Le Blog Finance

Pétrole : Cuba fait les yeux doux aux Etats-Unis, dépendant de leurs technologies

Tant pis pour les bisounours qui pensaient que la rapprochement entre Etats-Unis et Cuba était purement politique … et totalement désintéressé … Comme nous l’avions indiqué déjà bien avant le réchauffement des relations entre Obama et la famille Castro en décembre 2014, une nouvelle odeur de pétrole règne sur la Havane. Ne rêvons pas …

C’est ainsi que la porte-parole d’une filiale de la compagnie d’État cubaine Cuba-Petroleo a indiqué que Cuba était ouvert à « tous types d’affaires » avec des entreprises américaines pour exploiter ses réserves d’hydrocarbures.

Si depuis 1962 et l’instauration d’un embargo par Washington contre le régime communiste de Cuba, les entreprises américaines sont interdites de toute activité dans le pays, les choses pourraient bien changer.

« [Que les entreprises américaines] viennent, nous sommes prêts, nous les attendons, nous avons tous types d’affaires pour elles », a ainsi déclaré Maria Yodalis Hernandez, porte-parole de Cuba-Petroleo ou Cupet. “Nous espérons que cette nouvelle ouverture, qui a commencé après le 17 (décembre 2014), ait une influence sur l’industrie pétrolière” cubaine, a-t-elle ajouté, à l’occasion d’une visite organisée avec des correspondants étrangers à Matanzas, à 110 kilomètres à l’est de La Havane.

Alors que les experts internationaux estiment que les eaux cubaines abritent des réserves comprises entre 5 et 9 milliards de barils de brut – La Havane allant même jusqu’à une estimation de 20 milliards de barils – Cupet ne peut en exploiter que 5%, en l’absence de « technologies pour les extraire ». Selon les termes mêmes de Mme Hernandez, les entreprises américaines détiennent en effet « les principales ressources et la technologie de pointe ».

Précisons que Cuba produit d’ores et déjà 25 millions de barils par an … de pétrole extra-lourd ne pouvant servir qu’à la production électrique, de ciment ou d’asphalte. Une production qui lui permet de couvrir   40% de sa consommation de pétrole laquelle se chiffre à 63 millions de barils, le reste étant importé du Venezuela à des conditions privilégiées.

La zone économique cubaine du golfe du Mexique (d’une superficie de 112 000 km2) a été divisée en 59 blocs pétroliers, dont 22 ont d’ores et déjà fait l’objet de contrats avec des majors internationales.

Grâce à la plate-forme italienne de recherche en eaux très profondes Scarabeo-9, 3 groupes pétroliers internationaux – Repsol (Espagne), PDVSA (Venezuela), PC Gulf (Malaisie) ont mené ces derniers mois des recherches dans la zone maritime cubaine du golfe du Mexique. Sans toutefois obtenir des résultats.

Si certes les campagnes d’exploration menées dans les eaux territoriales cubaines n’ont pas été fructueuses jusqu’à présent, la levée de l’embargo américain pourrait ouvrir la porte à l’utilisation d’équipements et de matériels permettant de rentabiliser les opérations.

Reste qu’une nouvelle fois Russes et Américains pourraient s’opposer sur le terrain, ai-je déjà laissé entendre, indiquant que les Etats-Unis pourraient vouloir monnayer la levée de leur embargo en échange d’un accès « favorisé » aux champs pétrolifères cubains. Et ce, alors même que la Russie a d’ores et déjà avancé ses pions dans la région.

- Des sociétés privées US d’ores et déjà informées sur le potentiel pétrolier cubain -

Rappelons qu’en mai dernier, des experts américains se sont d’ores et déjà informés sur le potentiel pétrolier de Cuba. Lors de la 6e Convention cubaine des sciences de la Terre, à La Havane, l’entreprise pétrolière d’État Cupet, a ainsi présenté un «résumé technique» sur le potentiel de la zone cubaine située dans le Golfe du Mexique, et ouverte désormais aux investissements étrangers.

Les participants en provenance des États-Unis sont des «Américains venant surtout d’entités privées», avait indiqué à cette occasion Pedro Sorzano, directeur des activités de l’entreprise, sans préciser toutefois s’il s’agissait de groupes pétroliers ou d’entités scientifiques.

A cette date, le responsable avait toutefois concédé que sa société n’avait pas encore trouvé d’entreprise (américaine) intéressée» par la recherche de pétrole dans les eaux cubaines. Ajoutant : « nous y travaillons, mais nous n’avons pas encore trouvé».

Cupet «a réalisé un excellent travail de rassemblement de l’information», pour réaliser désormais des prospections plus adéquates, avait alors expliqué l’expert cubain Jorge Piñon, de l’Université de Texas, à Austin et ex-président de la compagnie pétrolière Amoco Oil Latinoamerica.

- La Russie largement investie dans le potentiel pétrolier cubain -

En juin 2014, Cupet a annoncé sa participation au 21e Congrès mondial du pétrole à Moscou, ajoutant être à la recherche d’investisseurs dans le cadre des nouvelles lois cubaines sur l’investissement étranger, lesquelles ont été adoptées en mars 2014. En avril 2014, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s’était rendu sur l’île. Ce dernier « profitant » de l’occasion pour annuler 90% de la dette cubaine, laquelle s’élève à 32 milliards de dollars. L’accord signé en octobre 2013 à Moscou, prévoit par ailleurs que 10 % des sommes seront réinvesties dans l’économie cubaine.

Au premier semestre 2013, la société étatique russe Zarubezhneft s’est livrée sans succès à l’exploration du pétrole dans le bloc « L » de la zone économique exclusive cubaine dans le golfe, située dans le nord de la province centrale de Ciego de Avil. Une opération menée via l’aide de la plate-forme Songa Mercur, construite par la Russie et gérée par la Norvège.

Zarubezhneft a ainsi planifié de nouvelles recherches au large de la côte centre-est de Cuba. La société d’Etat cubaine y a lancé l’exploration de 10 nouveaux puits en semi-off-shore, dont un d’une profondeur de 8.200 mètres, ce qui constitue un record pour Cuba.

En novembre 2013, lors d’une rencontre avec le président du groupe pétrolier russe Rosneft, Igor Setchine,le président cubain Raul Castro avait quant à lui exprimé son intérêt pour le renforcement de la coopération bilatérale avec la Russie dans les secteurs du pétrole et de l’énergie.

En septembre dernier, Rosneft a pour sa part laissé entendre qu’il examinait la possibilité de rentrer sur le marché cubain. Un document officiel précisant que Cuba et la Russie développaient actuellement une coopération dans le domaine de l’exploration et de production pétrolière . Ainsi, Zarubezhneft met en œuvre un projet visant à augmenter le taux de production de pétrole et en utilisant des méthodes en vue d’améliorer la récupération de pétrole sur le champ de Boca de Jaruco.

- Un essor freiné jusqu’à présent par l’embargo américain -

Mais l’embargo économique et financier pour le moins drastique que Washington impose à Cuba depuis plus d’un demi-siècle constitue un frein important au développement du secteur pétrolier cubain.

En effet, la majeure partie de la technologie et du savoir-faire du domaine est détenue par des entreprises américaines. Selon Jorge Piñon, expert pétrolier cubain basé aux Etats-Unis, toute entreprise pétrolière internationale qui voudrait opérer à Cuba doit faire face à un surcoût de 15 à 20%, tous les équipements et les techniques devant venir d’Europe ou du Canada. A noter également que toute technologie pétrolière utilisée à Cuba doit compter moins de 10% de composants des Etats-Unis.

- Une hausse de 50 % de la production pétrolière d’ores et déjà possible selon un expert -

Si l’on en croit Jorge Piñon, Cuba pourrait d’ores et déjà augmenter de 50% sa production pétrolière à l’aide de technologies de récupération améliorée, domaine dans lequel le français Total est très investi. Reste qu’à l’heure actuelle, le recours à de telles méthodes se heurte à l’embargo américain.

Si l’on en croit l’ancien président d’Amoco Oil Amérique latine et aujourd’hui expert à l’université du Texas, en appliquant les techniques de récupération améliorée, Cuba pourrait augmenter sa production de 20 000 à 25 000 barils par jour, par rapport aux 50 000 actuellement produits.

Précisons que la récupération améliorée – qui peut utiliser diverses techniques, notamment d’injections de gaz – permet de réduire la viscosité du pétrole, laquelle est particulièrement forte dans les puits exploités à Cuba. Selon l’expert, si le facteur de récupération primaire est de 7% pour les puits cubains, à l’heure actuelle, ces techniques permettraient de l’étendre à 17 ou 20%.

- Cuba : nouveau hub pétrolier du Golfe du Mexique ? -

Toujours selon Jorge Piñon, indépendamment de l’exploitation de la manne pétrolière du pays, l’infrastructure pétrolière cubaine pourrait générer d’importants revenus. Selon lui, le port de Matanzas, la raffinerie de Cienfuegos et l’oléoduc qui les relie au centre du pays pourraient servir de centre de raffinage et de stockage de brut et de produits dérivés pour les Caraïbes et le golfe du Mexique.

Une opportunité que la Chine pourrait saisir, Cuba pouvant constituer un hub idéalement placé pour à la fois traiter la production locale et exporter les produits dérivés, à quelques encablures du plus important consommateur au monde, les Etats-Unis.

Sources : AFP, Ria Novosti, french.china.org.cn, Rosneft

Elisabeth Studer –  www.leblogfinance.com – 26 octobre 2015

Crédit Photo : Elisabeth Studer – Raffinerie de Hermanos Diaz – Cupet – Santiago de Cuba

A lire également :

Cuba : après la Russie, le Canada avance ses pions dans le pétrole

La Russie annule 90 % de la dette de Cuba …. pour un meilleur accès au pétrole cubain ?

Cuba : la levée de l’embargo US pourrait rentabiliser l’exploration de pétrole

Partager cet article

Article de

1 commentaire

  1. ES 21 mars 2016 à 00:58

    Le président américain a atterri à Cuba pour une visite historique

    Le président des Etats-Unis Barack Obama est arrivé dimanche en fin de journée à La Havane. C’est la première visite à Cuba d’un chef d’Etat américain en exercice depuis celle de Calvin Coolidge en 1928.

    L’avion présidentiel Air Force One s’est posé peu après 16h15 sur l’aéroport Jose Marti, du nom du Père de l’indépendance de cette ancienne colonie espagnole. “Comment ça va Cuba?”, a tweeté Barack Obama en arrivant à La Havane.

    Prévue jusqu’à mardi, cette visite vise à rendre “irréversible” le rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba, amorcé par Washington en décembre 2014, souligne la Maison blanche. Les relations diplomatiques ont été rétablies en juillet 2015, mais les deux pays continuent néanmoins d’entretenir de profonds désaccords.

    Après une rencontre lundi avec son homologue cubain Raul Castro, suivie d’une apparition conjointe devant la presse et d’un dîner d’Etat, le point d’orgue de la visite sera le “discours au peuple cubain” que compte prononcer mardi le président américain.

    Il s’exprimera au Gran Teatro de La Havane. La Maison blanche précise que les dirigeants cubains ne se sont pas opposés à ce que ce discours soit retransmis à travers le pays, même si des doutes subsistent.

    Barack Obama doit aussi rencontrer mardi des personnalités de son choix, notamment des opposants au régime castriste. Il n’est pas prévu en revanche qu’il s’entretienne avec Fidel Castro, aujourd’hui âgé de 89 ans.

    (ats / 20.03.2016 22h00)

Commenter cet article