Le Blog Finance

Le peuple algérien promet d’envahir les plages de Tunisie, en guise de soutien à son économie

Initiative qu’il faut saluer !! Après l’attaque terroriste vendredi sur une plage à Sousse, faisant une quarantaine de morts et autant de blessés, Algériennes et Algériens souhaitent exprimer leur solidarité avec leurs voisins de l’Est les Tunisiens. Comment ? En promettant ni plus moins d’”envahir” les plages tunisiennes après Ramadhan.
Une manière de démontrer que cet acte n’a rien à voir avec les valeurs de l’Islam, et qu’il cherche avant tout à déstabiliser la Tunisie en touchant ce qu’elle a du plus précieux ou presque : le tourisme. Lequel constitue à l’heure actuelle sa première source de revenus. Pétrole et gaz pouvant à terme changer la donne … à moins que cela ne soit le but des terroristes : affaiblir économiquement le pays pour mieux grignoter ses ressources pétrolières. N’oublions pas en effet que le pouvoir financier de Daesh est fortement lié au pétrole et au gaz. Son empire étant bâti en quelque sorte sur l’exploitation de pétrole low-cost.

En tout état de cause, la nouvelle de l’attentat commis par un étudiant tunisien dans une zone fortement fréquentée par des touristes étrangers, a vite suscité un vaste élan de solidarité sur la toile parmi les Algériennes et Algériens, lesquels ont appelé les Tunisiens à résister face à la horde terroriste comme ils l’avaient fait eux mêmes pendant plus d’une décennie.

Nombreux sont ceux à annoncer, après ce lâche attentat, leur intention de passer leurs vacances dans la charmante ville de Sousse ou encore pour certains à maintenir leur destination déjà choisie cet été, la Tunisie, après le mois de Ramadhan.

Un internaute algérien rappelle qu’ »il ne faut jamais oublier et se souvenir surtout que la Tunisie n’a, à aucun moment, songé à fermer ses frontières aux algériens pendant que l’Algérie luttait seule » contre ces terroristes.

Rappelons en fin que cet attentat endeuille la Tunisie et par delà de nombreuses nations frappés par le décès de leurs concitoyens alors que depuis le 2 juin, des manifestations ont lieu devant des infrastructures pétrolières suite à l’annonce, début mai, de la découverte de réserves d’or noir dans la région. Une campagne lancée anonymement sur Facebook et intitulée «Winnou El Petrole»   («Où est le pétrole ?» en arabe) serait à l’origine de ce mouvement. La réaction sur les réseaux sociaux a été plus que conséquente et  «a débouché sur des manifestations réelles», selon les termes de Le Point Afrique.

- Vers une déstabilisation du pouvoir ?

« Si cette campagne est destinée pour avoir la vérité sur les ressources naturelles, alors elle est légitime, mais si elle vise à saboter le travail du gouvernement, à saper l’économie nationale et à créer des troubles, le ministère la rejette totalement », a tenu à préciser Zakaria Hamad, ministre tunisien de l’Industrie et de l’énergie.

Début juin, le parti au pouvoir, Nidaa Tounes, a exprimé dans un communiqué sa « profonde préoccupation » ainsi que son « mécontentement » quant aux conséquences fâcheuses de la campagne « Où est le pétrole », qualifiant celle-ci de « trompeuse ».
Le parti a par ailleurs, accusé ladite campagne de raviver les sentiments régionalistes, de semer la discorde, de diffuser de fausses informations et d’occulter la vérité sur le sujet de l’énergie et des ressources pétrolières. Nidaa Tounes a également condamné l’escalade « dangereuse » et « irresponsable » ciblant les sociétés pétrolières nationales et étrangères qui a dégénéré, selon les termes du communiqué, en menaces « directes » contre les individus, les familles et les biens. « Ce qui nuit aux intérêts nationaux sensibles et stratégiques ».

- L’annonce de Mazarine Energy met le feu aux poudres - 

Une annonce faite début mai, par Edward Van Kersbergen, président exécutif de Mazarine Energy, groupe néerlandais d’exploration et de production de pétrole et de gaz» a quelque peu mis le feu aux poudres. Ce dernier annonçait la découverte de pétrole et plus précisément«la première découverte sur le permis de Zaâfrane». «L’exploitation du puits Cat-1 à Chouchet El Atrous, à Douz, est un véritable succès. Cette découverte laisse envisager un grand potentiel», indiquait ainsi Edward Van Kersbergen.
Leblogfinance lui-même est repris comme source dans de nombreux articles pour rappeler qu’en  décembre 2013 «La Banque européenne d’investissement réaffirmait l’existence d’importantes réserves de gaz» en Tunisie.

Quant à moi, je tiens à rappeler ce que j’avais écrit ici-même en pleine tourmente de la révolution du jasmin … en janvier 2011 … « Prémonitoire ? Enjeu final de la révolution tunisienne ? » avais-je indiqué en guise de préambule, ajoutant qu’en  décembre 2009,   déjà, je redoutais le début des problèmes alors que la Tunisie venait d’annoncer avoir concédé à un groupe pétrolier US un permis de recherche dans le golfe de Hammamet. J’évoquais même alors la « malédiction » du pétrole, rappelant que la découverte d’or noir attirait toutes les convoitises des majors pétrolières et plus particulièrement celles de Russie, de Chine et des USA.

Or, à cette même date, les groupes pétroliers se bousculaient en Tunisie. Et parmi eux …. le groupe énergétique autrichien OMV que j’ai d’ores et déjà présenté comme un possible cheval de Troie de la Russie pour mieux maîtriser l’approvisionnement en gaz de l’UE.

Hasard de calendrier ?  le 6 janvier 2011, OMV  renforçait son implantation, déjà importante, en Tunisie via l’acquisition des activités de forage et de production du groupe américain Pioneer Natural ressources.
Rappelons à cet égard qu’OMV disposait déjà de six sites d’exploration et de production en Tunisie, ils devaient alors passer à quinze. Coût de l’opération : un investissement de 800 millions de dollars (610 millions d’euros) pour le groupe autrichien. Une fois le bilan 2010 de Pioneer Natural Resources Tunisia connu, un capital de base tournant autour de 65 millions de dollars (49,5 millions d’euros) devait également être versé.

Sources : presse algérienne, WMC/ TAP, AFP, Le Point Afrique

Elisabeth Studer – 27 juin 2015 – www.leblogfinance.com

A lire également :

La campagne « où est le pétrole » enflamme la Tunisie, malédiction du pétrole ou stratégie bien ordonnée ?

Daesh : un modèle économique basé sur pétrole low-cost et terrorisme, décortiqué dans Capital (M6)

Tunisie : la malédiction du pétrole ?

Partager cet article

Article de

14 commentaires

  1. ES 27 juin 2015 à 18:11

    L’Algérie a condamné, aujourd’hui, avec la «plus grande force » l’attentat terroriste qualifié « d’abject » qui a ciblé des touristes d’un hôtel dans la ville de balnéaire de Sousse en Tunisie, faisant 37 morts et 36 blessés selon un bilan toujours provisoire.
    « Cet acte abominable, commis de sang froid ce vendredi du mois sacré de Ramadan, est une transgression inqualifiable des préceptes de l’islam qui sacralise la vie humaine. Mais c’est là une tentative vaine des terroristes pour porter atteinte aux valeurs de générosité et d’hospitalité du peuple tunisien frère », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Convaincue de l’attachement du peuple tunisien à la paix, l’Algérie lui a exprimé de nouveau son soutien et sa solidarité.
    « En ces moments difficiles, l’Algérie, qui s’est toujours résolument tenue aux côtés de la Tunisie sœur, tient à renouveler son soutien fort et inconditionnel à ce pays et à ses autorités et à poursuivre avec eux l’oeuvre commune et solidaire qui consiste à faire face ensemble au terrorisme et à continuer à agir solidairement et en rang serré pour le défaire définitivement », soutient le MAE.

  2. taghast 27 juin 2015 à 22:13

    Comme chaque année, je viendrai en famille cet été en Tunisie en aout.

  3. retrouvé le retour 27 juin 2015 à 23:27

    Les anglais courent aussi vite que les autres quand vient le moment de sauver sa peau !! Cela fait pas mal de temps que ces imbéciles viennent nous narguer et soutenir les costumes religieux chez nous !! Il faut être complètement fou pour se mettre le cul sur un transat en Tunisie ou en Egypte !! Je suis convaincu que nous allons droit vers une crise géante avec remise des pendules à l’heure.

  4. retrouvé le retour 27 juin 2015 à 23:29

    Tribunal International pour ceux qui ont livré Kadhafi aux islamistes !! Sarko, Juppé, BHL

  5. ES 28 juin 2015 à 01:21

    Une conférence de presse s’est tenue, ce samedi 27 juin 2015, à l’hôtel Riu Impérial Marhaba, à Sousse où un attentat terroriste avait fait vendredi 39 morts et 39 blessés. La directrice de l’établissement, Zohra Driss, également députée à l’ARP, a annoncé qu’une cellule de crise a été créée au sein de l’hôtel, depuis hier, pour assurer le soutien psychologique nécessaire aux survivants et aux familles des victimes.

    Zohra Driss a déclaré que les professionnels du tourisme demandent la création d’un fonds de sauvetage du tourisme tunisien, et ce avec la participation de pays étrangers. Elle a ainsi adressé un message aux pays étrangers en ces termes : « La Tunisie sera le dernier rempart contre le terrorisme ! » soulignant que si l’Europe voulait se prémunir contre d’éventuels attaques d’extrémistes, il faudra commencer par sécuriser la Tunisie.

    La directrice de l’hôtel a également lancé un appel aux forces de l’ordre, pour prendre des mesures exceptionnelles et établir un système sécuritaire qui soit en adéquation avec cette situation de crise. Un système qui se doit d’être “performant et discret”.

  6. ES 28 juin 2015 à 01:22

    Zohra Driss sous la coupole du Bardo
    Posté le: 30 octobre 2014 |

    Elle a été élue dans sa circonscription de Sousse lors des dernières élections législatives. Zohra Driss va siéger à la nouvelle Chambre des Députés sous la bannière Nidaa Tounes. Elle devient ainsi la seconde professionnelle du secteur à être députée (après Abderrazak Cheraït) pour un mandat de 5 ans.

    Zohra Driss est actuellement à la tête de 3 hôtels à Sousse, le Tour Khalef, l’Impérial Marhaba et le Diar El Andalous, outre ses activités dans d’autres domaines, notamment l’agronomie et au sein de l’UTICA (en tant que présidente du Comité Tunisie-France).

    Issue d’une grande famille d’hôteliers (fille de M’Hamed Driss, fondateur entre autres de la chaîne Marhaba), elle sera à n’en pas douter l’un des porte-paroles et des porte-drapeaux de tout un secteur. Elle a d’ailleurs manifesté à plusieurs reprises son attachement à une politique fiscale moins rude à l’égard de l’hôtellerie.

    Les professionnels attendent d’ailleurs beaucoup d’elle pour porter leurs messages aux autres élus du peuple.

  7. ES 28 juin 2015 à 01:24

    c’est vraiment le tourisme, et donc l’economie tunisienne qui est visée :

    Le tourisme envoie deux députés au Bardo Economie, International, Politique, Tunisie | 30/10/2014 zohra driss députée et femme d’affaire tourisme tunisie

    Le monde de l’hôtellerie et du tourisme aura deux députés dans le prochain Parlement : Zohra Driss et Abderrazak Cheraiet .
    Deux personnalités aux caractères et à l’itinéraire différents mais qui défendront la même cause sous deux angles de tir bien distincts .
    Zohra Driss :
    Originaire de Sousse , la ville qui a le mieux intégré le tourisme dans son tissu économique et social , Zohra Driss qui est la fille de M’hamed Driss , l’un des grands promoteurs-bâtisseurs de l’histoire de l’hôtellerie tunisienne, se trouve à la tête de trois grands établissements hôteliers à Port El Kantaoui et à Sousse . De plus sa formation académique en fait une grande promoteur de projets agricoles modernes .
    En tant que future députée , je la vois défendre bec et ongles les intérêts d’une hôtellerie et d’un tourisme balnéaire de masse qui constituent , quoiqu’on dise, l’ADN même du tourisme tunisien .
    Le label Driss délivre une qualité standard décriée , certes , mais d’une efficacité redoutable consistant en l’offre d’un rapport qualité prix sans velléité de bradage ou de prétention de qualité fictive .
    Faisant preuve d’un réalisme partagé par toute la tribu Driss, elle se positionne de plus en plus comme l’interface entre la Profession et l’Administration , adoptant souvent des positions où la rigueur n’exclut pas le sens du compromis .
    Son intelligence et son charme seront certainement remarquées dans les travées du Palais du Bardo .
    Abderrazak Cherait :
    Enfant du Jérid, il est du genre Self-made man fonceur et atypique. Doué pour les affaires et féru de culture , il met autant de passion à monter un projet hôtelier ou industriel qu’à réaliser des rêves qualifiés de « folies » touchant des domaines aussi diversifiés que l’animation touristique , la muséographie , l’édition de luxe ou la sauvegarde de patrimoine urbain et architectural .
    Son passage à la tête de la mairie de Tozeur a permis de restituer à sa ville natale son âme et sa signature spécifique de construction en briques , saluée aujourd’hui par les visiteurs et les architectes du monde entier.
    Critiqué et contesté au début de toute part, son fameux Musée Dar Cheraiet a littéralement transformé la fréquentation touristique du Jerid en la faisant passer d’un zapping stérile de quelques heures à un séjour de quelques nuitées avec les effets d’entraînement qu’on devine .
    Son souci d’innover et de s’inspirer du patrimoine local n’a pas toujours été bien compris par une administration rétive et compliquée dont il a toujours dénoncé avec véhémence la lenteur , le classicisme et l’inertie .
    En tant que député , je le vois défendre efficacement et à sa façon le tourisme oasien et saharien et préconiser un tourisme innovateur , responsable , intégré et durable .
    Avec les profils des deux députés , Zohra Driss et Abderrazak Cheraiet , le tourisme tunisien peut espérer compter sur deux « avocats » capables de défendre aussi bien le tourisme balnéaire de masse dont le pays a encore grandement besoin pour au moins les cinq années à venir qu’un tourisme innovant et intelligent avec une valeur ajoutée capable de casser la fatalité d’une rentabilité plus que douteuse et d’une saisonnalité encore trop marquée .
    On ne peut que leur souhaiter bon vent sur les bancs du Palais du Bardo .

    Par Wahid Ibrahim le 31octobre 2014

    • www.juniorcar.fr 7 mars 2017 à 16:15

      Je suis marocain et je suis très content pour cette solidarité.

  8. ES 28 juin 2015 à 01:28

    L’hôtel attaqué, l’Imperial Marhaba, géré par une société espagnole, appartient en faità Mme Zohra Driss, députée de Nida Tounès, le parti au pouvoir. Même la clinique des Oliviers où sont soignés plusieurs blessés lui appartient. Ceci explique peut-être cela : « le personnel politique tunisien est en grande partie originaire de Sousse » confie à l’Humanité un ami tunisien.Autrement dit, les terroristes ont frappé un symbole à la fois politique et touristique.
    Les autorités sont consternées. Après l’attentat du Bardo et la solidarité internationale qui s’était exprimée, le gouvernement tunisien croyait avoir fait le plus dur. La sécurité avait été renforcée. Mieux, contrairement à l’Algérie où le ministère des Affaires étrangères français déconseillait aux ressortissants français de se rendre sauf pour raisons professionnelles, la Tunisie tout comme le Maroc ne sont pas considérés comme des zones à risque. François Hollande, qui s’était rendu au Bardo, n’avait-il pas appelé les français à visiter la Tunisie ? Fort de ce soutien, les autorités tunisiennes s’attendaientà un regain du tourisme. Aussi, passée la tragédie du Bardo, ont-elles sans doute sous-estimé la menace terroriste alors que dans la Libye toute proche, l’Etat islamique marque des points, étend son emprise et menace la Tunisie. Le président Béji Caïd Essebsi, qui s’est rendu sur les lieux, a annoncé que l’agrément accordé au parti salafiste Hizb Tahrir sera réexaminé. Et selon, certaines sources, les autorités vont interdire aux moins de 35 ans de quitter le territoire national.

  9. retrouvé le retour 30 juin 2015 à 00:07

    ” la Tunisie tout comme le Maroc ne sont pas considérés comme des zones à risque.”

    Bon voyage les copains et demain la crise avec en plus un oeil ou un bras en moins. Super !!

  10. ES 30 juin 2015 à 00:12

    Attentat de Sousse : le Pentagone veut-il installer une base en Tunisie ?

    Twitter Facebook Pinterest Google Plus Linkedin email
    Publié le : lundi 29 juin
    Mots-clés : Défense; États-Unis; Géopolitique; International; OTAN; Sionisme; Tunisie
    Commentaires : 14
    Source : algeriepatriotique.com

    1
    2
    3
    4
    5
    29 votes
    Dans une déclaration au journal El-Bilad, parue ce samedi, le général-major à la retraite et analyste politique Abdelaziz Medjahed, a estimé que l’attentat terroriste qui a endeuillé la Tunisie, et revendiqué par Daech, est « une forme de pression exercée sur ce pays pour l’amener à accepter l’installation d’une base militaire américaine sur son sol ».

    « Ainsi, juge le général Medjahed, les États-Unis pourraient enfin mettre en place l’Africom (Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique) au Maghreb, dix ans après sa création. » Selon cette analyse, l’attentat de Sousse « participerait d’un plan visant à créer le climat favorable en Tunisie pour prendre cette décision ».

    Plus globalement, cette attaque contre un complexe touristique à Sousse cadre, selon le général Medjahed, « avec un vieux plan sioniste visant à favoriser le démembrement du monde arabe, depuis les accords de Sykes-Picot durant la Grande Guerre et les accords de Malte à la fin de la Seconde Guerre mondiale ». Le processus se poursuit : « Après la chute de l’Union soviétique et de l’ex-bloc de l’Est, fait remarquer l’ex-officier, un nouveau plan de partition des pays arabes a été mis en marche, lequel plan s’illustre par l’installation de bases militaires des puissances occidentales dans plusieurs pays de la région. »

    Pour lui, le rôle joué par Nicolas Sarkozy et Bernard-Henri Lévy en Libye s’inscrit en droite ligne de ce plan sioniste. Ainsi, les Etats-Unis disposent de quatorze bases dans les seuls pays du Golfe, et de cinq en Afrique, tandis que la France en dispose de six. « Cette présence, souligne le général à la retraite, dénote une volonté claire des grandes puissances d’imposer leur hégémonie sur la région, dans le but d’empêcher la montée des pays émergents comme la Russie et la Chine, en faisant des pays arabes des lignes de défense de l’Occident. »

    À noter que des soupçons sur l’existence d’un accord secret pour l’installation d’une base militaire américaine en Tunisie sont apparus lors de la visite effectuée par le président tunisien, Béji Caid Essebsi, à Washington, en mai dernier, où il a rencontré le président Barack Obama. Celui-ci a déclaré que son pays envisageait de faire de la Tunisie « un partenaire stratégique majeur hors de l’OTAN ».

  11. Taxi Vienne 3 juillet 2015 à 18:18

    Il n’est pas certain que les Tunisiens voient d’un bon œil l’arrivée massive des Algériens qu’ils ne peuvent sentir… En même temps, les dinars n’ont pas d’odeur!

    • Nenuphar 6 juillet 2015 à 09:26

      @ Taxi Vienne, Où avez-vous eu cette saugrenue idée ?

      Vous racontez des bobards comme ceux qu’on entend dans les taxis.

      Même chez vous, en fRANCE ou encore au Maroc les dinars n’ont pas d’odeurs.

      La Tunisie a été le seul pays qui n’a pas fermé sa frontière aux algériens pourchassés par des terroristes et vous, vous venez nous bassinez avec vos slogans à deux balles.

      Vous ne méritez même pas que je vous insulte car j’ai trop de respect pour les déchets.

Commenter cet article

Cliquez ici pour annuler la réponse.