Le Blog Finance

L’Iran veut développer la production de gaz de South Pars … et dépasser le Qatar

Mythe ou réalité ? L’avenir nous le dira … en tout cas de telles annonces pourraient expliquer le réchauffement des relations entre l’Iran et l’Occident …  Selon le directeur adjoint de la zone, Abbas Dolatizadeh, les  volumes de gaz extraits du champ iranien de South Pars devraient augmenter de 100 million de mètres cube par jour d’ici la fin de l’année iranienne (laquelle s’achève le 20 mars 2014).

Le responsable a par ailleurs indiqué que l’exploitation actuelle des différentes phases de South Pars offrait plus de 280 millions de mètres cubes de gaz, le journal Fars News indiquant pour sa part que la zone fournissait 44% des besoins de l’Iran.

Lors d’une visite dans la ville de Asalouyeh, située dans la province de Bushehr, le Président iranien, Hassan Rouhani, a quant à lui précisé qu’à terme – soit d’ici les 4 prochaines années, les revenus issus du champ gazier passeront de 40 billions de dollars à 100 billion de dollars.
Le dirigeant ajoutant qu’il pouvait promettre à la nation iranienne que le gouvernement, qu’à terme, la production de South Pars atteindrait non seulement le niveau des volumes extraits par son voisin le Qatar sur le champ de North Dome, mais qu’elle les dépasserait.

Propos destinés certes à la population iranienne, faisant également office de défi par rapport à ses voisins, tout en laissant entendre aux puissances occidentales que l’Iran dispose de moyens de pression pour infléchir leur position face à son programme nucléaire controversé. Voire pourrait même atteint d’une même boulimie d’achats que son partenaire qatari ? Qui sait …

Rappelons que le champ gazier de South Pars est un champ de gaz naturel condensé, situé dans le golfe persique. Il s’agit du plus grand champ gazier mondial, partagé entre l’Iran et le Qatar.
Selon l’AIE (Agence Internationale de l’Energie), la zone renferme 51 trillion de mètres cube de gaz naturel in situ, et 7,9 milliards de mètres cubes de condensat de gaz naturel.  Selon les medias iraniens, la production actuelle de gaz extraite par le Qatar à partir de la zone est plus de 5 fois supérieure à celle de l’Iran.

Sources : Associated Press, Natural Gas Asia

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 3 décembre 2013

A lire également :

. Qatar : une boulimie d’achat liée aux contrats entre France et Iran ?

Partager cet article

Article de

15 commentaires

  1. Elisabeth Studer 10 décembre 2015 à 00:40

    On ne reparle alors que Qatar et Iran sont sur le devant de la scene actuellement
    Pas de hasard …

    Phase 19 of Iran’s South Pars to Produce Gas by March 2016: Official
    News ID: 934759 Service: Economy
    December, 05, 2015 – 14:33

    TEHRAN (Tasnim) – Iran will start producing gas from one of the platforms of phase 19 of the country’s South Pars gas field by the end of the current Iranian year (March 19, 2016), the managing-director of Pars Oil and Gas Company announced.

    Efforts are underway to start producing gas from a platform of the phase, Ali Akbar Shabanpour was quoted as saying by the official website of the oil ministry.

    He further emphasized that gas has already been pumped to the refinery of Phase 18 of the South Pars gas field.

    The official went on to say that increasing gas production capacity in the phases 15 to 19 of the giant gas field is among the priorities of the Pars Oil and Gas Company.

    The South Pars gas field, whose development has been divided into 28 phases, is located in the Persian Gulf straddling the maritime border between Iran and Qatar.

    It is estimated that the Iranian section of the field contains 14 trillion cubic meters of gas and 18 billion barrels of condensates in place.

    South Pars is part of a wider gas field that is shared with Qatar. The larger field covers an area of 9,700 square kilometers, 3,700 square kilometers of which are in Iran’s territorial waters (South Pars) in the Persian Gulf. The remaining 6,000 square kilometers, referred to as the North Dome, are in Qatar’s territorial waters.

  2. Elisabeth Studer 10 décembre 2015 à 00:44

    Tout est dit !

    La guerre ultime pour le contrôle des pipelines se joue en Syrie

    Par Pepe Escobar
    Strategic Culture Foundation, le 8 décembre 2015

    article original : “Syria: Ultimate Pipelineistan War”

    La Syrie est une guerre de l’énergie. Elle met en scène une compétition géopolitique vicieuse entre deux projets de gazoducs concurrents. C’est la guerre ultime du Pipelineistan, terme que j’ai inventé, il y a longtemps, pour décrire les champs de bataille impériaux pour le contrôle de l’énergie au 21ème siècle.

    Tout a commencé en 2009, lorsque le Qatar a proposé à Damas la construction d’un pipeline, depuis son [gisement gazier de] North Field[1] — contigu avec le gisement de South Pars qui appartient à l’Iran —, traversant l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Syrie et toute la Turquie, pour approvisionner l’Union Européenne.

    À la place, Damas a choisi en 2010 de donner la faveur au projet concurrent, le [gazoduc] Iran-Irak-Syrie de 10 milliards de dollars, connu également sous le nom de « pipeline islamique ». Cet accord fut officiellement annoncé en juillet 2011, lorsque la tragédie syrienne était déjà en mouvement. En 2012, un protocole d’accord a été signé avec l’Iran.

    Jusque-là, la Syrie était éliminée, sur le plan géostratégique, parce qu’elle n’avait pas autant de pétrole et de gaz que le pétrodollar club du CCG. Mais, les initiés connaissaient déjà son importance en tant que corridor énergétique stratégique. Plus tard, l’importance de la Syrie s’accrut avec la découverte d’un potentiel offshore pétrolier et gazier conséquent.

    L’Iran, pour sa part, est une puissance pétrolière et gazière établie. Une agitation persistante à Bruxelles — toujours incapable de proposer une politique énergétique européenne unifiée après plus de 10 ans — témoignait de l’enthousiasme européen à peine voilé pour le pipeline islamique ; ce serait la stratégie idéale pour se diversifier et s’éloigner du russe Gazprom. Mais, l’Iran se trouvait sous le coup des sanctions américaines et européennes liées au nucléaire.

    Cela finit par se transformer en raison stratégique primordiale, au moins pour les Européens, en vue d’une solution diplomatique sur le dossier nucléaire iranien ; un Iran « réhabilité » aux yeux de l’Occident est capable de devenir une source d’énergie essentielle pour l’UE.

    Cependant, du point de vue de Washington, un problème géostratégique subsistait : comment casser l’alliance entre Téhéran et Damas ? Et, au bout compte, comment casser l’alliance entre Téhéran et Moscou ?

    L’obsession « Assad doit partir » à Washington est une hydre à plusieurs têtes. Elle implique de casser l’alliance entre la Russie, l’Iran, l’Irak et la Syrie (à présent très efficace en tant qu’alliance « 4+1 », incluant le Hezbollah, laquelle combat activement toutes les variantes du djihadisme salafiste en Syrie). Elle implique également d’isoler la coordination énergétique entre ces pays, au profit de ses clients/vassaux pétromonarchiques du Golfe, liés aux géants américains de l’énergie.

    D’où, la stratégie de Washington, jusqu’à présent, d’introduire en Syrie la logique légendaire de l’Empire du Chaos : attiser les flammes du chaos intérieur, une opération planifiée à l’avance par la CIA, l’Arabie Saoudite et le Qatar, avec comme dénouement un changement de régime à Damas.

    À Washington, un pipeline Iran-Irak-Syrie est inacceptable, non seulement parce que les vassaux des États-Unis seraient perdants, mais surtout parce qu’en terme de guerre des monnaies, celui-ci court-circuiterait le pétrodollar. Le gaz iranien en provenance de South Pars s’échangerait dans un panier alternatif de devises.

    Combinez cela à la notion tordue, largement partagée à Washington, que ce gazoduc impliquerait que la Russie contrôle encore plus les flux gaziers depuis l’Iran, la Mer Caspienne et l’Asie Centrale. Sottises ! Gazprom a déjà dit être intéressé dans certains aspects de cet accord, mais que c’est essentiellement un projet iranien. En fait, ce pipeline représenterait une alternative à Gazprom.

    Néanmoins, la position de l’administration Obama a toujours été de « soutenir » le pipeline qatari « comme un moyen de faire contrepoids à l’Iran et, en même temps, de diversifier les approvisionnements gaziers de l’Europe en les éloignant de la Russie ». Par conséquent, l’Iran et la Russie étaient tous deux configurés comme « l’ennemi ».

    La Turquie : un carrefour

    Prenant en compte l’immense pression des Etats-Unis et des puissants lobbies du Qatar dans les principales capitales Européennes, le projet qatari, emmené par Qatar Petroleum, comme l’on pouvait s’y attendre, est parvenu à séduire divers Européens. Ce pipeline courrait sur une partie de l’itinéraire de l’opéra du Pipelinistan tristement célèbre, le défunt Nabucco, un projet dont le siège se trouvait à l’origine à Vienne. L’UE soutenait donc implicitement depuis le début l’offensive en vue d’un changement de régime à Damas — qui pourrait avoir coûté jusqu’à maintenant à l’Arabie Saoudite et au Qatar au moins 4 milliards de dollars (et l’addition continue de s’alourdir). C’était une intrigue très similaire au djihad afghan des années 1980 : les Arabes finançant et armant une clique multinationale de djihadistes/mercenaires, aidés par un intermédiaire stratégique (le Pakistan dans le cas de l’Afghanistan, la Turquie dans le cas de la Syrie), mais combattant aujourd’hui directement une république arabe laïque.

    Mais, le jeu s’est évidemment durci, avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et Israël passant progressivement à la vitesse turbo avec toutes sortes d’opérations secrètes privilégiant les rebelles « modérés » et autres, avec le même objectif d’un changement de régime.

    Désormais, le terrain de jeu s’est encore étendu, avec la réserve offshore de gaz naturel récemment découverte dans toute la Méditerranée orientale — au large d’Israël, de la Palestine, de Chypre, de la Turquie, de l’Egypte, de la Syrie et du Liban. Toute cette zone pourrait contenir jusqu’à 1,7 milliards de barils de pétrole et jusqu’à 122.000 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Et ce pourrait n’être que le tiers de la totalité des réserves de combustibles fossiles dans le Levant.

    Du point de vue de Washington, le jeu est clair : essayer d’isoler autant que possible de ce nouveau filon exceptionnel en Méditerranée orientale la Russie, l’Iran et un « régime inchangé » en Syrie.

    Et cela nous conduit à la Turquie — à présent dans la ligne de mire de Moscou après avoir abattu le Su-24.

    L’ambition d’Ankara, en vérité, son obsession, est de positionner la Turquie comme le carrefour énergétique majeur pour toute l’UE. (1) En tant que centre de transit pour le gaz iranien, d’Asie Centrale, et, jusqu’à maintenant, russe (le gazoduc Turkish Stream est suspendu, pas annulé). (2) En tant que plate-forme centrale pour les découvertes gazières majeures en Méditerranée orientale. (3) Et en tant que plaque tournante pour le gaz importé du Gouvernement Régional du Kurdistan (KRG) au nord de l’Irak.

    Dans le projet de pipeline qatari, la Turquie joue le rôle de carrefour énergétique clé. Mais, il est toujours important de se rappeler que le pipeline du Qatar n’a pas besoin de traverser la Syrie et la Turquie. Il pourrait aisément traverser l’Arabie Saoudite, la Mer Rouge, l’Egypte et rejoindre la Méditerranée orientale.

    Donc, du point de vue de Washington, ce qui importe le plus, une fois encore, dans ce tableau d’ensemble, est d’« isoler » l’Iran de l’Europe. Le plan de jeu de Washington consiste à privilégier le Qatar, et non l’Iran, comme source d’approvisionnement, et la Turquie comme plate-forme centrale afin que l’UE se diversifie de Gazprom.

    C’est la mème logique qui se trouve derrière la construction du coûteux pipeline Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC), facilité en Azerbaïdjan par Zbigniew Brzezinski, alias le «Grand Echiquier», en personne.

    Telles quelles, les perspectives pour ces deux pipelines sont vraiment lugubres. Le processus de paix de Vienne concernant la Syrie n’aboutira nulle part tant que Riyad insistera pour maintenir ses mafias armées sur la liste « non-terroriste », et qu’Ankara continuera de permettre le libre flux de djihadistes à travers sa frontière, tout en étant engagé dans un business louche avec le pétrole syrien volé.

    Ce qui est certain est que la Syrie, tant sur le plan géopolitique qu’économique, est bien autre chose qu’une simple guerre civile : c’est une partie vicieuse de Pipelineistan qui oppose les puissances sur un échiquier complexe et vertigineux, où le Grand Prix représentera une victoire majeure dans les guerres énergétiques du 21èmesiècle.

    Copyright 2015 Pepe Escobar/[JFG-QuestionsCritiques]

    Note :
    _________________
    [1] North Dome, North Field ou encore South Pars est un gisement offshore de gaz naturel situé à cheval entre les eaux territoriales de l’Iran et du Qatar dans le golfe Persique.

  3. hi 24 janvier 2019 à 20:59

    Hmm is anyone else encountering problems with the pictures
    on this blog loading? I’m trying to find out if its a problem on my end or if it’s
    the blog. Any feedback would be greatly appreciated.

  4. Graciela 26 janvier 2019 à 02:36

    That is true for investment advice as effectively.

  5. Dianne 27 janvier 2019 à 06:28

    This is true for investment recommendation as properly.

  6. Janna 27 janvier 2019 à 16:53

    Thanks to your curiosity in Funding Recommendation.

  7. brazil flag vector 27 janvier 2019 à 21:52

    You actually make it seem so easy with your presentation however I find this topic to be really one thing
    which I believe I might by no means understand.
    It sort of feels too complicated and extremely wide for me.
    I am looking forward in your next publish, I will try to get
    the hold of it!

  8. Dian 27 janvier 2019 à 22:33

    That is true for funding recommendation as well.

  9. Kina 6 février 2019 à 03:22

    This is true for investment advice as properly.

  10. Ernie 7 février 2019 à 04:00

    This is true for investment advice as properly.

  11. Joey 8 février 2019 à 05:15

    This is true for investment advice as well.

  12. Reyes 9 février 2019 à 04:58

    That is true for funding advice as properly.

  13. Berry 11 février 2019 à 02:00

    Now it’s time to choose your particular investments.

  14. Marti 11 février 2019 à 02:54

    All types of investments include certain dangers.

  15. Hallie 15 février 2019 à 01:49

    A financial advisor is your planning partner.