Le Blog Finance

Nexity prévoit un creux de la vague pour 2012

Miniature de l'image pour nexity.jpgSi le premier promoteur immobilier français Nexity vient d’annoncer avoir gagné des parts de marché dans le résidentiel, faisant parallèlement état de prises de commandes “exceptionnelles” en immobilier d’entreprise en 201, il estime toutefois que 2012 sera “une année de creux” pour le marché résidentiel. 

Certes le groupe se déclare “serein” pour le moyen terme, indiquant avoir réalisé un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros en 2011, en baisse de 5%. Le résultat opérationnel courant se chiffrant quant à lui à 211,6 millions d’euros, en hausse de 3%.

Pour 2012, Nexity vise un chiffre d’affaires consolidé supérieur à 2,6 milliards d’euros et un résultat opérationnel courant supérieur à 200 millions d’euros. Au titre de 2011, le promoteur propose de verser – comme en 2010 – un dividende de deux euros par action.

A fin décembre, le carnet de commandes de la société totalisait 3,3 milliards d’euros (+21% par rapport à fin décembre 2010), correspondant à 19 mois d’activité de promotion.

Néanmoins, Alain Dinin, PDG de Nexity, affirme que 2012 http://www.nexity-logement.com/rf_loi_finances_2012.php devrait constituer “un point bas pour le marché résidentiel et marquer une contraction du marché tertiaire”.

Il évoque “les incertitudes macro-économiques majeures sur l’évolution de la crise des dettes souveraines, l’entrée vraisemblable en récession” et “l’attentisme avant les échéances électorales présidentielles et législatives”. 

Cela a le mérite d’être clair, loin de la langue de bois à laquelle on est habitué …

Alain Dinin, anticipe ainsi une baisse de 20 à 30 % du nombre de ventes de logements neufs en France cette année , avec seulement 70 000 à 80 000 ventes de logements, soit 20 à 30 % de moins que les 100 000 transactions anticipées pour 2011.

En l’absence de successeur au dispositif Scellier, la demande des investisseurs locatifs devrait être basse. Toutefois, Alain Dinin souligne que les principaux candidats à l’élection présidentielle s’accordent sur un objectif moyen de production annuelle de l’ordre de 500 000 logements neufs par an.

“Si l’on déduit de cet objectif la part du logement social et celle de la maison individuelle, l’objectif pour le marché résidentiel privé serait de l’ordre de 150 000 nouveaux logements par an”, précise-t-il par ailleurs, notant qu’il s’agit là d’un niveau “bien supérieur” aux plus hauts niveaux enregistrés depuis quinze ans.

Sources : AFP, Reuters, Seloger.com

Partager cet article

Article de

1 commentaire

  1. mandataire immobilier 26 août 2013 à 20:37

    Je pense pas que le probleme soit réellement pour eux ils tiennent le marché.