Le Blog Finance

2014 : année difficile pour le secteur du diamant en Israël

Elisabeth Studer Actualités, Economie Commentaires fermés

“2014 aura été une année très difficile pour l’industrie du diamant  en Israël. Tous les centres de diamants dans le monde ont fait état d’une baisse significative de leur profitabilité”. Tels sont les propos du contrôleur du secteur du diamant du ministère israélien du commerce, Shmuel Mordechai.

En effet, si les exportations de diamants taillés et bruts en provenance d’Israël  ont connu une légère augmentation à 9,32 milliards de dollars (7,82 milliards d’euros) en 2014, contre 9,16 milliards de dollars (7,69 milliards d’euros) en 2013, les importations de diamants taillés et bruts ont atteint environ 8,5 milliards de dollars (7,14 milliards d’euros) en 2014. Situation conduisant au final à une “très faible marge de profit”, engendrant même des pertes pour certains professionnels.

Rappelons qu’Israël ne produit pas de diamants, mais en fait le négoce et la taille. Les pierres sont importées essentiellement d’Afrique ( à partir de la République centrafricaine notamment, pays où la jeune photo-journaliste Camille Lepage a trouvé la mort en mai dernier, lors d’une attaque qui pourrait avoir quelque lien avec le secteur diamantaire ), d’Australie et du Canada.

Autre cause de ces mauvaises performances : l’opération “Bordure Protectrice” menée par l’armée israélienne dans la bande de Gaza en juillet et août aura – selon le contrôleur – créé des conditions défavorables au secteur.

Ce conflit avait conduit à l’annulation de la semaine internationale du diamant prévue en Israël en septembre, provoquant des “pertes de plusieurs centaines de millions de dollars en termes de ventes”, a ainsi ajouté M. Mordechai.

Autres facteurs baissiers : le conflit entre la Russie et l’Ukraine, ainsi que la baisse du rythme de la croissance de l’économie chinoise.

Les principaux pays clients pour les diamants taillés en provenance d’Israël auraient été respectivement pour 2014 : les Etats-Unis (38%), Hong-Kong (30%) – en tant que plate-forme de distribution vers le marché chinois – suivis de la Belgique (8,5%), de la Suisse (6,5%) et du Royaume Uni(3,7%).

Sources : AFP, i24news

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 16 janvier 2015

Partager cet article

Article de

Les commentaires sont fermés