Le Blog Finance

Sud Soudan : production du pays quasi suspendue

sudan-south_oil.jpgImpact à prévoir dès lundi matin sur le cours du pétrole : le Soudan du Sud  a affirmé dimanche avoir presque entièrement suspendu sa production de pétrole.

En conflit ouvert avec le Soudan sur le partage des ressources pétrolières, le gouvernement du pays récemment formé estime insuffisantes les concessions avancées par Khartoum.

Le ministre sud-soudanais du pétrole et des mines, Stephen Dhieu Dau, a ainsi indiqué à la presse que très peu de brut était produit, informant par ailleurs de l’absence de toute exportation et de tout flux vers le nord. Chose que l’AFP n’a pas pu encore vérifier de source indépendante à l’heure actuelle. 

Pour tenter de trouver une issue aux négociations menées à Addis Abeba sous la médiation de l’Union africaine, le Soudan avait pourtant annoncé samedi qu’il allait libérer une partie du pétrole sud-soudanais stocké sur trois navires maintenus à quai dans la ville de Port-Soudan, ces derniers véhiculant au total 2,2 millions de barils de pétrole sud-soudanais.

Proposition que Juba considère comme insuffisante. Au contraire, Stephen Dhieu Dau exhorte le Soudan à rembourser le pétrole « volé ».

Rappelons que le Soudan du Sud, indépendant du Soudan depuis juillet 2011, détient 75 % des réserves de pétrole de l’ancien Etat … tous ses oléoducs et issues maritimes – infrastructures indispensables à l’exportation du brut – étant toutefois contrôlées par Khartoum.

C’est dans un tel contexte que, fin novembre, le Soudan  avait annoncé son intention de prélever chaque mois un droit de passage en nature sur les exportations pétrolières sud-soudanaises, correspondant à 23% du pétrole transitant par ses infrastructures.

M. Dhieu Dau avait alors répliqué que Juba poursuivrait toute compagnie impliquée dans le “vol” des ses exportations de pétrole, qualifiant d’”illégale” toute vente de pétrole sud-soudanais confisqué par Khartoum.

Mais Khartoum compte bien tirer partie de sa position stratégique et accuse désormais Juba de ne pas s’être acquitté des frais de transit. Admettant néanmoins avoir confisqué 1,7 million de barils de brut du Sud Soudan, en plus des 2,2 millions retenus dans les trois tankers. Une manière un peu cavalière d’obtenir une contrepartie financière de ses services, certes incontournables.

Le gouvernement sud-soudanais considère de son côté que cette ponction, qu’elle évalue à 815 millions de dollars, constitue « un acte de piraterie d’Etat sur des biens en transit » et « une violation grave du droit international ».

En guise de protestation, il a ordonné la suspension de toute sa production pétrolière. Privant ainsi le Soudan de la manne issue du transit du brut son territoire.

Un arrêt qui ne devrait toutefois pas s’éterniser …. alors que les revenus pétroliers représentent 98% du budget du nouveau pays africain. 

 Dimanche, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a estimé pour sa part que la crise entre le Soudan et le Soudan du Sud avait atteint un point critique, devenant une menace majeure pour la paix et la sécurité régionales.

Le week-end dernier, la Chine avait d’ores et déjà appelé le Soudan et le Soudan du Sud à la retenue après la décision de ce dernier d’arrêter sa production de pétrole …. demandant par ailleurs aux deux gouvernements de garantir les droits des entreprises chinoises sur leur territoire.

« Le pétrole est une ressource économique vitale partagée par le Soudan et le Soudan du Sud », avait alors déclaré Liu Weimin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Nous appelons les deux parties au calme et à la retenue, à éviter d’entreprendre des actions extrêmes et à continuer à travailler ensemble pour résoudre leur différend le plus tôt possible par la négociation », avait ajouté M. Liu.

Selon l’entreprise étatique China National Petroleum Corporation (CNPC), qui a investi des milliards de dollars dans l’industrie pétrolière soudanaise, la Chine a importé 12,6 millions de tonnes de pétrole du Soudan en 2010, soit un peu plus de 5% du total de ses importations de brut.

Si la Chine a longtemps soutenu le régime de Khartoum, elle a toutefois rapidement établi des liens avec Juba lors de la proclamation d’indépendance du Sud.

Sources : AFP, Reuters, Jeune Afrique

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. go to my blog 7 février 2019 à 22:32

    I just want to mention I am very new to blogging and site-building and definitely loved this web-site. Likely I’m going to bookmark your blog post . You really come with incredible article content. Thank you for revealing your website page.

  2. Tractor Workshop Manuals 9 février 2019 à 17:27

    There are a couple of fascinating points on time in this post but I don’t know if all of them center to heart. There may be some validity but I’m going to take hold opinion until I investigate it further. Excellent post , thanks so we want a lot more! Put into FeedBurner as well

  3. Alexa Maskaly 18 février 2019 à 14:48

    What are some good sites and blogs for affordable fashion for adults?