Le Blog Finance

Tunisie : Standard and Poor’s dégrade la note alors que les régions se rebiffent

Elisabeth Studer Actualités, Economie 5 commentaires

tunisie-manifestation-chomage.jpgMauvais temps pour la Tunisie. L’agence de notation Standard and Poor’s a annoncé mercredi avoir abaissé de deux crans la note de la dette à long terme du pays.

Cette dernière s’établit désormais , à “BB”, ce qui relègue le pays dans la catégorie des emprunteurs spéculatifs.

Elément positif toutefois : la note est tout de même assortie d’une perspective stable, ce qui signifie que l’agence ne devrait pas dégrader de nouveau la note de ci-tôt.

Principaux arguments mis en avant par Standard and Poor’s pour justifier sa position : selon elle, le gouvernement de transition, en place depuis décembre 2011, n’est pas en mesure  de redresser suffisamment  l’économie.

Malgré une phase de stabilité et de consensus depuis le départ du président Ben Ali en janvier 2011, nous pensons que les incertitudes vont persister quant à la politique menée à moyen terme“, estime ainsi SP.

Ces incertitudes pourraient peut-être en partie être levées si “la Tunisie adopte une nouvelle constitution et élit un gouvernement”, précise par ailleurs l’agence, laquelle ne s’attend pas l’avènement d’une telle situation avant la mi-2013. Rappelons qu’en juillet 2011, soit avant les premières élections dans le pays après la chute de Ben Ali, l’agence de notation avait abaissé la perspective de la note à “négative”, contre “stable” précédemment.

A l’heure actuelle, les prochaines élections générales sont prévues entre mars et juin 2013. L’Assemblée nationale constituante en place actuellement devra toutefois au préalable rédiger la future constitution.

Ce pays a toujours été crédible pour rembourser et a toujours honoré ses engagements. Je pense que cela n’aura pas de répercussion pour les partenaires qui travaillent régulièrement avec la Tunisie“, a réagi en suivant Moez Abidi, membre du Conseil d’Administration de la Banque centrale tunisienne.

Arguant par ailleurs que la Tunisie comptait davantage sur les prêts bilatéraux et multilatéraux pour se financer que sur les marchés financiers.

“La part du marché dans la dette totale est d’environ un tiers, ça reste minime“, a-t-il ainsi tenu à préciser.

En tout état de cause, la position de Standard and Poor’s ne semble pas être dénuée de bon sens, la politique actuelle du gouvernement tunisien étant loin d’obtenir tous les suffrages au sein de la population. 

 Ainsi, une manifestation de centaines d’habitants de Kef qui protestaient contre la marginalisation économique de leur région a dégénéré jeudi en affrontements avec les forces de l’ordre, faisant au moins 15 blessés dont une grièvement. La majorité des blessés souffre de troubles respiratoires suite à l’usage de gaz lacrymogènes par la police.

Selon la radio publique locale Radio Kef, les heurts ont commencé lorsque des manifestants ont tenté de pénétrer dans le siège du gouvernorat aux cris de « non à l’exclusion, la marginalisation et le mépris ».

La manifestation visait à protester contre le faible nombre de projets prévus dans la loi de finances complémentaire pour la région du Kef, laquelle se considère victime de l’indifférence des pouvoirs publics.

Située à 175 kilomètres à l’ouest de Tunis et à une quarantaine de kilomètres de la frontière avec l’Algérie, la ville du Kef compte quelque 50.000 habitants.

 Des dizaines de jeunes diplômés au chômage se sont rassemblés quant à eux jeudi devant le siège du gouvernement à Tunis. Leur objectif : réclamer du travail.

Venus de plusieurs régions, les manifestants, mobilisés à l’appel de l’Union des diplômés chômeurs (UDC), reprenaient à leur tour le slogan de “la révolution du jasmin”: “travail, liberté, dignité”.

Le chômage était le catalyseur du soulèvement qui a fait chuter le régime de Ben Ali, mais rien n’a changé, bien au contraire, le problème a empiré, s’est insurgé le coordinateur général de l’UDC, Salem Ayari.

Le chômage a en effet progressé à la suite des troubles survenus après la chute de l’ancien régime, passant de 14% à plus de 18%.

Selon les chiffres officiels, 750.000 personnes seraient directement concernées  sur une population de plus de 10 millions d’habitants, dont environ 200.000 diplômés de l’enseignement supérieur.

Sources : AFP, Associated Press, Reuters

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. click here now 7 février 2019 à 22:27

    I simply want to mention I am just beginner to weblog and truly enjoyed your web site. Very likely I’m likely to bookmark your site . You surely have great articles and reviews. Bless you for revealing your website.

  2. John Deere Repair Manuals 12 février 2019 à 04:58

    there are professional career coaches out there that charges a small fee.,

  3. Roland Rochefort 16 février 2019 à 13:42

    I think I set the settings wrongly. Now that I changed the settings, there’s only 1 out of 8 posts visible to the public. Previously set to mature content, despite the lack of nudity. Should I double-post? It’s the blog part that confused me..

  4. Laurie Grosky 18 février 2019 à 22:40

    How can I be sure that my Blogspot account was deleted?

Commenter cet article