Le Blog Finance

François Hollande milite pour une baisse des taux de la BCE

Elisabeth Studer Actualités, Economie 4 commentaires

francois-hollande-election.jpgC’est clair l’Europe s’invite dans la campagne pour la présidentielle française. Alors que Jean-Luc Mélenchon souhaite avant tout briser « l’axe Sarkozy-Merkel », il est intéressant de connaître la position de François Hollande – candidat arrivé favori pour le second tour – sur ce dossier.

Vendredi, s’exprimant sur Europe 1, le candidat socialiste s’est prononcé en faveur d’une baisse des taux de la Banque centrale européenne (BCE). Objectif affiché : soutenir la croissance.

Interrogé sur les moyens de soutenir la croissance, François Hollande a répondu que selon lui la BCE se voyait offert deux possibilités. Une première consisterait selon lui à baisser les taux d’intérêt, stratégie à laquelle il est favorable, exhortant même la Banque centrale européenne à ‘aller dans cette direction.

Une autre alternative consisterait à « prêter directement aux Etats plutôt que de passer par le truchement qui a été choisi d’un soutien aux banques » a-t-il déclaré par ailleurs.

Le candidat socialiste considère également comme « invraisemblable » le fait que la Banque centrale européenne inonde le marché de liquidités, fustigeant le fait que parallèlement « les banques empruntent auprès d’elle à 1% pour prêter aux Etats à 6% ». Prenant exemple de l’Espagne.

« Il y a un moment où on ne peut pas accepter des phénomènes de rente à ce point », a par ailleurs affirmé François Hollande. Selon lui, « il serait plus judicieux, plus efficace, plus rapide que la BCE prête en premier et dernier ressort ».

« Cette position, je la défends depuis des années, c’est ce qui se passe aux Etats-Unis, c’est ce qui se passe aussi en Grande-Bretagne », a-t-il ajouté.

« Je sais que les Allemands y sont tout à fait hostiles, eh bien ça fera partie de la négociation » a-t-il également déclaré.

Rappelons qu’en cas de victoire, que le candidat socialiste  souhaite renégocier le traité européen de discipline budgétaire, en vue d’y introduire un volet croissance.

Emboîtant le pas à François Hollande, Nicolas Sarkozy  a récemment laissé entendre qu’il entendait une fois réélu « ouvrir le débat » sur la Banque centrale européenne et son rôle dans le soutien de la croissance en Europe.

Vendredi, le ministre de l’Economie et des Finances, François Baroin, a toutefois  dénoncé en suivant vendredi les déclarations de François Hollande concernant la Banque centrale européenne, les jugeant « inadaptées et incohérentes« .

« Demander à la BCE de prêter directement aux Etats sans contrepartie en matière de maîtrise des déficits publics, c’est la porte ouverte au laxisme budgétaire et au retour de l’inflation« , a estimé le ministre.

« En remettant en cause le traité européen du 2 mars 2012 pour des raisons purement politiciennes », le candidat socialiste « détruit les conditions qui permettent à la BCE d’appuyer les efforts des Etats en faveur de la croissance », a par ailleurs estimé François Baroin.

Sources : AFP, Europe 1, Dow Jones

Partager cet article

Article de

4 commentaires

  1. el gringo 25 avril 2012 à 23:34

    La BCE s’invite dans la campagne pr

  2. el gringo 26 avril 2012 à 21:58

    La BCE appelle les

Commenter cet article