Le Blog Finance
A la une

RDC : le chantier de la mine de Kibali avance à grands pas

kibali-gold.jpgBonne nouvelle ou malédiction des matières premières ? l’avenir nous le dira  …

En tout état de cause, la RDC (République Démocratique du Congo) est dotée désormais d’une nouvelle mine d’or. Elle est située dans la Province Orientale au nord-est du pays.

Les géants miniers sud-africains Randgold et Anglogold sont d’ores et déjà là.

La mine de Kibali  est en effet désormais un chantier bien avancé, elle devrait entrer en exploitation cette année. Toutefois, en avril 2011, les prévisions tablaient sur une production du premier lingot d’or en janvier 2014.

Le site devrait produire 20 tonnes d’or par an jusqu’en 2031. Ses réserves probables sont évaluées à plus de 10 millions d’onces.

La mine aura une excavation à ciel ouvert et une exploitation souterraine. A elle seule l’usine de transformation devrait coûter environ 500 millions de dollars US. Le coût financier du projet aurifère Kibali Goldmines est estimé à plus de 1 ,8 milliard de dollars américains pour une production de 20 tonnes par an, indique pour sa part une note d’information de la Primature congolaise.  

Selon Anglogold et Randgold, 52% des bénéfices devraient profiter directement à LA RDC  sous forme de taxes et de dividendes, les 48% « restant » revenant aux actionnaires.

Si l’on en croit Mark Bristow, le PDG de Randgold, la production sera comparable à celle de la mine de Morila au Mali.

Pour mener à bien le projet, les investisseurs – et les villageois …. – ont accepté de déplacer deux villages, un cimetière, une nouvelle église et deux écoles étant construites par ailleurs.

Seule ombre au tableau : la mine se trouve dans le grand nord-est de la RDC ou sévissent des groupes armés, tels que la LRA ( Lord Resistance Army ou Armée de résistance du Seigneur, groupe armé ougandais de Joseph Koni. ). 

La région a en effet été le théâtre d’un conflit armé récurrent. Le PDG de Randgold est conscient des risques : « nous comptons sur le gouvernement pour assurer la loi, l’ordre et la sécurité » déclare-t-il, ajoutant de manière fort lucide que l’argent et les investissements apportent leurs lots d’aspects positifs, les éléments plus négatifs n’étant toutefois pas à écarter.

Vendredi dernier, M. Mark Bristow, a ainsi invité le gouvernement de la RDC à sécuriser les vrais investisseurs qui ont choisi d’apporter un plus à la reconstruction et au développement du pays. Des propos tenus au cours de la conférence de presse trimestrielle organisée dans le cadre du rapport de l’évolution du projet d’or de Kibali.

Sources : ACP, RFI, presse RDC

Partager cet article

Article de

Commenter cet article