Le Blog Finance

Israël / Palestine : la guerre des taxes

Elisabeth Studer Actualités, Economie Un commentaire

Réponse du berger à la bergère … Ou quand la finance devient une arme redoutable …
Alors que la Palestine vient d’obtenir le statut d’Etat observateur à l’ONU …. la réaction d’Israël ne s’est pas fait attendre.

Le gouvernement israélien a en effet annoncé dimanche qu’il bloquait le transfert des taxes collectées par Israël au profit de l’Autorité palestinienne.

Au début du conseil des ministres hebdomadaire, le ministre des Finances Youval Steinitz a ainsi déclaré le blocage des 460 millions de shekels (environ 92 millions d’euros) qui devaient être transférés ce mois-ci.

« Nous avons dit dès le début que le rehaussement du statut de la Palestine à l’ONU ne se produirait pas sans réaction de la part d’Israël » a par ailleurs tenu à rappeler M. Steinitz.
Ajoutant que les taxes dues à l’Autorité palestinienne pour le mois courant seraient utilisées pour rembourser les dettes dues par l’Autorité palestinienne à la compagnie nationale d’électricité israélienne.
Vendredi, le gouvernement israélien avait déjà annoncé son intention de construire 3.000 logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupés. Une manière de s’opposer au vote de l’Assemblée générale de l’ONU concernant la Palestine.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ainsi donné l’ordre de continuer les constructions dans la zone E1, source de conflits, située entre Maalé Adoumim et Jérusalem.

Ce projet, bloqué depuis des années à l’  »initiative » des Etats-Unis a pour objectif affiché de rattacher la colonie juive de Maalé Adoumim, en Cisjordanie, à des quartiers de colonisation de Jérusalem-Est.
Ce qui, le cas échéant, couperait pratiquement en deux la Cisjordanie, rendant on ne peut plus difficile la création d’un Etat palestinien. Ne dit-on pas diviser pour mieux régner …. ?

Il y a quelques heures encore, certains observateurs laissaient entendre que les autorités israéliennes ne pouvaient pas interrompre le versement du produit des taxes collecté au profit de Ramallah sur les importations palestiniennes, mesures « habituellement » utilisées en guise de représailles. Les analystes estimaient en effet qu’Israël ne pouvait user d’une telle arme, l’Autorité palestinienne étant au bord de la faillite … et sa déconfiture pouvant conduire l’Etat israëlien – et ses finances – à devoir prendre en charge la population de la Cisjordanie.

Sources : AFP, Reuters, blog Le Monde

Elisabeth STUDER – www.leblogfinance.com  - 02 décembre 2012 -

Partager cet article

Article de

1 commentaire

  1. ABDOU 2 décembre 2012 à 15:43

    Caprice d’enfant g

Commenter cet article