Le Blog Finance

Turkménistan : accord stratégique avec le Japon dans le domaine énergétique, au cœur de la guerre des pipelines

Le Turkménistan, vous ne connaissez pas ? Et pourtant … ce pays pourrait devenir on ne peut plus stratégique dans les mois qui viennent – si ce n’est déjà fait – compte-tenu notamment de sa position géographique sur la route des pipelines.

Une importance notable qui n’a pas échappé aux Japonais, lesquels viennent de signer des contrats pour 18 milliards de dollars, notamment dans le domaine énergétique, plus précisément dans le domaine gazier et chimique.

Des signatures qui ont eu lieu à l’occasion d’une visite du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, dans cette ex-république soviétique d’Asie centrale, à l’issue d’un forum économique avec la participation du président turkmène Gourbangouly Berdymoukhamedov et du Premier ministre Shinzo Abe.

Parmi les documents signés figurent notamment un accord cadre entre le groupe public Turkmengaz et les sociétés japonaises JGC Corporation, Mitsubishi Corporation, Chiyoda Corporation et Sojitz Corporation sur l’exploitation du gisement gazier Galkynych au Turkménistan, ainsi qu’un contrat avec la société japonaise Sumimoto sur la construction d’une centrale électrique d’une puissance de 432 mégawatt.

Rappelons que le Pakistan est engagé dans un ambitieux projet de gazoduc, le TAPI, lequel doit relier le Turkménistan à l’Inde. Après des années de tergiversations, une société d’Etat turkmène vient d’être désignée pour diriger ce projet de dix milliards de dollars.
Le projet est ouvert aux compagnies étrangères, avait affirmé en août dernier le président turkmène Gourbangouli Berdimoukhamedov. Ajoutant que des compagnies japonaises et sud-coréennes pourraient participer à la construction du gazoduc et appelant des compagnies turques à investir dans le projet. Précisons que ce dernier, initialisé dans les années 1990 a souffert de l’instabilité en Afghanistan – pays qu’il devra traverser – le problème suscitant toujours des doutes sur sa viabilité.

Un soudain empressement de la part du Turkménistan directement lié à ses craintes de voir rapidement l’Iran approvisionner en gaz le sous-continent indien, si l’on en croit des sources proches du dossier. D’où son intérêt à finaliser la signature de contrats avec les Japonais …

En effet, dans le cadre du projet de corridor économique sino-pakistanais visant à relier l’ouest de la Chine au Moyen-Orient via le Pakistan, Pékin finance actuellement la construction d’un gazoduc reliant la ville de Nawabshah au port pakistanais en eaux profondes de Gwadar, situé sur la mer d’Arabie, près de l’Iran.

Une fois ce gazoduc achevé, le Pakistan « n’aura plus qu’à le prolonger sur 80 kilomètres » pour gagner l’Iran à l’ouest, et pourrait à plus long terme l’allonger au nord-est jusqu’à la Chine, a tenu récemment à préciser  le ministre pakistanais du Pétrole, Shahid Khaqan Abbas. Faisant très certainement jouer la « concurrence » …

Elisabeth Studer – 24 octobre 2015 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

20 commentaires

  1. Elisabeth Studer 29 octobre 2015 à 22:00

    Pakistan. Séisme : un pays qui s’effondre sur lui-même

    DAWN – KARACHI, LAHORE, ISLAMABAD
    Publié le 28/10/2015

    Dix ans après le tremblement de terre dévastateur du Cachemire, le Pakistan n’était pas mieux armé pour faire face au séisme du 26 octobre. L’instabilité est physique autant que politique, analyse un quotidien pakistanais.

    Nous venons de connaître un mois de grandes souffrances. Le Premier ministre Nawaz Sharif et sa famille sont allés aux Etats-Unis, ils ont collecté des millions de dollars d’aides et reçu des avions de chasse supplémentaires. Il y a eu les bagarres habituelles avec l’Inde, mais la montée de l’intolérance religieuse de l’autre côté de la frontière relativise quelque peu le dégoût que peut susciter la xénophobie qui règne déjà chez nous. Et puis, le dernier lundi d’octobre, il y a eu la catastrophe.

    Les fonds n’ont pas été utilisés à bon escient

    Dix ans après le tremblement de terre dévastateur de 2005 [79 000 morts au Cachemire], un séisme de 7,5 de magnitude a frappé le nord du pays. En quelques minutes, au moins 228 personnes sont mortes et plus de 1 000 ont été blessées [au 28 octobre, on dénombrait 360 morts et 1 600 blessés au Pakistan et en Afghanistan]. De tous les projets évoqués sérieusement il y a dix ans, aucun n’a été mis en place : il n’y avait pas d’organisation des secours, on n’a pas instauré de normes de construction, ni formé les élèves et les enseignants à la marche à suivre en cas de séisme. Les dollars de l’aide étaient arrivés, on a mis sur pied quelques vagues projets, affecté des fonds à telle ou telle branche du gouvernement ou à des ONG sérieuses, mais rien de concret n’en est ressorti. En d’autres termes, nous n’avons pas tiré les leçons du passé. On le voit quand on étudie la façon dont se sont déroulés les secours.

    Un séisme peut en cacher bien d’autres

    Dans les heures qui ont suivi le séisme, Chitral, cette destination de rêve pour nombre de Pakistanais, a été coupée du reste du pays. Les routes étaient bloquées par des glissements de terrain. La seule façon de secourir les blessés était de les transporter par air. Ils étaient nombreux à en avoir besoin. Les gens de la région le réclamaient à cor et à cri en direct sur leur portable aux chaînes de télévision. Les autorités ont affirmé que des hélicoptères avaient déjà été envoyés au gouvernement de Khyber Pakhtunkhwa.
    Une nuit froide s’est écoulée et aucun hélicoptère ne s’est posé à Chitral. Les morts gisaient et leur nombre augmentait. Il a fallu près d’un jour pour que l’armée arrive à la rescousse et envoie un C-130 avec du matériel aux personnes qui attendaient à Chitral. Pour les nationalistes – et le Pakistan n’en manque pas –, la défense et la catastrophe ressortissent de deux domaines différents.

    Fondations branlantes au propre comme au figuré

    Le pays a absolument besoin de bombes et d’avions de chasse, car il se trouve malheureusement à un centre d’échanges stratégiques où les superpuissances aiment s’affronter.

    Si cela est vrai, il est également vrai que le Pakistan se trouve sur un ensemble de plaques tectoniques des plus instables et doit donc prévoir et gérer les catastrophes.

    Or cet élément est négligé : on a pu le voir à la façon dont tout s’est effondré il y a dix ans et hier, et on le verra à la façon dont tout s’effondrera à l’avenir.
    Ce déséquilibre est à la fois mortel et paradoxal : ce pays “en sécurité” est instable au sens propre, pas uniquement au sens figuré ; il a des fondations branlantes et il est prêt à s’écrouler.

    Rafia Zakaria
    SOURCE
    DAWN Karachi, Lahore, Islamabad http://www.dawn.com

  2. hi 24 janvier 2019 à 21:53

    Awesome article.

  3. brazilian steakhouse near me 25 janvier 2019 à 15:44

    I don’t know whether it’s just me or if perhaps everyone else
    encountering issues with your blog. It appears as though some of the written text in your
    posts are running off the screen. Can someone else please comment and let me know if this is happening to them
    too? This might be a issue with my web browser because I’ve had this happen previously.

    Appreciate it

  4. Michal 25 janvier 2019 à 20:01

    Simply desire to say your article is as surprising. The clarity in your post
    is simply excellent and i can assume you are an expert on this subject.

    Fine with your permission allow me to grab your RSS feed to keep up to date
    with forthcoming post. Thanks a million and please carry on the rewarding work.

  5. Jesse 25 janvier 2019 à 21:47

    Today, I went to the beach with my children. I found a sea
    shell and gave it to my 4 year old daughter and said “You can hear the ocean if you put this to your ear.” She
    put the shell to her ear and screamed. There was a
    hermit crab inside and it pinched her ear. She never
    wants to go back! LoL I know this is totally off topic
    but I had to tell someone!

  6. Katja 25 janvier 2019 à 23:57

    The other day, while I was at work, my sister stole my iphone and tested to see
    if it can survive a thirty foot drop, just so she can be a youtube sensation. My apple ipad is now destroyed and she has 83 views.
    I know this is totally off topic but I had to share it with someone!

  7. Rosie 27 janvier 2019 à 20:25

    And that is an funding danger price taking.

  8. Lashay 27 janvier 2019 à 22:09

    Monetary advisors enterprise is people enterprise.

  9. Stephany 3 février 2019 à 02:24

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  10. Julio 6 février 2019 à 03:52

    And this is an investment threat value taking.

  11. Marcela 7 février 2019 à 03:37

    A financial advisor is your planning accomplice.

  12. Felipa 9 février 2019 à 02:32

    Thank you in your interest in Investment Advice.

  13. Hollie 10 février 2019 à 16:13

    All varieties of investments come with certain risks.

  14. Henrietta 11 février 2019 à 09:00

    Investors do pay direct and indirect prices.

  15. Sonja 12 février 2019 à 01:56

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  16. Mellisa 12 février 2019 à 03:34

    Thank you in your curiosity in Investment Recommendation.

  17. Anna 15 février 2019 à 03:25

    And this is an investment danger price taking.

  18. Sommer 17 février 2019 à 01:22

    Thanks to your curiosity in Investment Advice.

  19. Raquel 17 février 2019 à 03:13

    That is true for funding recommendation as
    effectively.

  20. Casie 19 février 2019 à 01:27

    A financial advisor is your planning companion.