Le Blog Finance

Ukraine : défaut de paiement imminent selon la ministre des Finances, une stratégie US ?

Elisabeth Studer Actualités, Economie 4 commentaires

L’Ukraine bientôt en défaut de paiement ? C’est en tout cas ce que vient de déclarer la ministre ukrainienne des Finances en indiquant que le pays pourrait se trouver face à une telle situation  compte-tenu de son incapacité à rembourser 120 millions de dollars d’obligations le 24 juillet prochain. Propos relayés par le journal  Oukraïski novini.

La ministre a par ailleurs tenu à rappeler qu’une telle option était techniquement – et juridiquement – possible, une loi appropriée autorisant le gouvernement à suspendre, en cas de nécessité, le remboursement des dettes internationales ayant en effet été adoptée le 19 mai par la Rada suprême (parlement).
Précisons que Natalia Jaresko s’exprimait devant les journalistes à l’issue d’une rencontre entre les ministres ukrainiens et les représentants de la Chambre de commerce américaine et de l’Association of European Business (AEB).

Rappelons tout de même à toutes fins utiles que Natalia Jaresko  est une ressortissante américaine d’origine ukrainienne, qui a fait une partie de sa carrière au département d’Etat, le ministère des affaires étrangères américain, avant de travailler dans le privé, en tant que directrice de fonds d’investissement.

Sa nomination au ministère, en décembre 2014,  a  été anoncée parallèlement à son obtention de la citoyenneté ukrainienne par décret présidentiel. Une manœuvre sans doute pas tout à fait légale, la loi ukrainienne interdisant d’accorder la double nationalité tenait à préciser alors  journal Le Monde.

Diplômée de Harvard et de Chicago, Natalie Jaresko a occupé divers postes au Département d’Etat. De 1992 à 1995, elle est responsable de la section économique de l’Ambassade américaine à Kiev. A partir de 1995, elle travaille pour leWestern NIS Entreprise Fund (WNISEF), un fonds d’investissement créé et financé par le Congrès américain à travers son agence pour le développement international (USAID). De 2005 à 2010, sous la présidence de Iouchtchenko, elle a été membre du Conseil consultatif du Centre ukrainien pour la promotion des investissements étrangers. En 2006, elle cofonde la compagnie Horizon Capital, dont elle est directrice générale (il s’agit d’un fonds d’investissement opérant en Ukraine, en Moldavie et en Biélorussie, qui gère également le fonds WNISEF).

En mai dernier, le président russe Vladimir Poutine avait quant à lui qualifié « d’étrange » la décision de la Rada suprême de décréter un moratoire sur le remboursement des dettes extérieures par Kiev.

« Il s’agit là d’une déclaration très étrange, car le milieu de l’année n’est pas encore arrivé. Annoncer d’avance un défaut de paiement montre que le niveau de responsabilité et de professionnalisme » des dirigeants ukrainiens « n’est pas élevé. Et ce, malgré le fait que le pays est placé sous administration extérieure », avait alors déclaré Vladimir Poutine lors d’une rencontre avec les membres du gouvernement.

Rappelons que l’Ukraine tente à l’heure actuelle de restructurer 23 milliards de dollars de dettes, estimant que ses créanciers doivent accepter de perdre 20 milliards de dollars d’obligations. Mais un groupe de créanciers représentant 1,1 milliard de dollars de dettes ne l’entendent pas de la sorte.

En mai dernier, le fonds d’investissement américain Blackstone, conseiller des créanciers privés de l’Ukraine, a publié sa recommandation de ne pas effacer une partie de la dette ukrainienne, rapportait alors l’agence Bloomberg.

Selon les analystes de Goldman Sachs (toujours les mêmes …. ! ), l’Ukraine ne devrait probablement pas parvenir à un accord avec ses créanciers sur la restructuration de sa dette, étant en effet confrontée à une double crise de solvabilité et de liquidité.

Ce qui, selon eux, devrait conduire le pays à décréter un moratoire sur le remboursement de sa dette extérieure. Et à emprunter auprès de Goldman Sachs  ou autre banque US ? Qui sait …

A moins que l’objectif final ne soit d’affaiblir la Russie, laquelle a accordé un prêt de trois milliards de dollars à l’Ukraine en décembre 2013, lequel doit être remboursé avant la fin 2015. Moscou avait l’intention de prêter à l’Ukraine 15 milliards de dollars au total mais les négociations sur de nouvelles tranches ont été gelées après le coup d’Etat ukrainien. Le 22 juin dernier, Kiev a payé 75 millions de dollars pour couvrir les obligations russes.

Le Fonds monétaire international (FMI) a pris quant à lui la décision de soutenir l’Ukraine grâce à un prêt de 17,5 milliards de dollars sur quatre ans, cinq milliards ayant été versés en mars dernier. En contrepartie, l’Ukraine a l’obligation d’appliquer un programme de redressement du FMI et de réaliser des réformes structurelles dans les domaines de l’énergie et de l’industrie ainsi que de l’éducation et de la santé.

Sources : Presses russe et ukrainienne

Elisabeth Studer - 27 juin 2015 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

4 commentaires

  1. retrouvé le retour 28 juin 2015 à 01:17

    Et nous alors c’est pour quand les retraits massifs dans les banques?

    je reconnais derrière sur la photo le drapeau de la Silésie d’Opole !! ;) , encore Angela !!

  2. retrouvé le retour 26 juillet 2015 à 23:23

    http://www.boursorama.com/actualites/a-vallauris-la-manne-des-saoudiens-calme-un-peu-la-contestation-e72b5ab24d192ecf928d1372eb355a76

    visiblement pour certains il vaut mieux être lèche culs que suspects !! C’est déjà ce que pensait Vichy !!

  3. retrouvé le retour 26 juillet 2015 à 23:25

    suce pets

  4. retrouvé le retour 26 juillet 2015 à 23:31

    Il ne servent pas à Grand chose nos braves policiers car ce Monsieur se ballade avec son artillerie personnelle sans dévoiler à l’avance ses trajets et la qualité de ces pétoires à nos forces de sécurité (et il n’est pas le seul !!).
    Il craint par dessus tout les faux policiers !! et pense qu’on n’est jamais si bien servi que par soi même.
    Monsieur bombarde Aden et le Yemen ce que semble méconnaître boursomachin !!

Commenter cet article