Le Blog Finance

Afrique du Sud : plus d’un quart de la population au chômage

south-africa-unemployed-.jpgProblème majeur pour l’Afrique du Sud.

Selon les chiffres des statistiques nationales publiés mardi, le taux de chômage officiel est remonté à 25,2% de la population active au premier trimestre 2012, contre 23,9% au dernier trimestre 2011.

A la fin des trois premiers mois de l’année, le pays comptait ainsi 4,53 millions de chômeurs, en progression de 6,6% par rapport au trimestre précédent et de 3,7%en valeur glissante annuelle.

Selon Statistics South Africa, la situation pourrait être encore plus alarmante, de nombreux Sud-Africains ayant renoncé à chercher du travail et n’étant de ce fait plus comptabilisés dans la population active.

L’organisme précise à cet égard que le nombre de personnes découragées a augmenté de 5% en un an.

En les réintégrant dans les statistiques, le taux de chômage pourrait s’établir à un niveau record de 33,8%, certaines estimations officieuses faisant même état d’un pourcentage au moins égal à 40%.

Durant le 1er trimestre 2012, près de 107 000 emplois ont été détruits dans le secteur formel (hors agriculture) et 28 000 dans le secteur informel.

Certes l’emploi chez les particuliers et l’agriculture auront permis respectivement d’embaucher 33 000 et 26 000 personnes.

En valeur glissante annuelle, le nombre d’emplois toutes catégories, aura au final augmenté de 2,3%, un des problèmes majeurs résidant dans le fait la population active croisse plus vite que les emplois créés.

En février dernier, dans un discours sur “l’état de la Nation”, le président Jacob Zuma a annoncé un grand programme de construction d’infrastructures de 300 milliards de rands (30 milliards d’euros) destiné à créer des emplois et à réduire le chômage. Promettant parallèlement de créer 5 millions d’emplois d’ici 2020. Son ministre des finances a même évoqué des dépenses onze fois supérieures d’ici 2020.

Un rapport de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) publié en juillet 2010 indiquait pour sa part que l’Afrique du Sud aura besoin d’un taux de croissance supérieur à 5 % pour résorber le chômage de masse qui touche la population noire du pays.

Conséquence du régime ségrégationniste d’apartheid tombé en 1994, le taux de chômage officiel des Noirs (28,6 %) est beaucoup plus élevé que celui des Blancs (4,9 %). Raisons principales invoquées : un accès à l’éducation plus difficile pour la population noire et son cantonnement dans des lieux de vie éloignés des centres économiques.

Or, “le faible taux d’emploi et le niveau extrême des inégalités sont considérés comme les problèmes économiques les plus aigus du pays“, notaient alors les auteurs du rapport.

A noter que 53,8 % des Noirs de la tranche (15-24 ans) sont au chômage contre 14,5 % pour les Blancs.

“Le chômage des jeunes  est une réalité abyssale que nous devons vraiment combattre“, avait déclaré Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, en présentant à la presse le second rapport de son organisation consacré à l’Afrique du Sud.

Selon la fédération syndicale Cosatu, aucun autre pays à revenu intermédiaire ne dispose dans le monde d’un taux de chômage aussi élevé.

C’est une crise. Nous appelons cela une bombe à retardement“, a ainsi récemment déclaré Zwelinzima Vavi, le secrétaire général de la Cosatu.

“Nous pensons qu’un jour il pourrait y avoir une explosion. 73% des personnes qui sont au chômage en Afrique du Sud ont moins de 35 ans et beaucoup d’entre eux sont allés à l’université”, a-t-il par ailleurs déclaré.

Des manifestations ont d’ores et déjà éclaté dans des quartiers pauvres, en vue notamment d’obtenir du travail.

En octobre dernier, plus de 2.000 jeunes ont défilé à Johannesburg pour réclamer des emplois, sous la direction de Julius Malema, le président de la Ligue de la jeunesse du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir.

La situation est si préoccupante  que certains observateurs estiment que l’Afrique du Sud pourrait connaître son propre “printemps arabe”.  

sources : AFP, AWP, L’Express, L’Expansion

Partager cet article

Article de

16 commentaires

  1. brazilian wandering spider 26 janvier 2019 à 06:05

    Great blog right here! Also your website rather a lot up very fast!
    What host are you the usage of? Can I get your associate hyperlink in your host?
    I wish my web site loaded up as quickly as yours lol

  2. Jayme 26 janvier 2019 à 11:48

    And that is an investment danger price taking.

  3. Gudrun 26 janvier 2019 à 15:09

    Thank you in your curiosity in Investment Recommendation.

  4. Karissa 27 janvier 2019 à 05:54

    Financial advisors enterprise is individuals business.

  5. Patsy 27 janvier 2019 à 08:02

    Now it’s time to decide your particular investments.

  6. Stuart 27 janvier 2019 à 11:53

    Thank you to your interest in Investment Recommendation.

  7. Allen 27 janvier 2019 à 15:33

    Traders do pay direct and oblique costs.

  8. brazil nuts amazon 27 janvier 2019 à 23:04

    I visited several blogs however the audio quality for audio songs current at this
    website is in fact wonderful.

  9. brazil nuts nutrition 28 janvier 2019 à 08:36

    Thanks in support of sharing such a pleasant thought, paragraph is fastidious, thats why i have read it fully

  10. Soon 5 février 2019 à 17:12

    Thank you in your interest in Funding Advice.

  11. Edward 8 février 2019 à 07:00

    Thank you in your curiosity in Funding Advice.

  12. Serena 8 février 2019 à 09:50

    Investors do pay direct and indirect prices.

  13. Ivey 15 février 2019 à 01:22

    Investors do pay direct and oblique prices.

  14. Paul 15 février 2019 à 03:00

    That is true for funding advice as nicely.

  15. Jamaal 17 février 2019 à 01:43

    All kinds of investments include sure dangers.

  16. Karma 17 février 2019 à 02:57

    All types of investments come with sure dangers.