Le Blog Finance

L’Iran va présenter ses contrats pétroliers à Londres et Téhéran

L’Iran ne perd pas de temps pour avancer sur le marché pétrolier, anticipant la levée des sanctions prises à son encontre.

L’agence officielle du ministère du pétrole Shana a ainsi indiqué samedi que ses nouveaux contrats pétroliers allaient être présentés aux compagnies internationales tout d’abord les 21 et 22 novembre à Téhéran puis à Londres au début de l’année 2016. Il est en effet prévu d’organiser une conférence dans la capitale britannique du 22 au 24 février, a précisé Seyyed Mehdi Hosseini, président du comité sur la restructuration des contrats pétroliers à Shana.

« Nous prévoyons que les sanctions seront levées à partir de janvier 2016, c’est pourquoi nous avons changé la date de la conférence (à Londres) à février au lieu de décembre 2015 », a tenu à ajouter M. Hosseini.

Citant le président de la National Iranian Oil Compagny (NIOC), Rokneddine Javadi, l’agence du ministère avait quant à elle indiqué quelque temps auparavant que la présentation ne se tiendrait qu’à Téhéran.

Rappelons que la présentation des nouveaux projets et du nouveau contrat type, appelé Contrats Pétroliers Iraniens (IPC), qui se veut plus attrayant a été repoussée à plusieurs reprises depuis fin 2013 en raison des tensions sur le dossier nucléaire iranien.

Mardi dernier, M. Hosseini avait indiqué que l’Iran prévoyait l’introduction prochaine d’une cinquantaine de nouveaux contrats pétroliers d’exploration et de production. «L’après-sanctions va ouvrir un nouveau chapitre dans la coopération avec les compagnies pétrolières internationales», a-t-il ainsi annoncé à la conférence «Oil and Money», à Londres.

Si les détails sur les contrats restent confidentiels à l’heure actuelle, les conditions proposées pourraient être meilleures que celles qui prévalent en Irak ou au Mexique si l’on en croit Fereidun Fesharaki, président du groupe de consulting FGE spécialisé dans la région. «Seul le temps nous le dira, mais il y a des efforts de fait pour attirer les investisseurs internationaux», a-t-il affirmé.

Précisons que l’accord conclu le 14 juillet dernier entre l’Iran et six grandes puissances (Grande-Bretagne, France, Allemagne, Russie, Chine et Etats-Unis) prévoit de limiter le programme iranien de nucléaire civil en échange d’une levée progressive des sanctions internationales imposées à son économie depuis 2006, y compris contre le secteur pétrolier.

Des perspectives qui ont conduit de nombreuses entreprises, y compris dans le secteur de l’énergie, à se rendre en Iran ces derniers mois en vue de prospecter le marché sans toutefois maintenir une certaine vigilance.

«Il n’y a pas grand-chose à discuter pour le moment, les perspectives en Iran sont potentiellement prometteuses. Il faudra voir comment le marché va se développer», estimait récemment pour sa part Ben van Beurden, directeur du géant pétrolier Shell.

M. Javadi a quant à lui affirmé que la présence de compagnies américaines n’était pas exclue, même si le flou règne à l’heure actuelle sur leur venue.

Rappelons enfin que la production de l’Iran est actuellement de 2,8 millions de barils/jour. Dans les mois qui suivront la levée des sanctions pesant sur son économie, l’Iran pourrait augmenter sa production de pétrole de 500 000 barils par jour, en vue d’atteindre un volume d’un million de barils, avec pour objectif d’en produire 4,2 millions fin 2016. Le pays exporte environ un million de barils/jour.

Sources : AFP, Presse canadienne

Elisabeth Studer www.leblogfinance.com – 10 octobre 2015

A lire également :

Japon / Iran : vers un traité bilatéral sur les investissements

Partager cet article

Article de

19 commentaires

  1. Elisabeth Studer 23 novembre 2015 à 13:37

    quand la Russie a tout interet à s’allier avec l’iran … pour partager le fromage …
    ————————-
    Moscou lève l’interdiction de vente à Téhéran de technologies liées au nucléaire
    Moscou – Vladimir Poutine, en visite lundi à Téhéran, a levé l’interdiction de vente et de livraison de matériel technologique lié au nucléaire, notamment pour les sites nucléaires de Fordo et d’Arak, en conformité avec une résolution de l’ONU sur l’accord nucléaire entre l’Iran et les grandes puissances.
    La Russie peut désormais vendre et livrer à l’Iran du matériel et des équipements visant à moderniser le site nucléaire iranien de Fordo ainsi que pour le réacteur nucléaire d’Arak, selon un oukase présidentiel publié lundi par le Kremlin.
    Moscou autorise également l’exportation depuis l’Iran d’uranium enrichi, d’un volume supérieur à 300 kg, contre le transfert vers l’Iran d’uranium naturel.
    La publication de ce décret intervient alors que Vladimir Poutine est arrivé en milieu de journée à Téhéran où il doit rencontrer le président iranien Hassan Rohani.
    Selon ce décret, la levée de ces interdictions suit le cadre établi par la résolution 2231, adoptée en juillet par le Conseil de sécurité de l’ONU et qui a entériné l’accord nucléaire signé peu avant par Téhéran et les grandes puissances.
    Cette résolution prévoit l’abrogation en 2016 des sanctions internationales contre l’Iran, à condition que le pays respecte l’accord.
    La voie est libre pour la levée des sanctions, a déclaré jeudi le chef du programme nucléaire iranien Ali Akbar Salehi.
    Le groupe 5+1 s’était mis d’accord sur la restructuration et la modernisation du réacteur nucléaire d’Arak, a-t-il également annoncé.
    Le réacteur à eau lourde d’Arak est au coeur de l’accord international: il doit être modifié de façon à ne pas pouvoir produire de plutonium en quantité militaire.
    Autre point d’achoppement lors des négociations: le site de Fordo, enfoui sous la montagne et de ce fait impossible à détruire par une action militaire, ne peut pas enrichir de l’uranium et devra abandonner deux-tiers de ses centrifugeuses, selon l’accord conclu avec l’Iran.
    Dès l’annonce de cet accord, Moscou a annoncé la levée de l’interdiction de livraison à l’Iran de systèmes de missiles de défense antiaérienne S-300, une décision critiquée par les Occidentaux et Israël.
    (©AFP / 23 novembre 2015 12h28)

  2. retrouvé le retour 23 novembre 2015 à 18:35

    Petit rappel: Tous les états religieux de la région sont des nids de M…. .

  3. Eloisa 26 janvier 2019 à 02:30

    This is true for investment advice as well.

  4. Aretha 26 janvier 2019 à 03:46

    Investors do pay direct and oblique prices.

  5. Shanice 26 janvier 2019 à 05:22

    Thank you for your curiosity in Investment Advice.

  6. Rubin 26 janvier 2019 à 18:50

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  7. Kitty 26 janvier 2019 à 21:54

    Now it is time to decide your specific investments.

  8. Lavonne 27 janvier 2019 à 03:15

    Now it is time to pick your particular investments.

  9. Dean 27 janvier 2019 à 09:50

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  10. Howard 4 février 2019 à 01:31

    Take into account investments that provide speedy annuities.

  11. Margo 7 février 2019 à 07:12

    Thank you in your interest in Investment Recommendation.

  12. Kam 8 février 2019 à 05:57

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab
    ETFs.

  13. Elise 9 février 2019 à 05:45

    Traders do pay direct and oblique costs.

  14. Jayson 9 février 2019 à 05:46

    Consider investments that supply rapid annuities.

  15. Delmar 11 février 2019 à 03:53

    Investors do pay direct and oblique costs.

  16. Kraig 12 février 2019 à 01:28

    And this is an funding danger value taking.

  17. Kara 16 février 2019 à 02:22

    All varieties of investments come with certain risks.

  18. Aurelio 16 février 2019 à 02:29

    Consider investments that offer fast annuities.

  19. Venus 17 février 2019 à 03:32

    Take into account investments that supply fast annuities.