plus important de “construire un cadre légal pour rendre les voitures européennes plus propres à l’avenir”.

  • L’Olaf ouvre également une enquête

Mercredi, à la suite d’informations du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung allant dans ce sens, l’Office européen de lutte antifraude (Olaf) a confirmé pour sa part avoir ouvert une enquête sur Volkswagen, laquelle porte sur l’utilisation potentiellement frauduleuse de crédits accordés par la Banque européenne d’investissement (BEI) au constructeur ces 25 dernières années.

Le dossier concerne environ 4,5 milliards d’euros de crédits européens accordés à Volkswagen depuis 1990, dont 1,9 milliard d’euros resterait encore à rembourser, si l’on en croit des sources proches du dossier. Selon le journal, ces crédits avaient été notamment accordés en vue de financer la recherche et le développement de moteurs propres.

Le service de communication d’Olaf a refusé de commenter l’enquête en cours, tenant également à préciser que l’ouverture d’une enquête ne signifiait pas automatiquement qu’il y ait eu fraude.

Le groupe VW a affirmé quant à lui ne rien savoir de la procédure. “Nous sommes étonnés que les autorités rendent quelque chose public avant même d’informer les intéressés”, a même réagi un porte-parole. Ajoutant que Volkswagen était “en discussions depuis des mois avec la BEI” et ce “dans un climat de confiance”.

  • La BERD suspend le versement d’un crédit pour financer un nouveau site en Pologne

La Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) a quant à elle confirmé une information de presse sur la suspension du versement d’un crédit de 300 millions d’euros destiné à financer un nouveau site de production Volkswagen en Pologne.

Un porte-parole de l’institution a tenu à préciser que les négociations mêmes sur le paiement de ce crédit pourtant approuvé en juin dernier étaient actuellement gelées.

Néanmoins, “ni l’investissement de Volkswagen près de Wrzesnia, ni son financement ne sont menacés de quelque manière que ce soit”, a assuré une porte-parole du groupe en Pologne, affirmant même que les travaux se poursuivaient comme prévu.

  • VW réorganises ses fonctions de direction

Volkswagen Group a nommé parallèlement jeudi cinq nouveaux dirigeants en vue d’encadrer ses divisions de développement, ventes, conception, production et produits. Le nombre de hauts dirigeants placés directement sous la responsabilité du président du directoire sera réduit de près de moitié, a annoncé VW dans un communiqué. Ces hauts cadres auront des responsabilités couvrant toutes les marques du groupe de VW, Skoda aux unités de luxe Audi, Porsche, Bentley et Lamborghini.

Le groupe a annoncé le retour dans le groupe de l’ingénieur Ulrich Eichhorn pour y occuper le poste de responsable de la recherche et développement. Rappelons qu’Ulrich Eichorn avait quitté Ford pour VW où il avait été le responsable de la recherche de 2000 à 2003 avant de devenir le responsable du développement technique de Bentley, marque de luxe du groupe. En 2012, Il avait quitté le groupe VW pour un poste de responsabilité au sein du groupement des constructeurs allemands.

Début décembre, VW avait annoncé que l’ancien responsable de son unité R&D Ulrich Hackenberg, l’avait quitté. Ce dernier avait été suspendu près de deux mois auparavant à la suite du scandale sur les tests d’émissions.

Fred Kappler will assurera la responsabilité des ventes du groupe. Agé de 57 ans, ce dernier a tenu des rôles clés au sein de la marque VW, de la joint-venture entre VW et le chinois FAW
et chez Skoda. Récemment en charge de la division « aftermarket » de compagnie, il remplace désormais Christian Klingler qui a quitté VW en Septembre.

Michael Mauer va quant à lui rejoindre la tête de l’entité design du groupe tout en gardant parallèlement son rôle actuel de patron du design de Porsche.

Wolfram Thomas, qui appartient au groupe depuis plus de 35 ans, devient responsable de la production, poste laissé vacant depuis le départ de Michael Macht en 2014. Il a d’ores et déjà exercé des postes clés aux services production de la marque VW et de Seat. Il est à l’heure actuelle à la tête des entités environnement, énergie et « new business ».

Ralf-Gerhard Willner exercera pour sa part le poste de responsable produit du groupe, ce qui inclut les architectures modulaires du constructeur. Il est à l’heure actuelle à la tête des services de conception chez Audi.

Plusieurs nominations sont également prévues au premier trimestre 2016.

Sources : AFP, Reuters, AOF

Elisabeth Studer – 17 décembre 2015 – www.leblogfinance.com 

A lire également :

Affaire Volkswagen : enquête de la Banque européenne d’investissement sur l’usage de ses prêts

Volkswagen : programme de remboursement avant d’y être contraint ?

Scandale Volkswagen : mise en place d’une prime à la casse ?

Scandale VW : joute politico-financière USA/ Europe, le TTIP comme enjeu

Partager cet article

Article de

13 commentaires

  1. hi 24 janvier 2019 à 23:10

    I pay a quick visit every day some blogs and websites to read posts, except this blog gives feature based content.

  2. Lacey 26 janvier 2019 à 08:10

    That is true for investment recommendation as well.

  3. Constance 27 janvier 2019 à 14:15

    Thanks in your curiosity in Investment Recommendation.

  4. Melba 27 janvier 2019 à 15:45

    A financial advisor is your planning accomplice.

  5. Saundra 5 février 2019 à 17:34

    Monetary advisors business is folks business.

  6. Tanja 6 février 2019 à 01:56

    A monetary advisor is your planning partner.

  7. Leatha 6 février 2019 à 22:33

    Financial advisors business is folks business.

  8. Bert 8 février 2019 à 16:47

    All sorts of investments come with certain risks.

  9. Malcolm 9 février 2019 à 04:12

    A financial advisor is your planning companion.

  10. Morgan 9 février 2019 à 06:35

    Financial advisors business is individuals enterprise.

  11. Maxie 11 février 2019 à 08:46

    Now it is time to pick your specific investments.

  12. Homer 15 février 2019 à 02:40

    And this is an funding risk value taking.

  13. Fae 18 février 2019 à 02:11

    A financial advisor is your planning accomplice.