Le Blog Finance

Meilleurs vœux 2015 sur la planète finance !

En vue de démontrer si besoin était que finance et géopolitique sont des sujets planétaires, c’est en esperanto que www.leblogfinance.com  a choisi de vous souhaiter la bonne année !

Alors que les grandes puissances de ce monde redoublent d’effort pour que leur monnaie respective devienne « la » référence, plongeant le dollar, l’euro , le rouble, le yuanet que sais-je encore - dans une bataille effrénée, j’ai donc choisi cette langue pour vous adresser mes meilleurs vœux !!!

Et pour revenir sur l’aspect financier  de la chose, à l’heure de l’élargissement de l’Union européenne, Union qui en 2015 aura pour large défi de tenter d’endiguer l’influence des Etats-Unis sur ses pays membres, voire sur ses propres institutions et ses propres politiques, rappelons ce que disait l’économiste suisse François Grin en mars 2004.

Il affirmait que l’Union européenne appliquait alors officiellement un régime de type panarchique où toutes les langues sont égales, précisant d’entrée qu’il s’agissait du « régime le plus gourmand en directions de traduction ». De 110 en mars 2014, il tablait sur 420 après l’élargissement. Or, à cette date, les frais de traduction et d’interprétation des instances de l’Union européenne se montaient à € 685,9 millions par année. Somme représentant environ 0,8% du budget de l’Union. Un coût exorbitant dans une Europe désormais avec 24 langues officielles.

Comparant une Europe à 21 langues officielles à une Europe à six langues officielles (anglais, français, allemand, italien, espagnol, polonais, donc 30 directions de traduction pour un coût total de 187,2 millions d’euros par an, soit environ 41 centimes par habitant), le fait de renoncer aux quinze autres langues officielles représente donc une économie annuelle de l’ordre de €5,38 par habitant et par an avait alors chiffré François Grin.

Ajoutant que cette « économie serait sans doute payée fort cher : en effet, les Suédois, les Portugais, les Slovènes, les Hongrois, etc. seraient contraints de s’exprimer, oralement et par écrit, dans une autre langue que la leur ».

« Il ne s’ensuivrait pas seulement une fragilisation de leur position dans toute situation de débat ou de négociation » mais une « autre conséquence prévisible » selon lui serait « l’avantage tendanciel à l’embauche des locuteurs natifs de l’une ou l’autre des six langues officielles ». « En renonçant, pour leur langue, au statut d’officialité, les pays concernés préparent la mise sur la touche de leurs ressortissants pour de nombreuses carrières attrayantes, y compris en termes financiers » avait-il ajouté.

Elisabeth Studer – 31 décembre 2014 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Russie : vers une interdiction de circulation des dollars US ?

Partager cet article

Article de

19 commentaires

  1. Hocine Satour 1 janvier 2015 à 14:20

    mes meilleurs vœux pour 2015.

  2. Camy 1 janvier 2015 à 15:47

    La situation évoquée est d’ailleurs une des raisons qui sont à l’origine de la Lettre Ouverte à F. Hollande ci-jointe:
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lettre-ouverte-a-m-francois-160326
    Oui, c’est cela, dénonçons cette politique linguistique qui conduit environ 90% des habitants de l’Europe, comme de la planète, à parler la langue des 10% restants !! alors qu’une solution très économique et relativement équitable existe.

  3. Elisabeth Studer 1 janvier 2015 à 20:46

    merci bcp pour vos commentaires !

  4. Elisabeth Studer 1 janvier 2015 à 20:50

    5 décembre 2014 ! très récent donc … comme quoi, les grands esprits se rencontrent …
    Il est vrai que le choix des langues va être un enjeu stratégique pour demain, la langue étant le support des négociations.

  5. Camy 1 janvier 2015 à 23:22

    Les grands esprits..! plus modestement ici je parlerai d’esprit de bon sens..ce dont manquent, avec le courage, nos « pilotes ». Kore.

  6. Gaston RIERA 2 janvier 2015 à 12:46

    Chaleureux remerciements à Elisabeth Studer
    pour ses vœux 20015 dans la langue recherchée et choisie par l’ Institue International de Coopération Intellectuelle au sein de  » L’UNESCO OUBLIÉE » ( SdN )
    Les intellectuels de cette époque semble bien avoir été « oubliés » dans les commémorations du centenaire de la Grande Guerre.

  7. Henri Masson 2 janvier 2015 à 13:49

    Dankon pro via bela surprizo ! ;-)

    Merci pour votre belle surprise ! ;-)

    Même s’il est vrai que Davos ne veut rien d’autre que l’anglais : « A Davos, lors du fameux World Economic Forum, le français a été mis au ban des langues admises. Il faut y parler anglais, et nos représentants les plus illustres acceptent ce diktat au nom d’un mondialisme anglo-saxon. »

    Le Journal des Finances , 22 au 28 mars 1997

    Feliĉan jaron al vi !

  8. Thierry Saladin 2 janvier 2015 à 13:52

    Bravo pour votre initiative. Recommecez-donc l’année prochaine de nouveau avec l’espéranto, cela permettrait d’ouvrir quelque peu les esprits, trop souvent aveuglés par un pseudo anglo-américain salvateur et qui n’est qu’une machine à rendre les peuples incultes.
    S’agissant du Rapport de François Grin, il disait aussi (et surtout) que 90% des Européens avaient intérêt à passer par l’espéranto au sein de l’Union Européenne.? Celle-ci n’en a pas tenu compte, cela ne vous étonnera pas, n’est-ce pas?

    Gratulon pro viaj bondeziroj en Esperanto.

    Kore.

    Thierry Saladin

  9. retrouvé le retour 2 janvier 2015 à 19:10

    Ceux qui croient malin de parler la langue des « mange merde » sont libre comme les Russes qui ont fait des emprunts e $

  10. Elisabeth Studer 2 janvier 2015 à 23:52

    merci à tous, très sincèrement !!!!

  11. Lucien Bresler 4 janvier 2015 à 17:55

    Merci pour vos voeux.

    Bonan novan jaron ; Bonne nouvelle année.

  12. Elisabeth Studer 4 janvier 2015 à 18:14

    merci !! dankon !

  13. retrouvé le retour 4 janvier 2015 à 19:14

    ES:
    Qui a un nom dont la dernière syllabe pourrait phonétiquement porter à confusion (K.O.N.)
    Je ne vois pas son commentaire !

  14. Elisabeth Studer 5 janvier 2015 à 00:25

    dankon : merci en esperanto ;-)

  15. Laurent VIGNAUD 6 janvier 2015 à 00:34

    Merci de rappeler à nos dirigeants que l’espéranto peut aussi faire économiser beaucoup d’argent, en plus d’être une langue juste pour tous (chacun fait un pas vers l’autre) et propédeutique.

    Quand nos élites auto-proclamées (et pas toujours élues) daigneront se pencher sur l’espéranto, alors ce sera une révolution pour tous les citoyens, à moins que ceux-ci ne s’en soient emparé avant.

    En effet, ce sera une révolution quand tous les Européens laissés sur la touche se rendront compte que communiquer à l’international peut se faire sans forcément prendre la langue de la puissance dominante du moment.

    Mais, soyons lucides, quel que soit le régime de gouvernance, ceux qui sont au pouvoir ne veulent pas que ça change : ils ont de l’argent (cf. leur patrimoine, et encore, en France, les revenus ne sont pas publics…) pour, par exemple, envoyer leurs enfants faire des stages linguistiques aux États-Unis, en Australie, etc. enfants qui auront donc plus tard les meilleurs emplois, donc davantage d’argent pour leurs enfants, etc. Bref, un cercle vicieux que l’espéranto pourrait facilement briser. En quelques mois, sans exagérer (perso, j’ai appris en 3 mois), tous les Européens pourraient communiquer bien mieux qu’aujourd’hui, et donc aussi des économies de temps et d’argent pour d’autres matières scolaires, pour le social, la santé, etc. Mais non, tout le monde baragouine l’anglais (ou essaie, car on met aussi sur la touche la génération des plus âgés) et on continue à vouloir supprimer d’autres matières (cf. Histoire-Géo), à fermer des maternités, des classes d’écoles, etc.

    Trahison des élites, donc faisons un vœu pour 2015 que nos politiciens soient tous honnêtes et pensent d’abord au peuple plutôt qu’à eux… On peut rêver…

  16. Thierry Saladin 6 janvier 2015 à 12:32

    Madame Studer,

    Bonan novan jaron 2015, kaj denove dankon pro via iniciato.

    Bonne année 2015, et de nouveau bravo pour votre initiative.

    Il ne vous reste plus qu’à vous documenter par vous-même sur ce qu’est cette langue, sur les valeurs qu’elle porte en elle, et à aller plus loin.
    Mais cela ne relève que de votre propre arbitre.

    Pour info, je suis conférencier sur la question des langues en Europe. Voyez s’il y aurait une possibilité de nous rencontrer pour en parler ou d’échanger par Internet.

    Kore.

    Thierry Saladin

  17. ES 6 janvier 2015 à 20:41

    @Thierry Saladin : tout d’abord meilleurs voeux.
    Je crois comprendre que vous êtes sur Montpellier.
    Si tel est le cas, nous ne sommes pas loin, puisque je suis toulousaine !!
    mon adresse mail : prenom.nom at wanadoo.fr

  18. Johnathan Gravier 7 janvier 2015 à 08:21

    Bonne année à vous aussi ! Que cette année soit prospère pour nous tous !

  19. ES 7 janvier 2015 à 09:33

    oui, merci !! sachant que chacun a sa vision personnelle de la prospérité !!!

Commenter cet article